Parlement: une rentrée «triste» selon l’opposition

Avec le soutien de
Près de 70 questions sont inscrites à l’agenda pour la séance parlementaire d’aujourd’hui.

Près de 70 questions sont inscrites à l’agenda pour la séance parlementaire d’aujourd’hui.

Les parlementaires reprennent le chemin de l’Assemblée nationale aujourd’hui, après deux mois et demi de vacances. Rentrée qui se fera sans sir Anerood Jugnauth (SAJ), actuellement en visite officielle en Inde. Xavier-Luc Duval agira donc comme Leader of the House. 

En outre, environ 70 questions sont inscrites à l’agenda pour la séance parlementaire d’aujourd’hui, dont une quinzaine est adressée au Premier ministre. Celle inscrite au nom du député Aadil Ameer Meea ayant trait à une déposition de Roshi Bhadain contre le conseiller au ministre des Finances, Gérard Sanspeur, entre autres, retiendra l’attention.

La réforme électorale à Rodrigues, le Metro Express ou encore la mise sur pied d’un syndicat pour la police seront aussi abordés par les parlementaires avec Xavier-Luc Duval. De plus, la structure du Bagatelle Dam, l’abandon du projet Heritage City, les dettes rayées de la Maubank et la mort d’un constable au centre de détention de Moka sont à l’agenda des travaux parlementaires. Deux projets de loi sont aussi inscrits au programme. Il s’agit du Cooperative Bill et de l’ICT (Amendment) Bill.

Absence «regrettable»

Par ailleurs, l’absence de SAJ à l’Assemblée nationale est diversement accueillie par les parlementaires. Le Whip de l’opposition, Rajesh Bhagwan, affirme que la rentrée parlementaire intervient à un moment où «la colère gronde parmi la population». Il se dit d’autant plus triste car l’on s’attendait que le Premier ministre réponde aux interrogations liées au trafic de drogue et à la révocation du CEO d’Air Mauritius, entre autres.

Le Whip de l’opposition avance qu’il est honteux que le Premier ministre se rende en Inde à une pareille époque alors qu’il n’y avait aucune urgence. «Chaque semaine, il y aura un Leader of the House. Après Xavier-Luc Duval, ce sera à Showkutally Soodhun de prendre le relais», déplore-t-il.

Shakeel Mohamed, le chef de file du Parti travailliste au Parlement, ne voit également pas d’un bon œil cette absence. Surtout en ce qui concerne la démocratie, dit-il. Alors qu’Alan Ganoo, leader du Mouvement patriotique, trouve «regrettable» que le chef du gouvernement ne pourra répondre aux questions des parlementaires.

Pravind Jugnauth balaie, lui, ces critiques d’un revers de main. Selon lui, il n’y a rien d’exceptionnel dans la situation actuelle. Ce n’est pas la première fois qu’un chef du gouvernement n’est pas au pays lorsque le Parlement est en train de siéger, souligne-t-il. «Paul Bérenger a aussi dans le passé brillé par son absence au Parlement lorsqu’il était Premier ministre.»

Le ministre des Finances devait aussi insister sur le fait que la rentrée parlementaire démontre que «nos institutions fonctionnent bien».

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires