Saisie record de 135 kg d’héroïne: complicité à l’intérieur de la prison soupçonnée

Avec le soutien de
135 kg d’héroïne, valant Rs 2 milliards, a été découverte dans des cylindres de gaz au port, jeudi.

135 kg d’héroïne, valant Rs 2 milliards, a été découverte dans des cylindres de gaz au port, jeudi.

Développement dans l’enquête initiée sur la saisie record de 135 kg d’héroïne, valant Rs 2 milliards, dans le port, la semaine dernière. Lundi, un ressortissant indien, Tomas Sidi, et un Mauricien, tous deux travaillant au port ont été arrêtés. Ils comparaîtront en cour ce mardi 14 mars. Ils répondront d'une accusation de trafic de drogue.

L’Indien Tomas Sidi est soupçonné d’avoir autorisé le paiement pour le chargement du conteneur renfermant les compresseurs remplis de drogue sur le cargo MSC Ivana. Selon la police, il travaillerait en étroite collaboration avec Navind Kistnah, un troisième suspect qui serait un courtier maritime. Ce dernier se trouve en Afrique du Sud depuis la semaine dernière.

Lors de l’interrogatoire de Tomas Sidi aux Casernes centrales, l’Anti-Drug and Smuggling Unit a voulu savoir qui lui aurait remis l’argent pour le paiement du chargement du conteneur et quelle est la somme (agency fees) qu’il aurait perçue pour cette transaction. Le suspect a indiqué qu’il ne savait rien de la présence d’héroïne dans les cylindres blindés. Il a retenu les services de Me Yousouf Azaree.

Quant au suspect mauricien, il est soupçonné d’avoir apposé sa signature sur une facture relative à l’importation des compresseurs remplis de drogue.

En ce qui concerne Navind Kistnah, la police a sollicité l’aide d’Interpol pour le faire extrader d’Afrique du Sud. Les responsables de la société qui a commandé les compresseurs seront, eux aussi, convoqués aux Casernes centrales.

Par ailleurs, la police estime que c’est une association de plusieurs trafiquants qui aurait commandé cette cargaison d’héroïne. Selon elle, un seul commanditaire ne disposerait pas des moyens financiers pour importer une si grande quantité d’héroïne.

Toutefois, le mystère demeure sur l’identité de ces présumés commanditaires, même si les enquêteurs pensent que cette opération a été pilotée depuis la prison. Leurs soupçons se portent sur un trafiquant de drogue, condamné à 34 ans de prison.


La mère du suspect Navind Kistnah: «Mon fils est victime d’une injustice»

Chez les Kistnah, à Camp-Benoît, l’ambiance était pesante lundi. La mère du suspect Navind Kistnah, en larmes, ne cesse de répéter qu’il y a malentendu et injustice. Elle défend bec et ongles l’aîné de ses deux fils. Pour elle, Navind n’est aucunement lié à la drogue saisie jeudi. Son fils, dit-elle, travaille dur et a toujours été chanceux : «Mo garson li enn zanfan ki éna lasans dan bann zwé lékours, kazino, bet-online. En 2016, li ti gayn Rs 900 000. Li ena prev ek rési pou sa.» D’ajouter que son fils a lancé son entreprise, KUN Management Ltd, il y a trois ans. La mère explique que son fils a décidé de repousser sa date de retour car «so latet fatigé. Pa koné ki pou arivé. Li pa anvi rétourn toutswit. Li anvi réflési bien avek nou avoka parski li inosan». 


Navind kistnah, selon sa mère, a effectué ce voyage en Afrique du Sud pour son business et avait l’intention de retourner au pays le 15 mars.

Publicité
Publicité

Les choses ont démarré début mars. Les autorités découvrent 135 kilos d’héroïne dissimulés dans des compresseurs sur le MSC Ivana. Les soupçons se portent sur Navind Kistnah, qui la veille avait déjà quitté l’île Maurice. Pour mieux comprendre cette actualité, voici tous les développements liés à cette affaire.

D'autres articles »
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires