Trou-d’eau-douce: le nouveau dispensaire se fait toujours attendre

Avec le soutien de
L’ancien bâtiment qui abritait le dispensaire.

L’ancien bâtiment qui abritait le dispensaire.

Le bâtiment qui abritait le dispensaire est vieux et en tôle. Cela causait des problèmes aux habitants ainsi qu’aux membres du personnel. Le toit de l’établissement était sur le point de céder et, par endroits, il coulait. Les habitants devaient aussi conjuguer avec des termites, des bancs, chaises et tables, branlants,  entre autres.

Ils ont été nombreux à décrier l’état de ce bâtiment qui n’était plus approprié comme dispensaire. Et l’express a rédigé plusieurs articles afin d’alerter les autorités sur la situation.

À la suite de nombreuses requêtes faites par des membres du conseil du village et des habitants, le ministère de la Santé a décidé de fermer ce bâtiment. Toutes les activités du dispensaire devaient être temporairement pratiquées dans le centre communautaire. Le ministère ayant donné l’assurance qu’il construirait un  nouveau dispensaire.

La salle d’attente  du centre qui est aussi utilisée pour des consultations. 

Or, trois ans après, la situation reste inchangée. Les soins sont toujours dispensés dans le centre communautaire. Et aucune  construction n’a débuté.

Le problème : «Auparavant, les habitants se servaient de ce centre pour diverses activités. Et cet espace était utilisé pour promouvoir les loisirs», déclare Mike Booklall, conseiller du village. Toutefois, toutes ces activités ont dû être arrêtées. Ce qui pénalise les habitants,  affirme  le conseiller.

Mike Booklall soutient par ailleurs que le centre n‘est pas approprié pour un dispensaire car il est trop petit. D’ajouter que «le public n’a pas accès à des toilettes dignes de ce nom car, très souvent, elles sont hors d’usage. Si l’espace est très limité dans la salle d’attente, il est néanmoins utilisé pour la vaccination des bébés, pour des conseils de la nutritionniste, du planning familial, entre autres». Mike Booklall fait ressortir que «les gens se sentent gênés car il n’y a  plus d’intimité».

Krishna Ruttun, habitant et travailleur social du village, indique, lui, que Trou-d’Eau-Douce est un village touristique. Il fait donc ressortir que le dispensaire est donc très important.

Mike Booklall, conseiller.

Les touristes et les habitants ne sont pas les seuls à y venir, souligne cet habitant. Le village est aussi fréquenté par les Mauriciens venant des quatre coins de l’île pour ses belles plages et pour des sorties à l’île-aux-Cerfs. De préciser qu’«à cause de ces loisirs en mer,  il y a souvent des incidents et les gens viennent ici pour recevoir des soins médicaux». Il soutient que «tous les jours, le dispensaire accueille plus d’une centaine de patients et nous avons des consultations par de différents spécialistes  et généralistes».

Vikram Hurdoyal, président du conseil de district de Flacq et également conseiller du village de Trou-d’Eau-Douce, a été contacté afin d’avoir plus d‘éclaircissements sur le projet de construction du nouveau dispensaire. Il avance que dans le passé, il y a eu des problèmes concernant l’acquisition d’un terrain. Mais il affirme que l’appel d’offres a été à nouveau lancé pour obtenir un terrain. «Bientôt, il y aura une rencontre avec des représentants du ministère de la Santé dans le cadre  de ce projet.»

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires