L'express leaks du dimanche 27 novembre au vendredi 2 décembre

Avec le soutien de

Des bruits de couloirs, les derniers buzz ou les derniers scandales, l'express vous dévoile ce que les autres vous cachent.

Sur les traces d’un(e) parlementaire...

Les dépositions des uns et des autres devant la commission sur la drogue ont débouché sur plusieurs enquêtes. Dont une sur un membre du Parlement, qui, de par sa fonction d’avocat(e), aurait fait plus d’une trentaine de visites en milieu carcéral afin de rencontrer nombre de prisonniers soupçonnés d’être connectés au réseau d’importation de drogue dure. L’enquête progresse, apprend-on.

 

...Et d’un avocat devenu discret

L’enquête sur le trafic de drogue s’intéresse aussi à un homme de loi, qui était au cœur de l’actualité récemment, mais qui est devenu silencieux ces temps derniers. Apparemment il aura compris que c’est mieux pour lui de faire profil bas jusqu’à la fin de l’enquête de la commission de drogue. Il est le conseiller juridique de pas mal de personnes soupçonnées d’être des caïds.

Post Beeharee à l’ICTA

Sitôt l’annonce premier ministérielle selon laquelle le président de l’ICTA, Banooduth Beeharee, sera remercié que l’on se demande qui de sa garde rapprochée va lui emboiter le pas en premier. Beeharee, qui a toujours joué de sa proximité avec le Premier ministre pour prendre des décisions impopulaires, avait reçu la visite de sir Anerood à l’hôpital, après son agression à l’arme blanche. Suite à l’incident, les enquêteurs de la police s’étaient intéressés, pendant assez longtemps, au cousin et beau-frère de Nando Bodha, Kailash Trilochun, qui avait reçu quelques gros chèques de l’ICTA pour services rendus.

 

Ex-ministre en quête de ticket

Un ex-ministre travailliste, dont les successeurs sont considérés comme étant tout aussi incultes, veut à tout prix retourner au bercail rouge. Il a laissé entendre aux lieutenants de son ex-leader qu’il veut rejoindre l’équipe et bénéficier d’un ticket aux prochaines élections générales. Plus intéressant, il a signifié son intention d’encourir tous les frais électoraux pour lui et ses deux colistiers éventuels.

Les sous du peuple

Rs 10 000. C’est ce qu’aurait coûté chaque autobus loué spécialement à l’occasion du grand congrès du MSM hier soir. Avec 500 personnes attendues par circonscription, faites le calcul !

Le grand absent

Le grand absent du Festival international kreol est Jean-Marie Richard. Celui-ci, qui avait volé la vedette lors des précédentes éditions, a brillé par son absence cette fois-ci. Il se chuchote que JMR se serait brouillé avec le leader du PMSD.

Rouge ou orange ?

En tout cas son cœur balance. Cet ancien candidat battu des législatives de décembre 2014 s’est beaucoup rapproché du MSM depuis quelque temps. Une proximité qu’il a développé grâce un ami qu’il a en commun avec le chef du parti. Sa récente présence au sein d’un comité pour résoudre un conflit industriel a beaucoup fait jaser. Rouge ou orange ? Lorsque la question lui est posée, il déclare : «mo touzour rouz». Ce que ne corrobore pas sa nouvelle posture.

 

Amalgamer vs Associer

Aux Casernes centrales, on se demande : la nouvelle loi permettant aux policiers de se syndiquer leur donne-t-elle aussi le droit d’association (qui est différent d’être «amalgamé» par une centrale syndicale) ? Paul Bérenger, spécialiste des questions parlementaires, a même été appelé à la rescousse par des policiers qui ont remarqué que la section 17 de l’ancienne «Police Act» a été tout bonnement ignorée dans la nouvelle loi votée cette semaine... D’où la confusion.

Cache-cache

Accusé de conspiration et de détournement de fonds de plusieurs dizaines de millions au sein d’une importante compagnie, il se terre dans sa résidence des hauts plateaux. Ce grand monsieur, jadis «malade» - mais aussi comédien - essaie de se faire oublier et vit reclus. Pour éviter les regards indiscrets, il a même fait surélever les murs qui entourent sa résidence, car le monsieur serait, dit-on, en bonne santé et en mesure de faire face à son procès... Mais ces dernières années, comprenne qui pourra, il n’a guère été inquiété par la justice...

«MTC pé rod fini piti la»

Un entraîneur très en vue au Champ de Mars a choqué quelques-uns de ses collègues au training matinal, cette semaine, lorsqu’il leur a demandé de témoigner de leur solidarité à celui dont le cheval fait l’objet d’une enquête pour cause de dopage. «Mauritius Turf Club (MTC) pé rod fini piti la», leur a-t-il dit. Mais il n’a convaincu personne puisque ceux qui lui tenaient compagnie ont vite pris congé de lui, sans répondre à son appel à la solidarité.

Mentir pour démentir

«Écrivez pour démentir ce que l’express a écrit, au cas contraire, vous risquez de perdre votre bourse.» Ce serait là, en gros, ce qu’aurait dit le bureau d’une haute personnalité aux bénéficiaires d’un programme d’étude. Pourtant, ce sont ces mêmes bénéficiaires qui ont été les premiers à dénoncer les irrégularités de ce programme.

Junior devra apprendre

On ne rigole pas avec la justice et souvent, ce sont les avocats euxmêmes qui ont besoin de s’en rappeler. Ce fut le cas cette semaine lorsqu’un jeune avocat dans un cas très médiatisé s’est subitement levé en pleine audience pour sortir de la salle. Ce qui n’a pas plu à la magistrate. «Chaque conseil légal doit demander la permission à la cour avant de sortir d’une salle d’audience», a-t-elle lancé à l’auditoire, «et non pas faire ce que Me B. vient de faire.»

Entre chef et conseiller du chef

L’attaché de presse de Pravind Jugnauth a convoqué cette semaine tous les attachés de presse dans le but de leur demander de rédiger un article «journalistique» sur le bilan de leur ministre respectif. Si seule une poignée s’y était rendue, ils se sont demandés quelles sont les intentions de Rudy Veeramundur. Le gouvernement va-t-il sortir un journal pour porter haut ses couleurs ? Autre réflexion de ses communicants : ils se demandent quel est le mandat de Rudy Veeramundar pour leur imposer une telle tâche. «Il est attaché de presse comme moi, pas mon chef», explique l’un d’eux.

Acte et conséquence

Suite à la publication dans ces colonnes des misères que fait subir le ministère des Affaires étrangères au secrétaire général de la Commission de l’océan Indien, le ministre Vishnu Lutchmeenaraidoo a passé un savon à ses fonctionnaires. Il les a mis en garde contre cette manière anti diplomatique de faire.

Sujet tabou

Aucun membre du MSM n’ose spéculer ouvertement sur la passation de pouvoir de Jugnauth père au fils ou sur celui qui sera désigné ministre des Finances à la place de Pravind Jugnauth. Cette crainte survient après que le leader du MSM ait rappelé à l’ordre Mahen Jhugroo. Ce dernier avait déclaré lors d’une récente fonction que son collègue Mahen Seeruttun pourrait être promu aux Finances.

{{title}}

{{#if summary}}

{{summary}}

{{/if}} {{#if image}}
{{image.alt}}
{{/if}} {{{body}}}
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires