Heritage City: Bhadain malmené par le Premier ministre

Avec le soutien de
Le projet Heritage City a été définitivement abandonné.

Le projet Heritage City a été définitivement abandonné. 

Que s’est-il passé lors de la réunion de haut niveau, au bâtiment du Trésor, hier matin ? Une certitude d’ores et déjà : le projet Heritage City de Roshi Bhadain a bel et bien été enterré. Et le ministre des Services financiers et de la bonne gouvernance, qui était présent, en a pris pour son grade. C’est ce qui nous revient de sources concordantes à plus haut échelon du gouvernement.

Le Premier ministre, apprenons-nous, n’aurait pas été tendre envers Roshi Bhadain lors de cette réunion du comité ministériel devant décider du sort d’Heritage City. Comité présidé par sir Anerood Jugnauth (SAJ) et composé des trois leaders de l’alliance Lepep, en l’occurrence Pravind Jugnauth, Xavier-Luc Duval et Ivan Collendavelloo. Le ministre des Infrastructures publiques, Nando Bodha, avait aussi été convoqué au bâtiment du Trésor. Le chef du gouvernement aurait notamment reproché au ministre Bhadain de l’avoir «misguided» sur ce dossier.

Le nom d’un conseiller du ministre des Services financiers aurait également été cité. SAJ aurait demandé pourquoi des personnes sans les compétences requises pour ce genre de projet national ont été embarquées. Sollicité pour une réaction, le ministre des Services financiers a dit qu’il réagira vendredi.

Cette sortie du chef du gouvernement contre Roshi Bhadain aurait fait suite à une série d’informations déterminantes qui ont été présentées au Premier ministre. Lequel a fini par réaliser que ceux qui étaient défavorables au projet, au sein du comité ministériel, avaient d’autres raisons que l’effondrement éventuel du barrage de Bagatelle. En effet, le Premier ministre n’avait pas digéré cet argument des opposants d’Heritage City.

Parmi les points déterminants qui auraient fait tomber Heritage City, figure le coût des infrastructures publiques offsite et onsite. Ce montant, qui n’a pas été budgétisé lors du dernier exercice financier, s’élève à plus de Rs 7 milliards, soit Rs 1,8 milliard pour les travaux d’infrastructures hors site et Rs 6 milliards pour ceux se trouvant sur le site. Ce qui équivaut à 50 % du coût total du projet redessiné et estimé à Rs 13 milliards (NdlR, au départ, Heritage City devait coûter Rs 30 milliards. Le coût a été revu à la baisse après l’abandon de la partie résidentielle).

Le 5 août, date du gel du projet par le Conseil des ministres, Nando Bodha avait, face à ses collègues du Cabinet, fait part de son étonnement lorsque le montant des infrastructures publiques d’Heritage City, qui devaient être prises en charge par l’État, a été évoqué. D’autant plus qu’initialement, le projet ne devait pas être à Minissy, sur un site enclavé entre deux rivières et difficile d’accès. Projet pareil nécessitant au moins trois accès, au risque de se retrouver dans un goulot d’étranglement.

Autre point qui aurait pesé dans la balance : les frais réclamés par le consultant dubaïote Stree, que la majorité au sein du comité trouve «excessifs». Il nous revient également que le projet de nouvelle ville administrative ne sera pas à Minissy, soit là où devait s’élever Heritage City, avant qu’il ne soit gelé, enterré, puis ressuscité avant d’être mis en terre à nouveau.

Il a dit…  

«J'ai de très bonnes relations avec lui, des relations sans peur…»

Pravind Jugnauth interrogé sur ses relations avec Roshi Bhadain.

«Nous n’irons pas de l’avant avec le projet heritage»

C’est à 13 h 08, hier, que le communiqué émis par le service de presse du bureau du Premier ministre (PMO) est tombé. Communication officielle envoyée une heure après la fin de la réunion du comité ministériel, au bâtiment du Trésor. Comité ministériel institué le 9 septembre pour reconsidérer le projet Heritage City, que SAJ tenait à coeur. Le service de presse du PMO s’est voulu diplomatique dans son communiqué «face saving». D’abord, celui-ci fait état du maintien du «concept d’une cité administrative qui devrait permettre une meilleure gestion financière vu la somme importante déboursée chaque année par l’État concernant le loyer des bâtiments abritant différents ministères». L’on retiendra ici que lors d’une conférence de presse à la veille de son départ pour New York, SAJ a sorti cet argumentaire pour justifier la raison d’être d’Heritage City. Ensuite, le communiqué du PMO soutient que «la localisation géographique d’une telle cité et son aménagement en plusieurs phases sera réétudiée, incluant la composante d’un nouveau Parlement». C’est à la fin du communiqué que le sort d’Heritage City est résumé. On peut y lire : «Un comité présidé par le ministre des Finances pilotera ce nouveau projet.» Ce qui permet de déduire qu’Heritage City n’est plus et que Roshi Bhadain est définitivement hors circuit sur ce dossier. La première déduction sera confirmée par le Grand argentier qui dira haut et fort ce qu’il en retourne vraiment. «Nous n’irons pas de l’avant avec le projet Heritage. L’Inde a déjà approuvé la réallocation du financement d’Heritage City pour d’autres projets», a répliqué sans détour Pravind Jugnauth à une question des journalistes lors d’une conférence de presse qu’il animait au siège de son ministère, hier après-midi. Il devait aussi ajouter que le comité pour le nouveau projet de cité administrative sera constitué par le Conseil des ministres.

Publicité
Publicité

Le projet Heritage City fait couler beaucoup d’encre. Estimé à Rs 29 milliards, sur une superficie de 335 arpents, le design aurait déjà coûté plus de Rs 155 millions. Voici une invitation à mieux connaitre ce dossier brulant…

D'autres articles »
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires