L'express leaks du dimanche 16 octobre au vendredi 21 octobre

Avec le soutien de

Des bruits de couloirs, les derniers buzz ou les derniers scandales, l'express vous dévoile ce que les autres vous cachent.

«De Hanoï à Dakar, le pacte brisé»

C’est le titre du dernier livre de Jean-Claude de l’Estrac, qui sera lancé la semaine prochaine. «La petite île Maurice, terre plurilingue au large de l’Afrique, ose présenter la Candidature de Jean Claude de l’Estrac pour succéder à Abdou Diouf à la tête de la Francophonie. C’est cette campagne et cette ambition francophone que l’ancien ministre mauricien et figure de proue de l’Indianocéanie (...) raconte dans ce livre», fait ressortir la note de présentation.

 

Dur dur d’être ministre

Pas facile la vie d’un ministre, surtout lorsqu’on fait une blague et que personne ne rit. Tout embarrassé, le ministre a dû préciser qu’il plaisantait pour que l’auditoire réagisse en conséquence. Pour couronner le tout, dans son discours, notre honorable compatriote a massacré le nom de la personne clé de l’événement alors que c’était affiché sur grand écran pendant plus d’une dizaine de minutes.

Ganoo au sein du GM ?

Une solution aurait été trouvée à «l’épine» Baboo. En effet, une éventuelle entrée d’Alan Ganoo au sein du gouvernement pourrait accélérer le départ du ministre Dan Baboo. Le PMSD pourrait alors pousser à nommer le PPS Thierry Henry comme ministre. Ce qui ferait de la place pour nommer Jean-Claude Barbier PPS.

Mission indienne

Le Premier ministre, qui part en Inde le 9 novembre, entreprendrait une double mission. Il devrait rencontrer son guru-astrologue afin d’arrêter la date exacte de sa démission comme Premier ministre et de l’accession de son fils comme chef du gouvernement. La seconde consisterait d’un tête-à-tête avec le Premier ministre Narendra Modi.

Entre SPA gratuit et verre de jus

Si les soins hebdomadaires gratuit que ce ministre reçoit dans le spa d’un hôtel quatre étoiles n’ont pas fait tiquer le personnel, par contre son chauffeur, si. Samedi dernier, celui-ci a commandé un verre de jus et lorsqu’on lui a présenté la note, il a tout bonnement refusé car il est le chauffeur du ministre. Lorsque le personnel a exigé le paiement, le chauffeur a appelé le ministre qui à son tour a appelé le directeur de l’hôtel. Tout cela, pour un verre de jus gratuit.

Le temps d’une course

Une écurie croyait pouvoir attirer le jockey d’un concurrent avec une monte très importante. Or, l’employeur de ce dernier, qui lui paie déjà une petite fortune, ne compte pas se laisser faire : «Rs 50 000 et le jockey est sous vos ordres le temps d’une course. Au cas contraire, il assistera à la Coupe d’Or dans le Jockeys’ Room !»

NRJ débarque

L’une des premières offres de radio commerciale de France débarque dans l’île. NRJ réalise actuellement un sondage téléphonique auprès des résidents pour connaître leurs attentes. En mai dernier, à l’Assemblée nationale, le Whip de l’opposition, Rajesh Bhagwan, avait interpellé le Premier ministre sur des discussions en cours entre la direction de la MBC et les représentants de NRJ. Sauf que sir Anerood Jugnauth ne semblait pas au courant, répliquant qu’il allait s’en enquérir.

Les villes convoitées

La guerre des mairies est ouverte. Plusieurs personnes se positionnent pour succéder aux actuels titulaires. Parmi, l’époux d’une VVIP qui convoite le fauteuil du premier magistrat de la capitale. Le MSM, qui a ses assises à Port-Louis, à Vacoas et à Quatre-Bornes, convoiterait désormais les villes soeurs. Un conseiller magicien serait aussi dans la course à Beau-Bassin–Rose-Hill.

Pravind boycotte la MBC

«Zot fot. Zot pa pé fer zot travay bien.» C’est ce qu’a déclaré Pravind Jugnauth à la fin de sa visite dans les circonscriptions nos 5 et 6, lorsque la MBC l’a sollicité pour une déclaration. Est-ce là l’annonce d’une ère nouvelle à notre station de radiotélévision nationale ?

Pigeons voyageurs

Ce tandem est dans le viseur d’un parti de l’opposition. Les voyages du président et du directeur général d’une compagnie étatique, qui a récemment été sous le feu des projecteurs, sont suivis de près. De quoi alimenter la prochaine rentrée parlementaire.

Adversaires au pouvoir

Rien ne va plus entre deux colistiers d’une circonscription du centre du pays. Le plus jeune, arrivé en tête de liste aux dernières élections générales, le dit à qui veut l’entendre que son collègue parlementaire n’arrête pas de lui mettre des bâtons dans les roues. D’ailleurs, ce dernier est allé jusqu’à se mesurer aux habitudes du parti de son partenaire d’alliance lors d’un congrès tenu cette semaine. L’animation au programme ce soir-là a été époustouflante…

Au nom d’Omega Ark

Un ministre se pointe à l’hôpital privé Apollo Bramwell (devenu, depuis, Omega Ark, même si à crédit…). Il se fait soigner, ne se plaint pas trop. Arrive le moment où il doit payer la note. Il fait une pirouette un peu tapageuse et paie avec un chèque à l’ordre d’«Omega Ark», alors qu’il aurait dû être à l’ordre de British American Health Enterprise Ltd (Bahel). On ne se bat pas pour savoir qui aura la tâche de récupérer un nouveau chèque… du ministre à la réputation colérique.

Obeegadoo s’est calmé

Après avoir fait un peu de tapage médiatique, Steven Obeegadoo a fini par «cool down». Il a eu à faire face à une série de remontrances de la part de ses camarades du BP mauve, qui lui ont reproché sa façon de laver le linge sale du MMM en public, alors que le parti tente de reconquérir son électorat. L’ancien ministre de l’Éducation a compris et aurait promis de se calmer. Par ailleurs, les choses se précisent : il n’y a aucune chance qu’Alan Ganoo ou que Kavi Ramano réintègre le parti du coeur !

Maurice après l’Angola ?

La présidente de Maurice, aussi vice-présidente de Planet Earth Institute, a reçu Alvaro Sobrinho, qui préside cette institution chargée de promouvoir «l’indépendance scientifique de l’Afrique». L’homme d’affaires d’origine angolaise était le CEO de la filiale angolaise de la Banco Espirito Santo. Depuis sa création en 2002, jusqu’au départ d’Alvaro Sobrinho en 2012, cette filiale avait prêté, selon le NY Times (29.07.2014), 7,7 milliards de dollars, soit 220 % de ses dépôts. Sauf que plusieurs de ces prêts étaient compromis. L’auditeur KPMG avait déjà émis des réserves à ce sujet dès 2011. M. Sobrinho, qui s’est toujours défendu que les décisions étaient toutes prises à Lisbonne, serait-il à la recherche d’une licence bancaire ici ?

Appel solennel à SAJ

Le leader de l’opposition fera aujourd’hui, face à la presse, un appel solennel au Premier ministre (PM) pour qu’il précise et soigne sa sortie de scène. Paul Bérenger, qui a affirmé que la Constitution permet à Pravind Jugnauth de prendre le relais, tout en soulignant qu’il n’a pas de mandat (auprès de l’électorat) pour être PM, serait d’avis que cet appel aux Jugnauth est nécessaire pour «le bien du pays» et qu’il ne faudrait pas que SAJ soit «poussé vers la sortie». Dans les rangs mauves, on dit aussi qu’un retrait politique de cette nature doit être bien exécuté car cela se reflétera immanquablement sur l’image du pays. Quelle est la formule que proposera Bérenger ? Attendons voir.

{{title}}

{{#if summary}}

{{summary}}

{{/if}} {{#if image}}
{{image.alt}}
{{/if}} {{{body}}}
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires