Sudesh Rughoobur : «ceux qui ont limogé Megh Pillay devront débourser s’il gagne en cour»

Avec le soutien de
Le député du no 6, Grand-Baie–Poudre d’Or, s’exprime sur la rentrée parlementaire et sur des sujets de brulantes actualités.

Le député du no 6, Grand-Baie–Poudre d’Or, s’exprime sur la rentrée parlementaire et sur des sujets de brulantes actualités.

Omega Ark, Petredec, Air Mauritius… La rentrée parlementaire s’annonce chaude.
C’est un challenge pour le gouvernement. C’est vrai qu’il s’agit de dossiers brûlants de l’actualité, mais pendant ces deux ans, nous avons eu à faire face à plusieurs autres dossiers épineux. Et nous pourrons donner la réplique à l’opposition cette fois encore.
 
Nous connaissons tous le parcours de sir Anerood Jugnauth ; quand le MSM est au gouvernement, il y a du progrès. Mais je suis d’accord qu’il ne faut pas nous voiler la face. Tout ne va pas bien, il y a des dossiers qui sont des challenges. 

Toutefois, pour Omega Ark, nous voulons sauver les emplois et ce n’est pas fini. On doit tous réfléchir à une solution ensemble. 

Vous prévoyez des questions qui fâchent ?
Tout le monde sait que je ne recule pas et je n’hésite pas, même s’il s’agit de questions embarrassantes pour le gouvernement. J’ai déjà envoyé plusieurs questions pour la rentrée parlementaire et il y aura aussi mon intervention sur l’affaire MK à l’ajournement des travaux, le 15 novembre. Je compte revenir sur le dossier de la Compagnie nationale de transport, la privatisation de la Central Water Authority ou encore le problème de l’eau dans le Nord. 

Au pire, on vous demandera de retirer vos questions…
Fort heureusement, je n’ai pas ce problème. Mes questions concernent l’intérêt de mes mandants et l’intérêt national. Je m’attends à ce que personne ne m’empêche de poser des questions qui visent à faire la lumière sur certaines affaires. Le Premier ministre me soutient et il gère bien le comité parlementaire. 

Il y a des sujets prioritaires à être abordés au Parlement ?
J’attends le Wetlands Bill, la réforme dans les collectivités locales, les discussions sur la réforme électorale. Mais le plus important, c’est le Police and Criminal Evidence Act. Il faut revoir l’aspect des provisional charges ; c’est important et je donne raison au Directeur des poursuites publiques sur sa prise de position.

Vous vous êtes ouvertement exprimé sur le limogeage de Megh Pillay d’Air Mauritius (MK). Vous risquez de vous faire remonter les bretelles par le bureau politique du MSM…
Il faut être du côté de la vérité. Ma prise de position devrait, au contraire, réjouir mes collègues du parti. Ce n’est pas le bureau politique du MSM qui gère MK. Ceux qui sont nommés au conseil d’administration doivent travailler selon les procédures. Quand je vois que celles-ci ne sont pas respectées, alors que le gouvernement est l’actionnaire majoritaire de la compagnie aérienne nationale, en tant que député je ne peux pas garder le silence. 

Quand un journaliste me demande ce que je pense de cette affaire, je ne peux pas dire que je n’ai pas d’opinion. Je réponds quoi à mon électorat après ? Je dois réagir. À chaque fois qu’il y aura ce genre d’affaire et que je verrai que les droits de mon électorat et de la population sont lésés, je parlerai. Personne ne pourra m’en empêcher. 

Y a-t-il d’autres mécontents au sein du gouvernement ? 
Je n’ai pas eu de contact avec le leader du MSM au sujet du limogeage de Megh Pillay, ni avec d’autres membres du gouvernement.

Selon Marc Hein, «Senior Counsel», Megh Pillay est un des meilleurs managers sur le marché. Vous partagez cet avis ?
Quand on regarde le parcours de Megh Pillay, on peut dire qu’il a fait du bon travail. Il faut aussi voir l’intérêt des employés et des actionnaires d’Air Mauritius. Cette décision les affecte. Si Megh Pillay porte l’affaire en cour et qu’il gagne, ces membres du board qui ont pris la décision de le limoger doivent payer de leurs poches. Si la cour donne raison à Megh Pillay, pourquoi puiser des fonds publics ? Que ces personnes qui ont décidé payent elles-mêmes. 

Que SAJ dise ne pas être au courant de cette décision alors qu’Air Mauritius tombe sous la tutelle du Prime Minister’s Office, c’est inquiétant…
Par respect pour mon Premier ministre, je ne commenterai pas.

Cette enquête sur Mike Seetaramadoo, l’«Executive Vice-President (EVP) Commercial», vous allez la réclamer au Parlement ?
Dans une déclaration, Megh Pillay a dit qu’il y a des zones d’ombre autour de l’embauche de Mike Seetaramadoo. Ma question est : qui a pris la décision de recruter quelqu’un qui n’avait pas le profil pour ce poste ? Il faut une enquête à ce sujet pour plus de transparence. 

Si Mike Seetaramadoo a fauté, il doit s’expliquer devant un comité disciplinaire, comme tout le monde. 

Vous dites trouver que le problème de la drogue est alarmant. Les dernières opérations de la police sont bon signe ?
Je tiens à féliciter le commissaire de police, Mario Nobin. Dans ma circonscription, comme dans d’autres, il y a de gros problème de drogue. Plusieurs régions sont ciblées, dont cité Ste-Claire à Goodlands, cité St-Joseph à Grand-Gaube et Camp-Carol à Grand-Baie. 

Ces opérations et les arrestations ramènent ce sentiment de confiance en la force policière. La commission d’enquête fait son travail et je compte, moi aussi, aller témoigner. 

Anil Gayan a changé d’opinion sur le problème de la drogue dans le pays ?
Cette question ne concerne pas qu’une personne. Nous devons tous travailler ensemble pour régler ce problème. 

Les relations entre Roshi Bhadain et certains membres du bureau politique du MSM ne semblent pas être au beau fixe. On s’attend à de nouveaux désaccords ?
Je suis membre du bureau politique et tout le monde apprécie le travail de Roshi Bhadain. Le MSM a besoin de jeunes pour apporter des résultats. Mais s’il y a des divergences au sein du parti ce n’est pas forcément une mauvaise chose, c’est un débat d’idées entre les membres.  

Quid des relations entre Roshi Bhadain et Pravind Jugnauth ?
Je trouve que leur relation est super. Je ne sens pas de relation conflictuelle entre eux. 

Ce remaniement ministériel, c’est pour bientôt ?
Je ne suis pas dans le secret des dieux. On attend mais la priorité reste l’économie et la création d’emplois, surtout après la présentation du dernier rapport budgétaire. 

L’opposition maintient que Pravind Jugnauth n’a pas le mandat pour être Premier ministre. Vous en pensez quoi ?
Il n’y a pas de débats sur ce sujet. La population nous a donné un mandat clair pour travailler. Ce que les gens veulent, c’est une équipe qui continue de travailler pour apporter des résultats. Dissoudre le Parlement et organiser des élections générales, je ne pense pas que cela soit ce que veuille la population. 

Ces travaux de drains dans le Nord ça avance ?
Nous avons alloué un contrat de Rs 53 millions pour des travaux à Péreybère. Un contrat de Rs 25 millions a aussi été octroyé pour la construction de drains à Camp-Carol. Pour Fond-du-Sac, le consultant a été choisi et les travaux commenceront bientôt. Nous avons également contacté le Disaster Committee pour aider en cas de problème à Fond-du-Sac. 

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires