L’ex-ministre Raj Dayal «menace» de quitter le MSM

Avec le soutien de
Raj Dayal (à dr.) quittant la cour le 27 avril 2016, après le maintien des charges à son encontre.

Raj Dayal (à dr.) quittant la cour le 27 avril 2016, après le maintien des charges à son encontre.

Il y aura d’autres départs du gouvernement. C’est ce qu’a affirmé le leader du Parti mauricien social-démocrate (PMSD), Xavier-Luc Duval, lors de sa conférence de presse, vendredi 23 décembre. Le député orange Raj Dayal s’apprêterait-il ainsi à claquer la porte, après la démission des Bleus ? En tout cas, dans son entourage, on fait part de son vif mécontentement avec le Mouvement socialiste militant (MSM).

D’ailleurs, ni Raj Dayal ni Roubina Jadoo-Jaunbocus n’ont assisté au dîner annuel du MSM, organisé à la Clarisse House, vendredi. Suscitant divers commentaires. Sollicitée par l’express, la secrétaire parlementaire privée a déclaré qu’elle n’a pu s’y rendre pour des raisons personnelles.

Bouder toutes les activités du MSM

En revanche, des proches de Raj Dayal, député de la circonscription n°9, Flacq–Bon-Accueil, laissent entendre qu’il aurait décidé de bouder toutes les activités du MSM. La raison ?

En fait, le backbencher du parti soleil avait pensé qu’il serait réintégré à son poste, au ministère de l’Environnement, suivant le retrait du PMSD du gouvernement. Mais il a vite déchanté après la décision du Premier ministre de réaffecter ce portefeuille au ministre Étienne Sinatambou. Tant et si bien que Raj Dayal aurait même lancé qu’il serait prêt à quitter le MSM.

 Ministères orphelins

Il nous revient que l’ancien ministre aurait confié à des camarades du parti qu’il aurait dû retrouver son poste. Il a aussi exprimé son mécontentement lors de la pause-déjeuner, au Parlement, mercredi 21 décembre.

Selon les informations obtenues par l’express, il aurait affirmé qu’il ne comprend pas pourquoi les fonctions de ministre de l’Environnement ne lui sont pas revenues, d’autant plus qu’avec le départ du PMSD, plusieurs ministères sont devenus orphelins.

 Agacé de ne plus être ministre

Il se trouve que bien avant la cassure, Raj Dayal avait exprimé à certains proches son agacement de ne plus être ministre. Interrogé à ce sujet, le dimanche 25 décembre, il a laissé entendre, à deux reprises, qu’il n’était pas disponible pour parler à la presse car il assistait aux funérailles d’un proche.

Toujours est-il que Raj Dayal est en attente de son procès dans l’affaire bal kouler. Il lui est reproché d’avoir sollicité un pot-de-vin de Rs 1 million d’un homme d’affaires, en mars. Il fait l’objet d’une accusation provisoire de bribery by public official. C’est à la suite de son arrestation, le 6 avril, que sir Anerood Jugnauth lui a retiré le portefeuille de l’Environnement, en attendant la fin du procès.

Remaniement ministériel: le ML propose Rutnah et Boissézon

Le Muvman Liberater (ML), avons-nous appris, aurait soumis les noms de deux de ses députés pour être nommés ministres. Ils sont Ravi Rutnah et Eddy Boissézon. Le remaniement ministériel pourrait intervenir durant la première quinzaine de janvier, une fois que, semble-t-il, le MSM se serait assuré d’obtenir le soutien de ses backbenchers et des députés indépendants.

Par ailleurs, les députés dont les noms sont cités avec insistance comme ministrables, parmi lesquels figureraient Marie-Claire Monty, Sudesh Rughoobur et Sangeet Fowdar, sont restés injoignables, dimanche. Pravind Jugnauth, leader du MSM, serait en contact avec eux, à travers des émissaires, apprend-on.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires