Reportage: les habitants d’Olivia «pas des barbares»

Avec le soutien de
La voiture incendiée par des individus après l’accident survenu à Olivia, lundi.

La voiture incendiée par des individus après l’accident survenu à Olivia, lundi.

Le drame qui s’est joué à Olivia, lundi, a donné un sérieux coup de projecteur sur ce petit village de l’Est. L’accident de voiture, qui a fait un mort et trois blessés, tous des habitants de cette localité, a été comme la soupape de sûreté du chaudron social qui a fini par sauter. Depuis, il semble qu’il y ait un autre regard qui se porte sur cette partie du pays. Immersion…

Les habitants qui, affirment-ils, n’ont fait qu’exprimer leur colère à la suite de cet accident, se sentent depuis rejetés. Ils ont incendié volontairement la voiture impliquée dans l’accident. La police est actuellement à la recherche de huit habitants de la région, qui auraient commis ce délit.

Une chose est sûre, les habitants d’Olivia n’ont pas le cœur d’accueillir le Nouvel An. Perdus dans leurs pensées, c’est avec peine qu’ils se remémorent le drame de lundi. Et c’est d’autant plus pénible qu’ils entendent des personnes dire qu’Olivia est peuplé de «barbares».

Deux jours après l’accident, des femmes, assises devant leurs maisons, ne parlent que du drame. Elles peinent à comprendre ce qui s’est passé devant leurs yeux en quelques secondes seulement et qu’il a fallu l’aide des habitants pour venir en aide aux blessés. «Bann lotorité konserné pann fer zot travay kouma bizin. Lerla mem dimounn inn koumans révolté. Si tou ti pas korek, pa ti pou éna dézord», confie une habitante.

«Sa insidanla inn arivé parski nou pa finn aksepté ki enn dimounn rant dan nou landrwa ek vinn touy dimounn kouma nannié ditou. Eski nou ti bizin asizé gété pa fer nannié?»

Elles soutiennent que ce sont les habitants qui ont dû extirper les blessés, parmi lesquels figurait Clément Ferdinand, la personne mortellement atteinte, sous les roues de la voiture. Ajouté à cela, les esprits se sont échauffés et quelques personnes, actuellement recherchées, ont fini par mettre le feu à la voiture accidentée.

«Lepep pé pansé ki abitan Olivia bann barbar. Ofet non, sa insidanla inn arivé parski nou pa finn aksepté ki enn dimounn rant dan nou landrwa ek vinn touy dimounn kouma nannié ditou. Eski nou ti bizin asizé gété pa fer nannié ? Li normal ki sertin abitan finn ankoler», explique une habitante âgée d’une cinquantaine d’années. «Si vrémem bann abitan ti sovaz, personn pa ti pou donn koudmé sap bann blésé-la», ajoute-t-elle.

Mario Ferdinand, le fils de la victime, affirme qu’il comprend la frustration des habitants d’Olivia. Son père, dit-il, a quitté son lieu de travail pour se rendre à la boutique du coin. C’est là que l’accident s’est produit. «Kan bann abitan inn koné ki kat dimounn Olivia inn tapé, zot inn désann lor simé pou al gété. Lapolis inn évakié sofer parski dimounn ti koumans révolté. Séki mo pansé ti normal», souligne-t-il. Les circonstances de cet accident sont toujours à être éclaircies.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires