Arbitrage international: le fils de Razack et Shaheda Peeroo décroche un doctorat

Avec le soutien de
C’est au bout de 12 ans que Me Jamsheed Peeroo a décroché son doctorat.

  C’est au bout de 12 ans que Me Jamsheed Peeroo a décroché son doctorat.  

À 37 ans, Me Jamsheed Peeroo a déjà atteint des sommets. Fils de la juge à la retraite Shaheda Peeroo, et de l’ancien Speaker  Razack Peeroo, il a prêté serment comme avocat à Maurice, en 2006, après avoir fait son pupillage à l’étude Peeroo.

Avant cela, il a été admis au barreau au Royaume-Uni, en 2002. Il a également complété son LLM à Londres, tout en décrochant en 2004, le titre de Junior Research Fellow, au British Institute of International and Comparative Law, avant de retourner sur le sol mauricien. Et il vient de décrocher son doctorat en droit d’arbitrage international et droit international, de l’école de droit de la Sorbonne, Université Paris 1.

Une réussite qui est le fruit d’énormes sacrifices. «Cela m’a pris pratiquement 12 ans pour décrocher le doctorat», confie l’avocat, joint au téléphone par l’express. Lorsqu’il a commencé à travailler sur sa thèse, quelques années de cela, il enseignait à l’école de droit de la Sorbonne et cela n’a pas été évident de conjuguer travail et études, dit-il.

«C’est après avoir décroché mon master en droit que j’ai décidé de faire mon doctorat, soutient le fils de Razack Peeroo. Cela représente plus une spécialisation qu’un exploit ou un honneur. Je vais m’assurer désormais que les droits de mes clients soient protégés, sur le plan de l’arbitrage ou de l’arbitrage international.»

Côté famille, Me Jamsheed Peeroo est marié à Aleksandra, qu’il a rencontrée sur le campus de la Sorbonne. Le couple a deux filles, Noora, cinq ans, et Ameena, bientôt un an.

Vie de famille

Est-ce difficile de conjuguer vie de famille et travail ? Les dossiers l’attendent, dit l’habitant de Rose-Hill. Souvent, il est contraint d’en rapporter à la maison pour les compléter durant le week-end. Mais pas question de délaisser sa famille pour autant.

Me Jamsheed Peeroo avance que ce doctorat décroché en octobre renforcera sa famille davantage. «Tous les membres de ma famille ont un point en commun : le droit. Parfois, on discute d’un procès ou d’autre chose sur le judiciaire à table, en nous assurant qu’il n’y a aucun conflit d’intérêts», raconte Me Jamsheed Peeroo.

En outre, l’avocat travaille actuellement sur un rapport intitulé La reconnaissance des sentences arbitrales à l’île Maurice pour la Chambre de commerce internationale. Me Jamsheed Peeroo compte le compléter d’ici la fin du mois.

Publicité
Publicité
Soutenez lexpress.mu

Pendant cette période post-confinement et en attendant que les nuages économiques associés au Covid-19 se dissipent, profitez de l’express, Business Mag, Weekly, 5-Plus Dimanche, de tous vos magazines préférés et de plus de 50 titres de la presse Française, Afrique et Ocean indien sur KIOSK.LASENTINELLE.MU.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous !

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x