Les parlementaires du PTr en mauvaise posture

Avec le soutien de
La marche de la discorde, contre la passation de pouvoir entre l’ex-PM et son fils, vendredi 27 janvier. [Photo : Krishna Pather]

La marche de la discorde, contre la passation de pouvoir entre l’ex-PM et son fils, vendredi 27 janvier. [Photo : Krishna Pather]

«Ceux qui ne sont pas parlementaires ne se laisseront pas éclipser aussi facilement…» Tels sont les propos d’un membre du bureau politique du Parti travailliste (PTr). Interrogé par l’express sur un «malaise» qui prévaudrait au sein de ce parti, il a voulu expliquer la posture de ceux qui ne siègent pas à l’Assemblée nationale par rapport aux parlementaires.

Un énième clash s’est produit au sein du bureau politique (BP) des rouges lors de la préparation de la manifestation de vendredi. C’est après la rencontre entre Xavier-LucDuval, Paul Bérenger et Shakeel Mohamed, le 23 janvier, que les choses auraient dégénéré entre les membres du BP.

Ces derniers avaient alors annoncé une action commune, la manifestation pacifique pour contester la passation de pouvoir entre sir Anerood Jugnauth et son fils Pravind Jugnauth. Sauf qu’initialement, la démarche était loin de plaire à plusieurs membres du BP du PTr. Particulièrement à ceux considérés comme des «proches collaborateurs» de Navin Ramgoolam. Ils n’ont pas manqué de le faire sentir à la réunion du 23 janvier.

«Quelques vifs échanges»

Leurs remarques ont provoqué «quelques vifs échanges» entre les parlementaires, principalement Shakeel Mohamed, et les «collaborateurs de Navin Ramgoolam». Toutefois, précise-t-on, le leader des rouges n’aurait, lui, rien dit ce jour-là.

Mais à une seconde réunion, mercredi dernier, Navin Ramgoolam a alors fait comprendre que les parlementaires ne pouvaient décider d’une action du parti sans que le leader ne soit impliqué. Il sera soutenu cette fois encore par les «anciens du parti».

Faire valoir leur statut de parlementaires

«Ezra Jhuboo, Osman Mahomed, Ritesh Ramful et le chef de file Shakeel Mohamed voulaient, d’une part, faire valoir leur statut de parlementaires dans le bureau politique. De l’autre, ceux qui sont au parti depuis des années voulaient continuer à avoir leur mot à dire et c’est normal qu’ils ont soutenu le leader», explique notre source au sein des rouges.

Le chef de file du PTr à l’Assemblée nationale nous a répondu : «Nous vivons des temps difficiles. J’accueille favorablement les points de vue différents aussi longtemps que ceux-ci sont constructifs et avant-gardistes et non passifs et stagnants.» Sollicités par l’express, les autres parlementaires joints au téléphone ne diront rien. Du côté du camp des proches de Navin Ramgoolam, l’on affirmera, après coup que «la manifestation était une réussite. C’est tout ce qu’il faut retenir».

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires