Parlement: la réforme électorale à Rodrigues votée à l’unanimité

Avec le soutien de
Des partisans de l’OPR croisent ceux du MR le 21 janvier 2011, à Rodrigues.

Des partisans de l’OPR croisent ceux du MR le 21 janvier 2011, à Rodrigues.

Le «Rodrigues Regional Assembly Amendment Bill» et l’amendement à la Constitution pour permettre une augmentation d’élus et une meilleure représentation féminine à l’Assemblée régionale ont été votés à l’unanimité par les parlementaires présents, mercredi 14 décembre.

Xavier-Luc Duval:«La majorité des Rodriguais pour les amendements»

Le Premier ministre adjoint Xavier-Luc Duval, qui a présidé le comité interministériel qui a proposé les amendements au Rodrigues Regional Assembly Act, soutient que les membres du comité ont rencontré des forces vives de Rodrigues.

Selon lui, une grande majorité d’habitants soutiennent les amendements. «Quand j’étais à Rodrigues, il n’y avait que quatre ou cinq personnes qui ont manifesté contre la réforme.» Tout en concédant qu’une réforme n’est jamais facile, Xavier-Luc Duval estime que la nouvelle loi est meilleure que l’actuelle. Plusieurs recommandations de l’ancien chef juge Victor Glover ont été rejetées, comme l’augmentation du nombre de sièges de 18 à 22.

Le Premier ministre adjoint a indiqué que le gouvernement ne s’est pas laissé dicter par l’OPR. «C’est le Conseil des ministres qui a approuvé les amendements avant que la motion of concurrence» ne soit adoptée par l’Assemblée régionale. Xavier-Luc Duval est d’avis qu’avec les amendements, il y aura davantage de stabilité politique.

SAJ: «Les amendements apporteront la stabilité politique»

Le Premier ministre, sir Anerood Jugnauth, a affirmé, lors de la présentation du Rodrigues Regional Assembly (Amendment) Bill, qu’il tient à cœur le développement de l’île. Il s’est dit confiant que les amendements proposés apporteront une stabilité politique, condition sine qua non pour le développement socio-économique et la prospérité de Rodrigues.

Sir Anerood Jugnauth a affirmé qu’il prend ses responsabilités en proposant ces amendements au Rodrigues Regional Assembly Act. «Je ne peux pas fermer les yeux sur des sujets brûlants qui affectent le bien-être de nos soeurs et frères de Rodrigues.»

Avec les amendements, l’Assemblée régionale disposera de 12 élus selon le système d’élection à majorité simple, First Past the Post. En sus, cinq membres, contre six actuellement, seront nommés en vertu d’un système proportionnel. La nouvelle loi prévoit également un nombre additionnel de sièges pour que le parti ayant obtenu sept sièges ou plus, soit assuré d’une majorité de trois élus et ainsi être en mesure de gouverner en confiance.

La nouvelle loi prévoit aussi qu’aucun parti ne peut avoir plus de deux tiers des candidats du même sexe.

Corriger les anomalies

Elle interdira la double candidature. Ainsi, la Party List, à partir de laquelle seront désignés les représentants à la proportionnelle, ne comprendra pas plus de 12 noms. Aucun candidat dans les régions ne peut se retrouver sur la Party List.

Le Premier ministre a indiqué que le présent système comporte des anomalies. Il a cité les résultats des élections de 2002 et de 2012 pour étayer ses dires.

En 2002, l’Organisation du peuple de Rodrigues (OPR) avait obtenu huit sièges et le Mouvement rodriguais (MR) quatre. Après l’allocation des sièges à la proportionnelle, l’OPR s’était retrouvée avec 10 sièges et le MR huit. Ainsi l’OPR a vu sa majorité passer de quatre à deux sièges.

En 2012, l’OPR a remporté huit sièges, le MR quatre et le Front patriotique rodriguais (FPR) n’avait aucun élu. Mais lors de l’allocation de sièges à la proportionnelle, l’OPR en a obtenu trois, le MR quatre et le FPR deux. La configuration de l’Assemblée régionale après ce processus donnait 11 sièges à la majorité et 10 sièges à l’opposition. Le parti ayant remporté les élections a été pénalisé par ce système.

La situation actuelle démontre que le parti qui avait une majorité de quatre sièges n’a pas de majorité et doit se fier au casting vote du président de l’Assemblée régionale pour passer d’importantes motions. Pour toutes ces raisons, il est important de corriger ces anomalies avant les prochaines élections, a conclu sir Anerood Jugnauth.

Paul Bérenger: «Il faut revoir tout le système»

Le leader de l’opposition a affirmé que la motion d’adoption a été votée à l’Assemblée régionale dans la confusion et le conflit. «C’est triste ce qui s’est passé. Le MR a boycotté ce vote et trois membres ont été suspendus.»

Pour Paul Bérenger, le gouvernement n’aurait pas dû faire dans la précipitation avec ce projet de loi. Il préconise que les prochaines élections régionales soient organisées selon l’actuel système et que la réforme soit reportée. «Plus tard, à tête reposée, on pourrait se pencher sur une vraie réforme.»

Le leader de l’opposition a soutenu qu’il n’a pas de grand désaccord avec le gouvernement en ce qui concerne la majorité qui passera d’un à trois élus, mais il a insisté pour une réforme. «Encore une fois, je dis qu’il faut revoir tout le système.»

Concernant la discrimination positive, Paul Bérenger a rappelé que le gouvernement avait, en 2011, amendé la Constitution pour les élections municipales, avant de lancer un appel aux partis politiques de Rodrigues pour qu’ils ne boycottent pas les prochaines régionales.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires