Education: «Les parents ont besoin de mieux comprendre le NYS»

Avec le soutien de
Jivita Bunwaree-Soobagrah est la présidente de la Parents’ Teachers’ Association de l’école sir Veerasamy Ringadoo.

Jivita Bunwaree-Soobagrah est la présidente de la Parent- Teacher Association de l’école sir Veerasamy Ringadoo.

Voilà deux ans que Jivita Bunwaree-Soobagrah, mère de trois filles, est à la tête de la Parent- Teacher Association (PTA) de l’école sir Veerasamy Ringadoo (SVR). Avec la rentrée scolaire, elle nous donne une idée de ce que pensent les parents du Nine-Year Schooling (NYS).

Quel est votre sentiment par rapport au NYS?

Je pense que l’on peut beaucoup accomplir en mettant en place cette réforme. Les enfants pourront s’épanouir autrement qu’à travers des matières académiques. En tant que mère, je ne peux qu’y adhérer. Beaucoup sont contre la mixité dans les écoles. Moi, je dis que nos enfants seront beaucoup plus épanouis. Le NYS préparera nos enfants pour l’école de la vie. Et mon père le dit toujours: «Le plus important, c’est de réussir sa vie.»

Quel est le mood des parents?

Les parents se posent beaucoup de questions. Chacun a son opinion et le débat est ouvert. Il faut vraiment qu’on y soit pour comprendre.

Les parents n’ont donc pas compris?

La campagne de communication lancée par le ministère à l’intention des parents est une excellente idée. Les enseignants ont participé à un workshop et ils ont eu l’occasion de poser leurs questions. Nous, les parents, nous n’avons reçu que des brochures et des explications à la télévision. Les questions nous les posons et nous tentons d’y répondre par nous-mêmes. Peut-être qu’il serait bien qu’un officier du ministère vienne dans les écoles.

Où se situent les hésitations des parents?

Les étapes évaluation et admission suscitent nombre de questions. Beaucoup de parents ne comprennent toujours pas comment le Modular Assessment sera réalisé. Certains pensent même qu’il n’y aura pas d’évaluation. Pour l’admission dans les collèges, comme tout le monde connaît un peu le système compétitif des Star Schools, un mode d’admission alternatif est difficile à concevoir.

2016 a marqué la dernière édition du Certificate of Primary Eduction (CPE). Les parents sont-ils moins stressés par la formule Primary School Achievement Certificate (PSAC)?

Encore une fois, chacun a son opinion. Mais tout le monde veut le meilleur pour son enfant. Certains sont catégoriques: le CPE a sa place dans notre système. Cela vient surtout de l’habitude. Ce sont des personnes qui n’ont elles-mêmes connu que ce système. Pour d’autres, c’est un soulagement de savoir que leurs enfants pourront continuer les activités extra-scolaires au-delà du Grade 4.

Selon vous, ce système mènera-t-il à l’abolition des leçons particulières?

Cela dépendra des parents. Bien sûr, nous voulons tous que les élèves réussissent académiquement. Mais on peut le faire en ayant un développement plus complet aussi. C’est de la culture des leçons dont il faut se débarrasser. Mais peut-être qu’avec l’examen qui se fera en Grade 5, les leçons commenceront à partir du Grade 4. Cela dépendra de comment les parents le prennent.

Votre aînée (en Grade 5) prendra-t-elle des leçons?

Non.

Avec le NYS, les activités scolaires auront une plus grande place dans nos écoles. Celles-ci ont pendant longtemps été vues comme une perte de temps, surtout dans les «Star Schools». Quel est le sentiment des parents?

Les avis sont mitigés. On dira, par exemple, que les parents veulent bien du module Physical Education mais pas au détriment de l’académique. La réforme est un grand changement dans l’histoire. Cela va prendre du temps et il y aura toujours des mécontents.

Avec la réforme, les écoles seront au même niveau. Il y a toujours eu la perception, cependant, que les meilleurs enseignants se trouvent dans les meilleures écoles. Est-ce que les parents ont peur que cela change?

Je ne sais pas si c’est vraiment le cas. Souvent, ce sont les parents qui exigent tel enseignant et non un autre. Nous voulons un certain niveau pour l’école et l’enseignant doit, souvent, l’atteindre.

Au sein de la PTA, comment vous préparez-vous à accueillir cette rentrée scolaire pas comme les autres?

Nous négocions pour avoir une réunion avec un représentant du ministère pour y voir plus clair. Mais nous essayons de nous adapter. Nous changeons les insignes de Standard à Grade et ajoutons des jeux dans la cour de récré. De petites choses qui mettront les élèves dans le mood du changement.

Les enfants s’adaptent tellement vite. Si l’école, les enseignants et les parents s’y mettent, cela ne peut que bien se passer pour eux.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires