Ivan Collendavelloo: «XLD avait d’autres options que de courir dans les bras de Ramgoolam»

Avec le soutien de
Ivan Collendavelloo a tenu un point de presse ce mardi 20 décembre.

Ivan Collendavelloo a tenu un point de presse, ce mardi 20 décembre.

«Je pense que Xavier-Luc Duval avait plusieurs options. Un tête-à-tête avec le Premier ministre. Une discussion avec ses camarades, moi compris…» C’est ce que déclare Ivan Collendavelloo, lors d’un point de presse, ce mardi 20 décembre, en commentant la démission des membres du Parti mauricien social-démocrate. «Il aurait pu montrer son désaccord (NdlR, avec le Prosecution Commission Bill) de plusieurs façons. Au lieu de ça, il va dans les bras de Navin Ramgoolam.» Le leader du Muvman Liberater de revenir à la charge : «Ce pa enn opsion pou swazir.»

«Fransman ou crwar li pu al dan lebra Bérenger? Li normal ki li pu al fer enn aksion populaire ek PTr », devait-il aussi ajouter. 

Regrettant la décision de Xavier-Luc Duval et des Bleus, le ministre des Services publics soutient que son parti est du même avis. «Le ML regrette le départ de XLD et de nos amis du PMSD. Moi j’ai toujours entretenu de bonnes relations avec sir Gaëtan Duval et XLD. Mem kan monn paret kont zot dan la cour.»

Evoquant le Prosecution Commission Bill, Ivan Collendavelloo déclare que selon les lois mauriciennes, «le Directeur des poursuites publiques n’est pas un personnage indépendant. Ena ban zizman la Cour supreme, si dpp pran enn décizion irasionel la cour pou kapav tuzur redress linzistis. Mo pa kpav dakor ek dimun ki vin dir p rod erod drwa DPP.»

Le ministre donne aussi sa lecture des choses : «Zordi, li kout au minimum Rs 100 000 pou chalenge aksion DPP. Pa tou dimunn ki éna moyen. Samem sertin rod gard sa sistem la. Li favoriz bann ris. Nu bisin permet le citoyen ordiner gagn rekour san vann so bizou mariaz.» La justice citoyenne doit être accessible à tous, dit-il.

Interrogé par rapport au député Sangeet Fowdar, qui était absent du point de presse, le ministre Ivan Collendavello répond qu’il n’y a «aucun signe de claquage de porte».

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires