[Vidéo] Sophrologie: quand des enfants de sept à 12 ans apprennent à gérer leurs émotions…

Avec le soutien de
Respirer, se relaxer… Les enfants apprennent ainsi à faire face aux émotions.

Respirer, se relaxer… Les enfants apprennent ainsi à faire face aux émotions.

Colère, excitation, fatigue... Autant de sentiments que connaissent les enfants. Comment mieux les reconnaître et les gérer ? C’est là qu’entre en scène la sophrologie. Pour mieux comprendre cette technique d’apprentissage, rendez-vous dans l’atelier de Dorothy Langlois, sophrologue et thérapeute en shiatsu, à Curepipe. Aux côtés d’enfants âgés de sept à 12 ans.

Allongés sur des tapis, six enfants ferment les yeux. «Glissez les bras le long du corps. Pensez à votre petit bateau en papier sur le ventre et respirez», leur souffle Dorothy Langlois. La mission de cette dernière : apprendre à ces enfants à gérer leurs émotions quotidiennes.

«Qu’est-ce qu’une émotion ? Rappelez-vous de ce que nous avons vu tout à l’heure», dit-elle aux enfants. «La joie», répond l’un d’entre eux. «La colère», rétorque un autre. S’enchaînent d’autres sentiments tels que l’angoisse, la déprime, etc.

Et comment gère-t-on ce sentiment ? À travers une pratique notamment: substituer un bateau en papier à un objet préféré, comme un doudou, au moment où les enfants sont au lit le soir. C’est ce qu’elle leur explique. «Lorsqu’on place cet objet sur le ventre, on inspire par le nez, on gonfle le ventre et on expire par la bouche.»

Une autre technique consiste à se tenir debout et à inspirer en levant les bras. Ensuite, les enfants sont appelés à expirer et à songer à une image positive, comme celle d’une personne ou un objet apprécié.

«En respirant, cela va nous emmener à l’endroit de l’angoisse par exemple», précise Dorothy Langlois. Selon elle, une émotion comme la peur peut déclencher une réaction sur une zone corporelle spécifique.

La sophrologue indique qu’elle a découvert cette technique par hasard il y a plusieurs années. Elle feuilletait un magazine alors qu’elle patientait dans la salle d’attente de son dentiste. C’est alors qu’elle est tombée sur un article présentant cette pratique. Titillée par la curiosité, elle s’est largement documentée à ce sujet et a suivi des stages et des formations à La Réunion et en France.

Désormais, elle officie au sein de deux consultations à Curepipe et à Tamarin. Parallèlement, Dorothy Langlois organise des ateliers de sophrologie pour les enfants pendant les vacances scolaires.

Bien que ce domaine soit encore embryonnaire à Maurice, notre interlocutrice distingue un retour aux médecines alternatives dont fait partie cette méthode. D’ailleurs, lors de l’atelier, les enfants semblent bien se prendre au jeu.

Matthew, huit ans, fier d’y participer, confie sa sérénité après les exercices. Du côté de Matteo, sept ans, très concentré dans les pratiques, le calme a largement primé. «Je me suis senti détendu», confie-t-il. Et Simon, sept ans, se dit prêt pour un deuxième tour: «On a vu les émotions. J’ai bien aimé participer. Je veux recommencer.»

Publicité
Publicité
Soutenez lexpress.mu

Pendant cette période post-confinement et en attendant que les nuages économiques associés au Covid-19 se dissipent, profitez de l’express, Business Mag, Weekly, 5-Plus Dimanche, de tous vos magazines préférés et de plus de 50 titres de la presse Française, Afrique et Ocean indien sur KIOSK.LASENTINELLE.MU.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous !

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x