The making of SAJ !

Avec le soutien de

Sir Anerood Jugnauth (SAJ) est élu conseiller du village de Palma en 1956. En 1963, il est élu député sous la bannière de l’Independent Forward Block. Un an plus tard, il est conseiller municipal de Vacoas-Phoenix. En 1965, il devient ministre d’État en tant que membre du parti All Mauritius Hindu Congress. SAJ est nommé ministre du Travail en 1966. Et un an après, il quitte la politique et rejoint le Parquet pour ensuite devenir magistrat.

Toutefois, en 1970, SAJ démissionne de son poste et rejoint le MMM. Il devient le président du parti. Six ans plus tard, il est élu et devient le leader de l’opposition.

À la suite de la victoire de 60-0 en juin 1982, SAJ est élu Premier ministre. Mais, en mars 1983, le MMM se scinde en deux. En avril de la même année, il fonde le Mouvement socialiste militant (MSM). Ce parti a, tout comme le MMM, un bureau politique, un comité central et des branches de délégués.

Après des alliances avec le PTr, le PMSD et le MMM, son parti remporte trois élections générales, soit en 1983, en 1987 et en 1991. Cependant, il connaît une lourde défaite électorale en 1995. Entre-temps, il se défait de Madun Dulloo, considéré comme son challenger pour être le leader du MSM en 1994.


 

SAJ signe son grand retour en 2000, En alliance avec le MMM, il remporte une large victoire. Il devient une nouvelle fois Premier ministre, avant de devenir président de la République en 2003.

Dix ans après, en mars 2013, SAJ quitte la présidence pour se lancer à nouveau dans l’arène politique. Il mène l’alliance Lepep vers une victoire écrasante en décembre 2014.

Durant cette longue carrière, SAJ n’a jamais cédé devant ses adversaires, notamment Sheila Bappoo et son frère Ashok. Et, avant de se retirer, il a soigneusement préparé le terrain pour son fils Pravind, nommé Premier ministre le 23 janvier dernier…
 

Publicité
Publicité

Selon plusieurs indices, notre pays serait un modèle de démocratie, alors que des pays comme l’Inde, la France ou les États-Unis, eux, sont des «flawed democracies». «Démocratie» : un mot qui veut tout ou rien dire. Que signifie-t-il dans le contexte mauricien ? Des journalistes de «l’express», aidés de quelques collaborateurs, ont mené l’enquête…

D'autres articles »
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires