Espagne/17e journée: Messi sauve le Barça, qui perd du terrain

Avec le soutien de
Lionel Messi a limité la casse un coup franc de l'Argentin a sauvé le FC Barcelone in extremis à Villarreal (1-1), dimanche en Championnat d'Espagne, mais ce nul n'arrange pas les Catalans, désormais troisièmes à cinq longueurs derrière le Real Madrid, leader.

Lionel Messi a limité la casse un coup franc de l'Argentin a sauvé le FC Barcelone in extremis à Villarreal (1-1), dimanche en Championnat d'Espagne, mais ce nul n'arrange pas les Catalans, désormais troisièmes à cinq longueurs derrière le Real Madrid, leader.  

Lionel Messi a limité la casse un coup franc de l'Argentin a sauvé le FC Barcelone in extremis à Villarreal (1-1), dimanche en Championnat d'Espagne, mais ce nul n'arrange pas les Catalans, désormais troisièmes à cinq longueurs derrière le Real Madrid, leader.

Sur ses deux premiers matches de 2017, le Barça n'a pas gagné. Et c'est inquiétant pour l'équipe de Luis Enrique, sauvée par le coup de patte de Messi (90e) après l'ouverture du score de Nicola Sansone (49e) lors de l'affiche de la 17e journée de Liga.

Dans un match ponctué d'erreurs d'arbitrage, Villarreal a fini à dix après l'exclusion méritée de Jaume Costa (90e+3). Les Catalans, eux, auraient pu bénéficier de deux penalties logiques (72e, 77e). Et pour ne rien arranger, Messi a expédié une frappe sur le poteau (73e) !

Au classement, Barcelone (3e, 35 pts) se fait doubler par Séville (2e, 36 pts) et se retrouve décramponné à cinq longueurs du Real (1er, 40 pts) à mi-championnat. Un écart qui pourrait se creuser à huit longueurs si l'équipe de Zinédine Zidane, invaincue depuis neuf mois, gagne en février son match en retard à Valence.

«Cette Liga ne dépend plus de nous, a reconnu l'entraîneur barcelonais Luis Enrique. Mais il reste toute la phase retour et je suis sûr que nous allons avoir l'opportunité de nous battre.»

Ce n'est pas encore la crise mais les premiers doutes semblent apparaître autour du Barça, qui semble manquer de profondeur de banc derrière un trio offensif «MSN» (Messi-Suarez-Neymar) qui avance au ralenti.

Des idées pour le PSG ?

Certes, Messi est toujours Messi c'est lui qui a obtenu le coup franc de l'égalisation et il l'a expédié dans la lucarne, s'installant seul en tête du classement des buteurs avec 13 buts.

Mais la fragilité du Barça risque de donner des idées au Paris SG, futur adversaire des Barcelonais le mois prochain en huitièmes de finale de Ligue des champions.

Comme contre l'Athletic Bilbao jeudi en 8e aller de Coupe du Roi (défaite 2-1), le Barça a été neutralisé dimanche par un adversaire efficace au pressing et rapide en contre.

Il faut dire que les prises de risques barcelonaises dans la relance ou les montées offensives sont souvent sans filet. Et au stade El Madrigal, rebaptisé dimanche «stade de la Céramique» en l'honneur de la production locale, le Barça a fini par payer les pots cassés.

Bien organisé et opportuniste, Villarreal a multiplié les contres avec notamment un excellent Pato en pointe. Il a ainsi fallu un bon sauvetage du défenseur français Lucas Digne pour écarter un ballon brûlant (12e).

L'arbitrage en question

Pas de chance pour Digne c'est sur une perte de balle de sa part, un centre plein axe qui n'a pas trouvé preneur, que Villarreal a ouvert le score. En bout de contre-attaque, Sansone a marqué d'une frappe croisée dans un trou de souris (51e).

Et le Barça a manqué de solutions. Sevré de ballons, le trio «MSN» a souvent buté sur la défense du «sous-marin jaune», la meilleure de Liga (12 buts encaissés), ou sur l'excellent gardien de Villarreal, l'international espagnol Sergio Asenjo (8e, 43e, 45e)...

Dans une fin de match crispante, rien n'a souri au Barça. L'arbitre n'a pas vu deux mains volontaires de Bruno Soriano dans la surface (72e, 77e) qui valaient penalty. Et entretemps, Messi a expédié une frappe sur le poteau (73e).

Les Barcelonais pourront se consoler avec une main de Javier Mascherano pas sifflée non plus, mais cela commence à faire beaucoup pour le club catalan, qui s'était déjà plaint de l'arbitrage après le match à Bilbao.

Surtout, Messi ne pourra pas éternellement sauver les siens. Et le Barça va devoir cravacher s'il veut rattraper un Real bien lancé vers la reconquête du titre de champion.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires