Navin Ramgoolam: «SAJ fait passer ses intérêts familiaux avant le pays»

Avec le soutien de
 Navin Ramgoolam a organisé un comité exécutif au square Guy Rozemont, ce mercredi 25 janvier.

 Navin Ramgoolam a tenu un comité exécutif au square Guy Rozemont, ce mercredi 25 janvier. 

«Le pays vit un moment sombre et noir.» C’est en ces termes que Navin Ramgoolam a commencé le comité exécutif, ce mercredi 25 janvier, au square Guy Rozemont. Le leader du Parti travailliste a commenté la passation des pouvoirs entre  sir Anerood Jugnauth (SAJ) et Pravind Jugnauth. «Sir Anerood Jugnauth fait passer ses intérêts familiaux avant le pays. C’est un viol de la démocratie. Il met fin à sa carrière d’une manière honteuse».

L’ancien Premier ministre a souligné que le peuple a toujours son mot à dire pour ce genre de décision. «Teresa May n’est pas la fille de David Cameron. En 2014, j’avais proposé le projet de la présidentielle mais le peuple a choisi. Donc, le peuple a son mot à dire pour qu’un changement fondamental soit fait

Selon Navin Ramgoolam, le MSM n’est pas un parti comme les autres. «Le MSM appartient à la famille Jugnauth et est contrôlé par ses membres. SAJ a nommé son fils à la tête du MSM parce qu’il faut contrôler les finances du parti

Toutefois, il dit haut et fort qu’il n’acceptera pas de vivre dans une dynastie et que Pravind Jugnauth aurait dû passer par des élections avant d’accéder au poste premier ministériel. «Moi, je ne tolère pas la dynastie. Lorsque SSR avait laissé la place de Premier ministre à Satcam Boollel, des élections avaient été organisées. Mais SAJ confond l’État avec une propriété privée. Linn pouss so piti par linpost. Si j’étais à la place de Pravind, je serai passé par des élections.» D’ajouter que le pays doit agir. «La population a le droit de choisir son Premier ministre. Telma zot amateur éna en tas vice de procédure. Pravind Jugnauth ti sipozé advise présidente. Answit, li fer prestasion serman bann lézot minis.»

L’ancien Premier ministre a aussi évoqué le rôle d’Ameenah Gurib-Fakim dans cette passation des pouvoirs. «Quel est le rôle de la présidente de la République ? Ce n’est pas à SAJ de nommer Pravind Jugnauth Premier ministre

Il a également mentionné le fait que SAJ n’a pas donné la raison de son départ. Il n’a manqué de rappeler qu’«il n’a jamais été dit que Pravind Jugnauth remplacera SAJ lors de la campagne de 2014».

Quant aux propos de Xavier Duval, Navin Ramgoolam lui donne raison. «Xavier Duval inn bien dir PM Baby-Sitter.» Il a fait remarquer que le poste de ministre mentor n’existe pas dans la Constitution. «Cela n’est pas mentionné dans la Constitution. Il n’y a aucune loi à ce sujet

Navin Ramgoolam a aussi fait mention de l’affaire MedPoint. «L’affaire Medpoint n’est même pas terminée que SAJ a déjà nommé Pravind Jugnauth Premier ministre. Depuis que le Directeur des poursuites publiques a fait appel, l’affaire est constamment renvoyée. Si le Privy Council renverse le jugement, nous serons la risée de tous.» D’autant plus que la presse internationale est en train de dire que Maurice est devenu une «république bananière».      

La conférence de presse de Roshi Bhadain a également été abordée. «Roshi Bhadain a affirmé qu’il y a une mafia qui opère et qui se remplit les poches. Il a également dit qu’il a des preuves à l’appui. Selon lui, c’est Vishnu Lutchmeenaraidoo qui a causé la chute de la BAI. Il a aussi déclaré que c’est un complot

 Selon Navin Ramgoolam, l’ancien ministre des Services financiers doit être honnête envers le peuple. «Bhadain inn dir si li kozé, éna dimounn ki pa pou kapav montré figir. Il a le devoir de dire la vérité s’il veut créer un parti ‘propre’. Les Mauriciens ne peuvent pas rester insensibles à la situation. C’est une trahison vis-à-vis du peuple

Il a terminé en invitant tous les citoyens à la manifestation qui aura lieu vendredi 27 janvier. «Je lance un appel à tous les Mauriciens patriotes, les partis politiques, les jeunes, les ONG et les syndicalistes à se joindre au rassemblement qui aura lieu sur la Place d’Armes à 15 heures pour une marche pacifique. Cela, dans le but de condamner la situation politique du pays et de réclamer des élections générales. J’en ai déjà parlé à Xavier Duval. Il souhaite que je sois présent vendredi.» 

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires