Rezistans ek Alternativ: «Le projet de metro express, une duperie de l’alliance Lepep»

Avec le soutien de
Rezistans ek Alternativ a tenu un point de presse ce samedi 22 octobre à Moka.

Rezistans ek Alternativ a tenu un point de presse ce samedi 22 octobre à Moka.

Metro express, secteur privé et «accaparement des plages» faisaient partie des sujets abordés par Rezistans ek Alternativ lors de son point de presse ce samedi 22 octobre à Moka. D’emblée, Stéphane Gua, membre de la plateforme, a tenu à mettre l’accent sur le projet de metro express qui selon lui, constitue une «duperie de l’alliance Lepep».

«L’alliance Lepep pena okenn manda pou li fer reviv sa proze la. Dan so manifest, lalians ti promet pou reget proze. Zot bizin explike en kwa zot inn reget kou ek viabilité. Trasé inisial ti de Curepipe à Port-Louis. Pena narien kinn revoir.» Stéphane Gua se demande aussi si ces 20 stations ne finiront pas par devenir des goulets d’étranglement. «Akoz pou ena ene convergence ban dimoun ver sa ban stasion la. Nou rekonet problem congestion routière. Mé nou deman ki freeze sa proze la. Ouvert lespas pou ene consultation public. Dakor ki largent linde li cado. Mais ena ban lezot cout ki pou pez lor latet maurice. »

La plateforme poursuit aussi son combat contre les plages «déproclamées». Yan Jacob a tenu à rappeler à l’alliance Lepep son engagement à mettre un terme à la «braderie des terres de l’Etat». «Li enn paradox kan nou get sa et nou ekoute Soodhun zordi. Pa mem 2 an depi zot an plas, zot pé fer pir ki Ramgoolam. Pou projet La Cambuse, Soodhun pé donn ekskiz ki sété sou ansien regim. Li kondanable. »

Une autre promesse, argue-t-il, avait trait à un Integrated Coastal Zone Management. «Bizin kapav évalué l'impact bann konstriksion lor nou bann zonn kotiere. Seki kinn arrive dan Blue Bay, ministre Soodhun inn vinn regulariz bann encroachment olié kondann sa.»

D’où son appel au ministère du Logement et des Terres : «Pa kapav nek vini fer enn developman koumsa. Nou reitere nou bann demann konsernan moratwar lotel ek vinn avek enn proze management la cote.»

Yan Jacob invite dans la foulée les Mauriciens à un pique-nique citoyen à Pomponette. Une action pacifique, dit-il, qui a pour objectif de protéger cette plage. «Nou met en gard tou bann ki pé fer bann akt intimidasion. Nounn tann dir ki pou ena enn contre-manifestation sur place.» 

Le syndicaliste Ashok Subron à, lui, souhaité braquer pleins feux sur le secteur privé : «C’est clair que le gros capital devient parasitaire et accapareur. Le secteur privé ne veut pas payer de taxe, veut prendre les biens naturels et intensifier l’exploitation des travailleurs», lâche-t-il, précisant que «si pa fer atansion, pou asisté pli gran processus déposesion depi lindepandans ».

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires