Rodrigues: le tourisme en pleine expansion

Avec le soutien de
La célèbre plage de Trou-d’Argent.

La célèbre plage de Trou-d’Argent.

S’il existe un secteur dont la croissance est flagrante à Rodrigues, c’est bien celui du tourisme. L’île a beau être petite, elle attire, chaque année, de plus en plus de touristes français et réunionnais. Une expansion qui, selon les chiffres officiels, a été plus remarquable depuis 2013. Focus sur un secteur d’activités qui fait vivre de nombreux entrepreneurs qui ne manquent pas d’imagination pour fidéliser les visiteurs.

Ils sont 42 438 Mauriciens, 7 320 Français et 9 122 Réunionnais à avoir foulé le sol rodriguais de janvier à novembre 2016. Ces statistiques de l’Office du tourisme de Rodrigues démontrent une ascension importante, d’autant plus que l’une des priorités du gouvernement régional de l’île est justement d’attirer 20 000 touristes internationaux par an. Outre l’Office du tourisme de Rodrigues, les professionnels du service font des efforts pour que les vacanciers y passent d’agréables séjours. Le concept le plus répandu est celui du Tourisme chez l’habitant.

D’ailleurs, ce ne sont pas les chambres d’hôtes et les auberges qui manquent. Il n’existe pratiquement pas une région où une petite auberge n’a pas été construite. Selon les dirigeants de l’île que nous avons rencontrés, le concept de Tourisme chez l’habitant permet aux visiteurs d’avoir un vrai aperçu de la culture rodriguaise et c’est ce qui les encourage à revenir.

«Ll’important est de faire découvrir notre culture»

Dans le cadre d’un voyage de presse organisé par l’Office du tourisme de Rodrigues en décembre, nous avons découvert des auberges et des maisons d’hôtes. L’auberge St-François, située à l’Est, est très prisée par les touristes français. L’établissement qui existe depuis 1989 est géré par une Rodriguaise, Santy Mercure, mais appartient à des Mauriciens. Au total, l’on compte une vingtaine de chambres réparties dans six studios, quatre suites et des maisons créoles. Sans compter le bureau, la cuisine et le restaurant.

«Nous avons une trentaine de personnes lorsque c’est la pleine saison. Mais cette année, nous avons remarqué que nous étions au complet au mois de juin et ce, jusqu’à septembre. Du coup, nous faisons des promotions durant la basse saison et nous avons majoritairement des Réunionnais», explique Santy Mercure. La jeune femme ajoute que l’effort se fait aussi en cuisine pour offrir des plats locaux aux touristes. «Nous offrons des plats typiquement rodriguais, de l’entrée au dessert. Pour nous, l’important est de faire découvrir notre culture», précise-t-elle. Même si l’auberge se situe en retrait du centre des affaires qui est Port-Mathurin, elle bénéficie d’une des plus belles plages de Rodrigues, à St-François, non loin du Trou-d’Argent prisé par les touristes.

Dans les rues de Port-Mathurin justement, nous avons croisé plusieurs touristes un samedi, jour de foire. Nous en avons rencontré quelques-uns dont Josette et Daniel Albertine, des Lyonnais, qui viennent d’ordinaire à Maurice pour des vacances. Sauf cette fois. Ce couple de retraités a décidé de visiter Rodrigues pour la première fois. Ses impressions?

«Nous sommes très contents de ce que nous avons visité à Rodrigues. C’est une petite île de poupée. Ce que nous aimons ici, c’est le fait que l’île ne soit pas développée. Pas comme à Maurice», avance Josette Albertine. «Il faut que Rodrigues reste comme ça ! Surtout ne faites pas de Rodrigues ce que vous avez fait de Maurice.» Josette et Daniel ont promis de revenir à Rodrigues, mais peut-être pas à Maurice.

Un peu plus loin, près d’une galerie d’art, nous avons également rencontré Paul. Originaire de Suisse, ce retraité a décidé de s’installer à Rodrigues il y a trois ans. Notre mystérieux Suisse refusera de nous raconter son quotidien à Rodrigues ou de nous en dire plus sur son choix de s’y installer. Il dira tout simplement : «J’aime Rodrigues et je me plais à marcher dans les rues comme cela.»

L’entrepreneuriat autrement 

Marylou Augustin est réputée pour ses gâteaux.

Difficile d’aller à Rodrigues et de ne pas entendre parler de Marylou Augustin… ou plutôt de ses tourtes. Cette Rodriguaise est réputée pour ses gâteaux, oui, mais aussi pour les facilités qu’elle est la seule à pourvoir dans toute l’île. Il s’agit d’un service de livraison de tourtes directement à l’aéroport de Plaine-Corail. Et le tout, quelques secondes avant l’embarquement.

La gérante de La Tourterie explique qu’elle fait de son mieux pour que les touristes ramènent des tourtes fraîchement préparées à la maison. Même si pour cela il faut offrir un service supplémentaire, elle le fait avec joie. «Je ne vais jamais donner à un voyageur une tourte préparée depuis des jours pour qu’il la ramène à la maison. Je prends des commandes, je prends le numéro du client et ensuite je fais livrer les tourtes le matin à l’aéroport. Des tourtes faites la veille du départ du visiteur», souligne la jeune femme.

Marylou Augustin explique que c’est ainsi qu’elle a pu se faire un réseau et qu’elle ne cesse d’innover pour répondre aux attentes des clients. Chez elle, ce sont les tourtes à la papaye qui sont les best-sellers. Histoire de plaire à un plus grand nombre de clients, elle offre aussi des tourtes salées.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires