Alan Ganoo: «J’ai été trahi»

Avec le soutien de
Alan Ganoo, président du Mouvement patriotique (MP).

Alan Ganoo, président du Mouvement patriotique (MP).  

C’est la crise au Mouvement patriotique (MP) dont la présidence est contestée. Une quinzaine de membres seraient sur le départ. Alan Ganoo, le président du parti, déplore, lui, le manque de solidarité, ainsi qu’une «intention de déstabiliser le MP de l’intérieur».

Le MP s’engouffre dans une grave crise avec l’intention d’une quinzaine de membres, notamment Raffick Sorefan, Kavi Ramano, Lysie Ribot, Jenny Mootealoo et Jimmy Chourimootoo, de démissionner. Quelle est votre réaction ?
Depuis deux mois, il y a une tentative de déstabiliser le parti de l’intérieur. Celle-ci a été un échec et c’est la raison pour laquelle ces membres ont signifié leur intention de démissionner. C’est triste la façon de faire de ces personnes.

Ils vous montrent du doigt, estimant que vous vous êtes accaparé de la présidence du parti.
Le MP est dirigé de façon collégiale. Que reprochent-ils au président ? À ma connaissance, il n’y a jamais eu de débat contestant ma présidence. Ces personnes qui envisagent de démissionner préfèrent parler ailleurs qu’au sein du parti.

Vous sentez-vous trahi par ces personnes ? 
Absolument. Il y a un manque de solidarité. Je constate qu’aujourd’hui, chacun a un agenda qui lui est propre. Quand ces personnes décident de quitter le navire, c’est tout à fait de la trahison…

Le MMM vous avait fait le même reproche quand vous avez décidé de quitter le parti… 
Non, ce n’est pas moi qui ai trahi le MMM. C’est Paul Bérenger qui m’a trahi quand il est allé dire partout, après la défaite électorale, que c’est moi qui ai voulu cette alliance avec le PTr. Tout le monde sait que c’est lui qui m’avait envoyé négocier cette alliance.

L’avenir du MP est-il compromis ? 
Je suis serein. Le parti a beaucoup de jeunes en son sein. D’ailleurs, quand j’ai décidé de les recruter, il y avait de la résistance parmi ces membres qui veulent nous quitter aujourd’hui. On avait dit qu’on allait faire la politique autrement et c’est pourquoi nous avons recruté tous ces jeunes.

Et si ces membres ne démissionnent pas, envisagez-vous de les expulser ? 
Toute décision sera prise collectivement avec le bureau national. Évidemment, si ces personnes continuent à ne pas venir aux réunions, nous agirons en temps et lieu. Ces personnes doivent être logiques envers elles-mêmes. 

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires