Analyse: qui peut être débauché par le MSM?

Avec le soutien de
«L’express» se livre à une évaluation de chaque député de l’opposition qui pourrait bien faire le pas et rejoindre le gouvernement.

«L’express» se livre à une évaluation de chaque député de l’opposition qui pourrait bien faire le pas et rejoindre le gouvernement.

Le «Prosecution Commission Bill» a simplement été «renvoyé» à mars, a dit le Premier ministre après le départ du PMSD du gouvernement à quatre jours de Noël. «Le moment que nous aurons une majorité des trois quarts l’on reviendra de l’avant», a, lui, soutenu Pravind Jugnauth.

Et SAJ a renchéri dans son discours à la nation le 1er janvier en balayant les critiques contre cette loi. Si le gouvernement persiste donc à croire qu’il pourra faire voter cette loi, il faut en déduire qu’il compte débaucher des rangs de l’opposition. Qui est «débauchable» ? Cette analyse se base sur les pratiques de la classe politique, dont certaines, comme la composition d’un cabinet sur des critères ethniques, ont toujours été dénoncées par «l’express».

L’histoire nous a démontré que rien n’est impossible en politique. Nos politiciens nous ont habitués à des mariages, des divorces, des incestes, des débauchages – et des débauches – d’intérêt. Des 28 députés de l’opposition, qui est donc plus enclin à vendre son âme au diable ?

Salim Abbas Mamode

Député PMSD et Best Loser au n° 3. Un retour des Bleus dans les rangs du gouvernement étant des plus invraisemblables – là encore avec toutes les précautions – il devrait sur le papier difficilement faire le grand saut. Mais attention : l’impopularité d’Anwar Husnoo, membre du ML au n° 3, n’est pas inconnue du MSM dont le leader, avait lui-même dû avorter un meeting à Plaine-Verte, le 24 novembre dernier. 

Le MSM se retrouve donc sans représentant dans cette circonscription. Anwar Husnoo, le seul élu du gouvernement, est issu du ML et là encore, il est hautement impopulaire. Face à lui, les Shakeel Mohamed, Aadil Ameer Meea font figure d’ogre. Et si le MSM brandissait une belle carotte à Salim Abbas Mamode, pour atténuer la crise du n° 3 ? 

De plus, l’allégeance n’est pas le fort de Salim Abbas Mamode. C’est un ex-membre du MMM.

Possibilité d’être débauché : 6/10

Aadil Ameer Meea

Élu du MMM au n° 3. Toujours couvert d’éloges par son leader, on le voit difficilement quitter le MMM. Son saut dépendra donc de celui de son parti.

Possibilité d’être débauché : 1/10

(9/10 si le MMM décide de faire le saut)

Patrice Kursley Armance

Élu du PMSD à la circonscription n° 1. Discret, peu en vue, peu entendu, il a le profil type du «débauchable». Dans cette circonscription, le MSM a le même problème qu’au n° 3 : pas de représentants, puisque Danielle Selvon a claqué la porte du parti, tandis que le MMM y dispose de Veda Baloomoody. Le PMSD peut lui compter sur Alain Wong– fidèle meilleur ami de Xavier-Luc Duval – et Patrice Armance, l’inconnu qui s’est fait élire en tête de liste en 2014. Si le MSM doit jeter son dévolu sur un des deux, le choix est facile. Prédire l’issue d’une telle démarche l’est cependant moins.

Possibilité d’être débauché : 5/10

Jean Claude Barbier

Best Loser au n° 1, il affole notre indicateur de possibilité d’être débauché. Son arme de séduction : sa circonscription (le n° 1) et l’ethnie de son leader (voir notre analyse sur Alan Ganoo). Celui-ci s’était d’ailleurs déclaré, juste après la cassure du gouvernement, prêt à écouter toute proposition avant de se rétracter quelques jours plus tard. Trop tard, la balle est déjà partie. Jean-Claude Barbier et le MP sont de facto perçus comme des options «faciles» pour le MSM. À condition de brandir les bonnes carottes dans la bonne formule.

Possibilité d’être débauché : 8,5/10

Dan Baboo

Élu PMSD au n° 16. Le portefeuille qu’il vient d’abandonner, il ne la doit qu’à son appartenance ethnique (Santaram Baboo était le seul marathi de la majorité). Le MSM l’approchera si la tentative auprès de Ganoo échoue. Se laissera-t-il tenter ? Ne vous fiez pas à sa naïveté apparente. Il n’est pas inepte. Santaram (Dan) Baboo sait que s’il devait se laisser débaucher, c’était avant de démissionner. Verdict : trop tard... mais en politique, sait-on jamais.

Possibilité d’être débauché : 2/10

Veda Baloomoody

Élu du MMM au n° 1. Comme Aadil Ameer Meea, il reste très engagé auprès de Paul Bérenger. L’imaginer faire le saut seul est un exercice risqué.

Possibilité d’être débauché : 1/10

À l’approche de 2019 : 9/10

Paul Bérenger

Avec lui tout est possible. Tout ! Même si, aujourd’hui, il martèle «pas question de rapprochement» ou encore «tout sépare le MSM du MMM», les antécédents de Paul Bérenger n’inspirent pas confiance. D’ailleurs, le «tout sépare» est une formule qu’il avait aussi employée à l’encontre du PTr avant de s’allier à ce même parti, non sans un épisode «definitely off». 

Pour le moment, le MMM est en mode attente. Officiellement, il attend les élections pour se présenter seul aux prochaines élections. Mais, officieusement, il attend que le PMSD – à qui il a gratuitement livré le poste de leader de l’opposition – ronge le MSM. Celui-ci affaibli avec le temps et l’usure, et incapable de s’allier au PMSD, s’offrira à un Paul Bérenger, alors en position de force. Cette théorie, si elle s’avère, ne se concrétisera cependant pas avant la prochaine rentrée parlementaire. Trop tôt pour le MMM. Mais attention quand même. Une des citations préférées de Paul Bérenger, c’est une phrase de Harold Wilson, ancien Premier ministre britannique : «A week is a long time in politics.» Mars, c’est dans moins de trois mois.

Possibilité d’être débauché : 1/10

À l’approche de 2019 : 9/10

Rajesh Bhagwan

Éternel lieutenant de Paul Bérenger, il ne quittera jamais le MMM. Ne comptez donc pas sur lui pour trahir son leader. Mais si Paul Bérenger décide que le MMM devrait faire alliance avec le MSM, comptez sur lui pour survendre le «produit miracle qui guérirait tous vos maux». Voici comment un jour, alors que Paul Bérenger déclarait que tout sépare le PTr du MMM, il est allé dire que «mo pou boir lysol zour MMM fer lalyans ek travayis». L’alliance s’est faite. Lui, il n’a jamais bu son lysol.

Possibilité d’être débauché : 1/10

À l’approche de 2019 : 9/10

Adrien Duval

Le coquelet est bien attaché au père-coq. Entre eux, le courant passe tellement bien qu’il est difficile d’imaginer que les deux hommes puissent un jour se disputer, comme l’avait fait Xavier Duval avec grand-père-coq (Gaëtan Duval). Le terrain pour lui au n° 17 serait très bon et il n’a donc aucune raison de se laisser tenter par les poules orange. Son seul danger : que son ex-collistier, Stéphan Toussaint, n’obtienne un maroquin ministériel (ce qui serait un choix ethnique), au point de lui prendre quelques votants dans la circonscription. D’ailleurs, Stéphan Toussaint était présent lors de la conférence de presse de Pravind Jugnauth après la démission de Xavier Duval. Présence remarquée puisqu’autour de la table, il n’y avait que des ministres haut-placés dans la hiérarchie du Sun Trust : Nando Bodha, Showkutally Soodhun, Leela Devi Dookhun et Pravind Jugnauth.

Possibilité d’être débauché : 1/10

Xavier-Luc Duval

Les yeux de XLD sont ailleurs. Il aura beau démentir tout rapprochement avec le PTr et insister que sa démission du gouvernement est une décision de principe, difficile de ne pas se faire à l’idée que «l’opportuniste chanceux» fait exprès le jeu de Navin Ramgoolam.

Possibilité d’être débauché : 1/10

Alan Ganoo

Un des favoris. Son «parti» ne compte que deux parlementaires (Jean Claude Barbier et lui-même) et il a la chance d’être un marathi, ce qui aux yeux du MSM vaut de l’or. Dans leur piètre manière de composer leur Cabinet, les Premiers ministres ont toujours considéré l’ethnie de leurs ministres. Voilà pourquoi Dan Baboo avait obtenu un portefeuille. Maintenant qu’il est parti, cette place est à prendre, et dans les rangs de la majorité, il n’y a aucun marathi. Difficile cependant de voir Alan Ganoo dissoudre son parti pour rejoindre le MSM. Il devrait négocier l’entrée du MP en alliance avec le ML et le MSM.

Possibilité d’être débauché : 8,5/10

Thierry Henry

C’est le cousin de Xavier-Luc Duval. Mais chez les Duval, cela n’est pas une garantie d’allégeance. Richard Duval, le frère de Xavier, avait lui-même abandonné le bateau bleu pour rejoindre le Parti travailliste. Tout n’étant qu’une question d’intérêt, Thierry Henry doit se poser cette question : «Où ai-je plus de chance de ne pas être poursuivi pour l’accident mortel que j’ai provoqué avant de mentir pour dire que c’est ma femme qui conduisait? Dans le gouvernement ou dans l’opposition ?»

Possibilité d’être débauché : 1/10

Osman Mahomed

Il ne peut pas obtenir le même rating que ses camarades de parti. Lui a été nommé par le MSM sur le board de la Mauritius Renewable Energy Agency. Lui, il était le seul travailliste présent à la présentation du projet Vision 2030 par le Premier ministre. Lui, il a dû faire face à une pétition des habitants de Vallée Pitot, qui lui ont demandé de démissionner au profit de Navin Ramgoolam. Ce dernier l’a certes soutenu, mais ce rating doit prendre tout cela en compte. Voilà pourquoi, Osman Mahomed a légèrement plus de risque – ou de chance, dépendant où on se situe – de faire le grand saut que ses camarades de parti. De plus, aux yeux du MSM, il incarne cette élite musulmane que Showkutally Soodhun a du mal à rallier. Worth a bet !

Possibilité d’être débauché : 4/10

Shakeel Mohamed, Ezra Jhuboo, Ritish Ramful

Les travaillistes croient dur comme fer ces jours-ci avoir réussi un revival. Avec une alliance avec le PMSD qui se dessine, ces trois parlementaires rouges n’ont aucun intérêt à se laisser tenter par des carottes brandies par le MSM. Mais d’ici 2019, la route est longue. La rédemption du leader des rouges ne sera complète qu’une fois qu’il sera acquitté dans l’affaire des Rs 220 millions de son coffrefort. Ce qui est loin d’être gagné. Tout peut basculer n’importe quand.

Possibilité d’être débauchés : 1/10

Zouberr Joomaye

«Je reste indépendant», a-t-il déclaré après la démission du PMSD du gouvernement. Mais c’est un langage de politicien. Zouberr Joomaye c’est également celui qui avait dit il y a un an que «2016 sera l’année du MMM et de son leader» avant que lui-même ne démissionne du MMM en invoquant un «leadership vieillissant». Ce qui est par contre vrai, c’est sa proximité avec Showkutally Soodhun. Zouberr Joomaye fait partie des Top 5 de cette liste de «débauchables».

Possibilité d’être débauché : 8/10

Joe Lesjongard

Si le député indépendant franchit le pas, c’est qu’il aura obligé le MSM à ravaler tout le venin craché sur lui quand il avait quitté la présidence du parti soleil pour rejoindre le MMM. Mais en politique, tout s’oublie, et tout se pardonne. Ainsi, Joe Lesjongard devrait être la priorité du MSM dans ce mercato. La raison : le départ du PMSD a entraîné le départ de deux ministres de la population générale : Aurore Perraud et Xavier Duval. Dans le calcul politico-ethnique – que l’express dénonce – du Sun Trust, c’est une déficience importante dans le capital créole. Trop importante pour qu’on ne se tourne pas vers Joe Lesjongard, dont la cible ces derniers temps n’était autre que... Xavier Duval.

Possibilité d’être débauché : 7,5/10

Guito Lepoigneur 

Il prétend avoir été approché par le MSM et qu’il n’est pas intéressé. Best Loser au n° 20, Guito Lepoigneur, si on se fie à sa parole, n’abandonnera pas la bassecour bleue. Jusqu’où tiendra-t-il ?

Possibilité d’être débauché : 1/10

Marie Claire Monty

Elle y est presque. Marie Claire Monty, élue à la circonscription n° 4, est la seule à avoir ouvertement exprimé sa tentation de démissionner du PMSD pour rejoindre les rangs de la majorité. Hottest Favourite, Horse to Beat, Banker... les formules ne manquent pas.

Possibilité d’être débauchée : 9,5/10

Aurore Perraud

Elle doit tout à Xavier-Luc Duval et elle ne le trahira pas, surtout qu’une alliance avec le PTr est déjà dans le viseur pour 2019. Si elle devait faire le grand saut, elle n’aurait simplement pas démissionné comme ministre.

Possibilité d’être débauchée : 1/10

Franco Quirin

Il est dans la même situation que les autres parlementaires du MMM : fidèles à l’alignement de leur leader. Fidèles à ses dérives aussi.

Possibilité d’être débauché 1/10

À l’approche de 2019 : 9/10

Kavi Ramano

Un cas très intéressant à suivre. Le député indépendant entretient de bonnes relations avec Roshi Bhadain dans la circonscription n° 18, qui est aussi la circonscription de Xavier-Luc Duval. N’a rien laissé transparaître jusqu’ici. Considéré comme une des chevilles ouvrières de la victoire du MSM aux élections municipales à Quatre-Bornes, il devrait laisser le choix à ses mandants et agents si le MSM lui fait une proposition. Il penche ainsi plus en faveur du «oui» que du «non».

Possibilité d’être débauché : 6/10

Danielle Selvon

Elle a claqué la porte du MSM très tôt. N’a montré aucun intérêt à réintégrer les rangs de la majorité, même après le départ du PMSD. Elle a, au contraire salué «le courage du PMSD». Même s’il ne faut jamais dire jamais en politique, là ça risque d’être compliqué.

Possibilité d’être débauchée : 1/10

Malini Sewocksing 

C’est un fervent soutien de Xavier-Luc Duval et d’Adrien Duval. Élue en 3e position à Curepipe, elle est toujours restée à sa place, sachant que hiérarchiquement, elle ne surpassera jamais le fils du leader. Si la future alliance PTr-PMSD se concrétise, ce sera peut-être pour elle la fin d’une histoire. Le PTr va sans doute exiger et obtenir le ticket «hindou» du n° 17. Le MSM se tournera vers elle uniquement en cas de total désespoir et rien ne dit qu’elle se laissera séduire.

Possibilité d’être débauchée : 1/10

Rafick Sorefan

Le Best Loser du n° 15 l’a dit : «Je veux collaborer avec le gouvernement.» En d’autres mots : je suis à prendre. Est-ce dans l’intérêt du MSM de se tourner vers lui ? Au point où en sont les choses, pour le Sun Trust, tout est bon à prendre, si cela peut contribuer à atteindre la majorité des trois-quarts. Quitte à recruter l’adversaire direct de Showkutally Soodhun au n° 15.

Possibilité d’être débauché : 7/10

Reza Uteem

Ne trahira – a priori – jamais la confiance que lui a faite Paul Bérenger. Présenté comme n° 3 du gouvernement PTr-MMM, assis à la droite de son leader à l’Assemblée nationale, Reza Uteem est «highly rated» par le leader des mauves. Sa cible préférée : Roshi Bhadain. Ainsi, on le voit mal faire le saut. Sauf si, comme pour les autres membres du MMM, naît un deal MSM-MMM.

Possibilité d’être débauché : 1/10

À l’approche de 2019 : 9/10

Alain Wong

Un des meilleurs amis du leader du PMSD. Il est indéboulonnable. Dans son cas, il est difficile de dire si c’est grâce à son amitié avec XLD ou son appartenance à la communauté sinomauricienne qu’il a obtenu un portefeuille ministériel. Quoi qu’il en soit, le Premier ministre – actuel ou prochain – devra constituer son Cabinet sans cette composante.

Possibilité d’être débauché : 1/10

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires