PTr : un leader, une loi

Avec le soutien de

Au Parti travailliste, il n’y a que trois instances. L’instance suprême est le Bureau politique (BP). Il faut savoir qu’aucune décision ne peut être contestée par les autres instances. Les élections du BP devraient normalement se tenir chaque deux ans mais cette règle n’est pas suivie par le parti. Comme il n’y a eu aucune élection l’année dernière où l’année précédente, le BP serait donc en irrégularité. Toutefois, le PTr n’a pas de document de constitution qui établit formellement ce règlement. La liste des candidats est faite par le leader du parti.

Le Bureau politique

Le BP des rouges ne se rencontre pas régulièrement. Les parlementaires font directement partie du BP. Les membres sont sollicités uniquement en cas de problèmes, à l’instar des convocations de Navin Ramgoolam aux Casernes centrales. C’est le leader du parti qui sollicite les réunions du BP. Les décisions majeures telles que les alliances y sont discutées. Il est toutefois déjà arrivé que des décisions moins importantes soient prises sans même que le BP ne soit convoqué.

Le comité exécutif

Huit représentants de chaque circonscription font partie du comité exécutif. Comme le BP, cette instance devrait aussi être renouvelée après deux années. Mais le comité exécutif n’a pas son mot à dire sur les décisions du BP. Et il ne se rencontre pas régulièrement.

Constituency Labour Party

Le Constituency Labour Party (CLP) est le comité régional de chaque circonscription, qui comprend des représentants de chaque région.

Élection du leader

Un congrès doit être tenu chaque deux ans pour décider de certains postes comme celui de leader, de président, de secrétaire général, entre autres. Les membres des CLP et le comité exécutif doivent élire ceux qui occuperont ces postes. Le dernier congrès remonte à plus de deux ans. Selon nos recoupements, comme c’est le leader qui choisit les membres du comité exécutif, le congrès d’élection n’est qu’illusion.

Publicité
Publicité

Selon plusieurs indices, notre pays serait un modèle de démocratie, alors que des pays comme l’Inde, la France ou les États-Unis, eux, sont des «flawed democracies». «Démocratie» : un mot qui veut tout ou rien dire. Que signifie-t-il dans le contexte mauricien ? Des journalistes de «l’express», aidés de quelques collaborateurs, ont mené l’enquête…

D'autres articles »
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires