Pêche à l’ourite : quatre contrevenants arrêtés

Avec le soutien de

Succès sur toute la ligne. C’est du moins ce qu’estime Prem Koonjoo à la suite de la fermeture de la pêche à l’ourite du 15 aout au 15 octobre de cette année. Il en veut pour preuve la prise de 1 767 kg d’ourites à la réouverture, soit du 16 au 31 octobre. De plus, a fait ressortir le ministre lors d’une une conférence de presse, vendredi 4 novembre, quatre contrevenants ont été arrêtés.

En effet, selon le ministre de l’Économie océanique, sur la cinquantaine de cas de pêche illégale rapportés, neuf étaient liés à la pêche à l’ourite, cela en période de fermeture. Quatre contrevenants ayant été pris en flagrant délit, ils ont été remis aux autorités.

Prem Koonjoo soutient qu’à la suite de cette grosse prise, il a été décidé que l’exercice de la fermeture de la pêche à l’ourite «sera répété l’année prochaine». Et d’ajouter que le mérite ne revient pas qu’au ministère mais également aux ONG, aux gardes-côtes, à la Commission de l’océan Indien, au Global Environment Facility Small Grants Programme et à la communauté des pêcheurs.

«Le ministre de la Pêche ne s’intéresse pas à nous»

Autre son de cloche toutefois du côté du Syndicat des pêcheurs. Lors d’une conférence de presse à Bain-des-Dames, Cassis, le même jour, le président Judex Rampaul a affirmé que les techniques utilisées pour la pêche à l’ourite sont illégales car un harpon est utilisé.

Judex Rampaul a également demandé que les ONG qui ont œuvré pour une fermeture saisonnière de la pêche à l’ourite publient leurs résultats. «Est-ce que cette fermeture valait vraiment la peine ?»

En outre, Judex Rampaul a évoqué le fait que les centres de formation promis par Prem Koonjoo n’ont jusqu’ici pas été mis sur pied. «Le ministre de la Pêche ne s’intéresse pas à nous», s’insurge-t-il.

Ces centres de formation devaient permettre aux jeunes pêcheurs d’être mieux formés aux nouvelles techniques de la pêche. «Si le ministre ne veut pas nous entendre, nous organiserons une manifestation devant le Parlement», poursuit le président du Syndicat des pêcheurs.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires