L'express leaks du dimanche 18 décembre au vendredi 23 décembre

Des bruits de couloirs, les derniers buzz ou les derniers scandales, l'express vous dévoile ce que les autres vous cachent.

MHC orpheline

La Mauritius Housing Company (MHC) n’avait déjà pas de directeur depuis le départ de Rajen Seetohul en janvier 2015. Elle se retrouve cette fois-ci sans président, avec la démission de Mamade Khodabaccus du conseil d’administration. Ce sont donc ainsi un Officer in charge et un Acting Chairman qui mènent la barque jusqu’à nouvel ordre.

Coup de blues des fonctionnaires

L’émotion était à son comble lors de ce déjeuner des fonctionnaires auquel a également participé l’exministre Alain Wong, au lendemain du retrait du PMSD du gouvernement. Des larmes auraient même coulé de part et d’autre. Une scène similaire s’est déroulée lors d’un déjeuner que Robert Desvaux, exprésident de la Tourism Authority, a offert aux 110 employés de l’institution. Ces derniers ont exprimé leur gratitude pour la visibilité que sa gestion leur a apportée et pour l’amélioration de la qualité des prestations qui en ont découlé.

Qu’un mal de tête

Plus de peur que de mal pour le leader des mauves à quelques jours de Noël. Après un mal de tête, Paul Bérenger a préféré se rendre en clinique pour effectuer une batterie de tests, lesquels n’ont rien relevé d’anormal, au grand soulagement des proches du politicien. D’ailleurs, s’il n’était pas en bonne santé, Paul Bérenger serait certainement la première personne et le seul politicien à le faire savoir au public.

Canvassing de fin d’année

Rien d’exceptionnel à ce que des fonctionnaires, tous occupant le même poste, organisent un déjeuner de fin d’année en y invitant des personnalités. Sauf que lors de cette petite fête tenue dans un restaurant, la direction d’un syndicat en aurait profité pour faire circuler un formulaire. Le but : démarcher le plus de membres, surtout ceux qui sont dans le «syndicat rival».

Consolation pour Megh Pillay

Botté en touche par le board d’Air Mauritius, l’ex-CEO Megh Pillay a soulevé une vague de sympathie. Sa révocation fait de l’ombre sur le tableau gouvernemental tant il était apprécié par tous pour sa vision et son sens du management. Megh Pillay a eu droit à une petite consolation : le magazine Discover and Invest, dirigé par l’ex-journaliste Bernard Saminaden et imprimé par Caractère Ltée, l’a consacré Man of the year 2016. «Megh Pillay est au-dessus de la politique et il a fait l’unanimité parmi tous, y compris au sein de la classe syndicale. Quand nous lui avons dit qu’il est notre homme de l’année, il a été agréablement surpris», confie Bernard Saminaden.

Le coq ne chantera plus

Les langues commencent à se délier après le départ de Santaram Baboo du ministère des Arts et de la culture, notamment au sujet d’un fonctionnaire. Placé sur plusieurs conseils d’administration, ce proche de l’ancien ministre avait alors accès aux contrats de service traiteur et à ceux concernant les recrutements. On allègue que c’est sous couvert du respect des procédures qu’il s’arrangeait pour que ce soit des personnes issues de la circonscription n°16 qui en bénéficient.

Transfuge rejeté

À peine a-t-il été élu comme président du conseil de district de Flacq qu’il risque déjà de perdre sa place. En effet, ayant bénéficié du soutien d’éléments travaillistes et étant perçu comme pro-rouge, Vikram Hurdoyal risque d’être balancé à cause de sa couleur politique. Et ce malgré le fait qu’il tente, sur les réseaux sociaux, de se défaire de sa réputation, insistant qu’il est neutre, voire qu’il est proche du MSM. Mais la décision a été prise au plus haut niveau.

De VIPSU à simples policiers

Le transfert a été rapide pour les policiers jusqu’à tout récemment affectés aux quatre ex-ministres bleus du gouvernement. Après que ces derniers ont rendu leur voiture de fonction, ces membres de la VIPSU, dont des chauffeurs, ont été mutés dans des postes de police.

Hébrard : retour incertain au CEB

En raison de son état de santé qui se serait détérioré en cette fin d’année, le retour de Gérard Hébrard au sein du CEB s’annonce des plus incertains. Durant son absence, ses remplaçants ont eu toutes les peines du monde à gérer le black-out et finaliser les dossiers complexes entourant l’achat et l’installation des turbines. D’autant plus que le ministre de tutelle est clairement dépassé par ces calculs…

Inn resi tap bonis !

Même s’il a eu à soumettre sa démission, contre son gré, au sein d’un corps parapublic, un nominé bleu se console d’avoir pu rouler une berline neuve pendant un peu plus de six mois et d’avoir pu «tap nou bonis désam !». En prenant congé de ses collègues, il a dit : «Aster mo al manz ar déser la…» Bon appétit, lui ont souhaité plus d’un !

L’ombre de la Dirty Trick Unit

DTU, soit, Dirty Trick Unit. C’est ainsi qu’a été surnommée la nouvelle unité à l’œuvre dans l’ombre et qui serait derrière les affiches attribuées au PMSD et où est inscrit «Navin avant tout». Il se chuchote que cette unité serait téléguidée d’un imposant immeuble au cœur de la capitale.

À la chasse aux squelettes

Festival Kreol, Mauritius Housing Company, Mauritius Ports Authority, Cargo Handling Corporation Ltd, Airports of Mauritius Ltd… Ces dossiers risquent de faire les choux gras des journaux dans les prochains jours. Le parti soleil est bien décidé à déterrer des squelettes.

Ministre Colombo

Ce ministre-là ne manque pas une occasion de faire parler de lui. Aussitôt que de nouvelles responsabilités lui ont été conférées, il a envoyé un courriel pour en informer le personnel de son nouveau ministère. Sauf que cela ne s’est pas arrêté là. Il a aussi fait sortir cinq dossiers de son prédécesseur à la demande de la plus haute hiérarchie de son parti.

Bilan périmé

Panique générale parmi les concepteurs de la publication du gouvernement sur son bilan 2014-2016. En page 2, sous l’édito non signé est publiée une grande photo des leaders, incluant Xavier-Luc Duval (XLD). Et en page 6, une pleine page sur le tourisme avec le slogan «résultats sur résultats». La suite on la connaît : exit du PMSD avant la sortie du magazine. Mais vu que celui-ci avait déjà été produit à l’imprimerie du gouvernement, il a été décidé de le sortir quand même. Résultat : les photos de XLD tout sourire rendent le magazine ridicule ! Certains à l’intérieur du gouvernement parlent même d’acte de sabotage.

Bilan périmé

Panique générale parmi les concepteurs de la publication du gouvernement sur son bilan 2014-2016. En page 2, sous l’édito non signé est publiée une grande photo des leaders, incluant Xavier-Luc Duval (XLD). Et en page 6, une pleine page sur le tourisme avec le slogan «résultats sur résultats». La suite on la connaît : exit du PMSD avant la sortie du magazine. Mais vu que celui-ci avait déjà été produit à l’imprimerie du gouvernement, il a été décidé de le sortir quand même. Résultat : les photos de XLD tout sourire rendent le magazine ridicule ! Certains à l’intérieur du gouvernement parlent même d’acte de sabotage.

Combien coûte un député ?

C’est le mercato de la politique locale en ce moment. Les députés de l’opposition sont approchés par des émissaires de la majorité. Le prix d’un député transfuge – qui durant le mandat 2010- 2014 tournait autour de Rs 15 millions-Rs 20 millions – a pris l’ascenseur en cette fin d’année 2016. Nos sources évoquent un chiffre astronomique qui approche les Rs 35 millions aujourd’hui et pourrait atteindre Rs 40 millions – inflation oblige... «La négociation commence à Rs 30 millions, pas moins», aurait laissé entendre un député à un émissaire cette semaine. Paiement : cash only !

{{title}}

{{#if summary}}

{{summary}}

{{/if}} {{#if image}}
{{image.alt}}
{{/if}} {{{body}}}
Publicité
Publicité

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires