Au n° 1: les bleus emboîtent le pas à Alain Wong

Avec le soutien de
Selven Ramalingum, Dorine Chukowry, Ramona Pong, Aslam Tanaoulla et Raj Beehary (de g. à dr. et de haut en bas).

Selven Ramalingum, Dorine Chukowry, Ramona Pong, Aslam Tanaoulla et Raj Beehary (de g. à dr. et de haut en bas).

Situation particulière dans la circonscription n° 1. Grande-Rivière-Nord-Ouest (GRNO) - Port-Louis-Ouest compte cinq députés de l’opposition, dont deux indépendants et deux issus du Best Loser System. Le départ d’Alain Wong des rangs du Parti mauricien social-démocrate (PMSD) affectera-t-il le rapport de force entre les partis dans cette région? Chacun soutient que son parti est le meilleur, mais il nous revient que plusieurs membres et agents du PMSD ont décidé d’emboîter le pas à l’ancien ministre au double portefeuille.

«Si li gagn plas minis, li bizin alé mem. Li pou éna plis pouvwar pou travay dan sirkonskripsion lerla», affirme un boutiquier de Pointe-aux-Sables pour résumer les explications de ses clients. Pour une grande partie des bleus, la décision est prise. Selven Ramalingum, membre du PMSD, indique que le départ d’Alain Wong a «grandement ébranlé» la base du PMSD. «La popularité qu’Alain Wong a acquise en deux ans le propulsera en tête de liste lors des prochaines élections», soutient ce membre. Il est rejoint dans ses propos par Ramona Pong. Elle faisait partie de l’exécutif du PMSD dans cette circonscription, mais a décidé d’emboîter le pas à Alain Wong. «Je ne vais pas dénigrer le PMSD car le parti a bien travaillé ici. Mais c’était le travail d’Alain Wong», affirme-t-elle.

Comme ces deux activistes, une grande majorité des bleus disent qu’ils suivront l’ancien ministre, car il est populaire. D’ailleurs, l’un d’eux s’aventure même à dire que les jours du PMSD sont comptés au n° 1 car Patrice Armance est aussi sur le point de quitter le navire bleu.

Mais d’autres agents ne partagent pas cet avis. Raj Beehary, un responsable de la régionale du Mouvement socialiste militant (MSM) dans cette circonscription, explique que le PMSD n’a pas de poids électoral. «Alain Wong était absent du terrain. Les habitants ne le connaissent pas car il ne répondait pas aux sollicitations. Patrice Armance est inexistant. Même avant le départ d’Alain Wong, le PMSD était faible», soutient-il. Même s’il déclare que le MSM est fort dans la région, lui souhaite le retour de Danielle Selvon car la circonscription ne compte aucun membre du gouvernement. De plus, la députée «jouit d’une popularité» auprès des mandants, même en tant qu’indépendante.

Un autre agent, un ancien PMSD, se dit d’accord avec Raj Beehary. Mais «à moitié». «Personne n’arrive à la hauteur de Danielle Selvon. D’ailleurs, j’ai quitté le PMSD pour être avec elle. Parmi les cinq députés, c’est la seule qui a une vraie présence», dit-il. Comme la circonscription ne compte aucun élu de la majorité, un comité spécial avec Alain Aliphon, élu de Beau-Bassin – Rose-Hill, a été mis en place pour que le parti majoritaire du gouvernement ait une présence sur le terrain.

Le Mouvement militant mauricien (MMM) compte aussi un député et une bonne assise dans la circonscription considérée comme son fief. Dorine Chukowry, ancienne lord-maire, n’en démord pas: malgré la présence d’un seul député, le MMM est plus fort que jamais. «Le PMSD a toujours représenté 5% des votes. Avec le départ d’Alain Wong, ce faible pourcentage va encore chuter», explique-t-elle.

Aslam Tanaoulla, membre de la régionale, abonde dans le même sens. «Il n’y a que Veda Baloomoody qui est en contact avec la population. Les autres, nous ne savons même pas s’ils sont toujours en vie», ironise-t-il.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires