Halloween: les origines

Avec le soutien de

Citrouilles Jack O' Lantern - décorations phares d'Halloween

Halloween, la fête connue de tous et célébrée par certains, est en fait une contraction des mots «All Hallows Eve», en français «la veille de tous les saints». L’origine de cette fête remonte à plus de 2 500 ans, célébrée et désignée «la Fête de Samain» par les Celtes et les Gaulois. Festins, partages d’hydromels et autres rituels étaient au programme durant cette fête qui durait toute une semaine. Immersion au cœur des anciennes pratiques et légendes entourant la fête d’Halloween.

Les origines celtes

La fête Halloween provient en réalité de la fête rituelle celte, jadis populaire, du nom de Samain. En langues gaéliques, Samain avait pour signification novembre. Il y a plusieurs milliers d’années, l’année s’achevait au dernier jour du mois d’octobre et était caractérisé par une nuit de pleine lune. L’arrivée du mois de novembre symbolisait la fin de l’été.

La fête de Samain

Il y a plus de 2 500 ans, une fête était organisée à cette occasion pour accueillir la nouvelle année, mais aussi pour saluer les défunts. Selon les mœurs d’alors, cette fête était destinée à créer un pont entre le monde des vivants et le monde des morts. Accompagnée de jeux rituels, de sacrifices et de la mise en place d’un feu nouveau (pour célébrer la nouvelle année, les gens éteignaient le feu dans leurs foyers pour rejoindre les druides, dans un cercle, afin d’en rallumer un nouveau).

Un grand festin, composé de viandes, de bières, de vins et d’hydromel (boisson fermentée à base de miel et d’eau) est aussi organisé pour célébrer cet évènement annuel.

La fête de samain dans 'Asterix et Obelix'

C’est ainsi que les Irlandais ont perpétué la fête de Samain, en se déguisant en fantômes, sorcières et monstres en tout genre. Ces déguisements servaient, à l’époque, à faire fuir les esprits et à se protéger d’eux.

L’origine de la citrouille d’Halloween

En 1846 – 1848, nombreux sont les Irlandais qui ont migré vers les États-Unis, en emmenant avec eux leurs contes et légendes. Vous avez sans doute dû entendre parler de l’histoire de Jack O’Lantern.

L’histoire raconte que Jack Stingy, un homme riche et avare, ivrogne avéré, qui vivait dans l’abondance sans se soucier de son prochain, passait ses nuits à boire et à s’encanailler. Un soir, à la fameuse nuit de pleine lune célébrant Samain, il fit la rencontre du diable.  

La citrouille d'Halloween inspirée par Jack O' Lantern

Le diable venait récupérer son âme, mais Jack trouva pleins d’astuces pour repousser l’échéance. Dix ans plus tard, Jack et le diable se rencontrèrent au détour d’un chemin planté d’un pommier. Alors qu’il était temps pour le diable de récupérer son âme, Jack accepta, à une condition : celle de manger une dernière pomme. L’être malveillant s’empressa de grimper sur l’arbre. Jack y inscrivit alors une croix (le symbole de la croix paralyse l’entité), le diable s’y trouva donc coincé.

Il s’est vu contraint d’accepter le nouveau marché que lui propose Jack : en échange de sa liberté, il ne faudra plus jamais lui prendre son âme.

Quelques années plus tard, lorsque Jack trouva la mort, il se vit non seulement refuser l’entrée du paradis mais aussi celle de l’enfer…

En guise de consolation, le diable lui offrit une braise qui lui servira de guide dans sa longue pénitence.

Pour protéger sa seule source de lumière du vent, Jack le plaça dans un navet évidé. C’est ainsi que Jack O’Lantern vit le jour. La légende raconte qu’il erre comme une âme en peine et réapparaît le jour de l’ouverture de la brèche entre les deux mondes, le jour de Samain, en attente du Jugement Dernier.

Jack Stingy, protégeant sa flamme avec un navet évidé.

Sauf qu'à la différence de l’Irlande, en Amérique, les navets ne se cultivent pas en abondance. Ils ont donc remplacé les navets par des… citrouilles !

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x