Kewal Parsad Bisnauthsing: Bon pied, bon oeil à 107 ans

Avec le soutien de

Oui, vous avez bien lu, cet homme a 107 ans. Quel est le secret de cette longévité ? Pour le savoir, nous l’avons rencontré.

Kewal Parsad Bisnauthsing a fêté son anniversaire le 10 octobre. Bien avant l’heure convenue du rendez-vous, il s’était habillé et nous attendait, les bras croisés comme un enfant sage. Lorsqu’il nous a vus, il s’est levé pour nous accueillir avec un grand sourire. Nous avons été rejoints par d’autres membres de sa famille.

Avant de commencer la conversation, il a demandé à son fils Rajesh de nous dire d’élever un peu la voix car il est un peu dur d’oreille. Et avant de répondre à nos questions, il a voulu savoir d’où nous venions. «Moi, je suis né à Brisée-Verdière, mais pas ici, dans une autre maison. C’est bien après que mon père a acheté ce terrain», raconte-t-il. Kewal Parsad se souvient de tout, de son enfance, de sa jeunesse, de sa vie conjugale, de ses amis. De TOUT.

Il raconte comment s’est déroulée sa vie d'antant, qui est bien différente de celle d’aujourd’hui. «Les gens étaient pauvres et ils travaillaient dur. Ma famille a fait beaucoup de sacrifices car nous étions nombreux. Et nous sommes toujours nombreux», dit-il. Il précise avec tristesse que sa femme est morte lorsqu’elle avait 75 ans. Il l’a épousée à 20 ans. Il a cumulé deux emplois, planteur de légumes et instituteur à l’école protestante du village et ce, même s’il n’a étudié que jusqu’en Standard VI. À l’époque, dit-il, les instituteurs n’étaient pas nombreux et ceux qui arrivaient à terminer leur cycle primaire étaient appelés à enseigner.

Il est père de six enfants, deux fils et quatre filles. Malheureusement, son fils aîné est décédé. Sa cadette, Kreshna, a 82 ans. Kewal Parsad mène une vie routinière. Il se lève à 6 heures tous les matins et fait ses prières. Il effectue ensuite une petite marche dans sa rue afin de faire un brin de causette avec ses voisins. Même à 107 ans, il est très indépendant et se déplace seul. Végétarien de tout temps, il précise qu’il ne boit pas d’alcool et ne fume pas. Les boissons gazeuses ne l’intéressent pas non plus.

Intéressé par ce qui se passe dans le pays et dans le monde, Kewal Parsad ne rate jamais les bulletins d’information. Et c’est avec beaucoup d’enthousiasme qu’il confie que son passe-temps préféré c’est les courses hippiques. Il a continué à se rendre au Champs-de-Mars jusqu’à ses 100 ans. Il n’a pas oublié comment une de ses mises, en l'occurrence sur Christmas, cheval de l’écurie Gujadhur, lui a permis de gagner gros.

Vivre jusqu’à 132 ans

Son plus grand bonheur aujourd’hui, c’est d’être entouré des siens. Il est très attaché à ses 13 petits-enfants. Il est très reconnaissant envers Dieu et envers son médecin, le Dr Deva Veerasamy, pour sa bonne santé et sa longue vie. Il n’est pas prêt à tirer sa révérence de sitôt. Il veut vivre jusqu’à 132 ans. «Un jour, une voisine m’a dit qu’elle avait rêvé que je vivrais jusqu’à 132 ans. Je n’ai jamais oublié cela. Pourvu que ce soit vrai…»

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires