Bramsthan: des projets tardent à aboutir

Avec le soutien de
L’état déplorable du crématorium.

L’état déplorable du crématorium.

Il y a deux ans, on évoquait la réalisation d’importants projets dans le village de Bramsthan. Or, aucun des projets évoqués n’a abouti.

Parmi les projets qui allaient être rapidement réalisés, il était question de l’aménagement d’un nouveau crématorium, de la construction d’un bâtiment devant abriter le Village Council, de même que l’érection d’un autre pour le nouveau marché. Les habitants s’en réjouissaient. Or, pas un seul de ces projets ne s’est matérialisé. Dhiraj Ganga, ancien conseiller de district et actuel conseiller du village, ne comprend toujours pas la raison pour laquelle son village a été soudainement mis à l’écart des développements. Pourtant, il y a deux ans, lorsqu’il était conseiller de district, il avait annoncé aux villageois que Bramsthan bénéficierait de nouveaux projets dans un avenir proche. Mais aucun d’eux n’a abouti jusqu’ici. Pourtant selon lui, les différentes instances telles que le conseil de district de Flacq et la National Development Unit (NDU) sont venus avec de nouveaux projets dans d’autres villages voisins, sauf à Bramsthan.

Comptant environ 10 000 habitants, ce village était autrefois rattaché à Ecroignard. Le conseiller explique que même après ce «split», le nombre d’habitants à Bramsthan a considérablement augmenté. Or, toujours point de réalisation de projets promis à l’horizon. Il fait ressortir que le village ne dispose pas de facilités et d’infrastructures propres à tout village. Comme par exemple, un crématorium digne de ce nom. De la route principale, celui existant se trouve au milieu d'un champ de canne et l'état dans lequel il se trouve est déplorable.

Le conseiller Dhiraj Ganga.

Manque d’aménités

De plus, provision n’a pas été faite pour la fourniture d’eau potable. «Cet endroit fait honte. On dirait qu’il n’y a aucune considération et aucun respect pour les défunts», ajoute Dhiraj Ganga. Il se souvient que lorsqu’il était encore conseiller de district, un terrain avait été mis à la disposition du conseil de district de Flacq pour la construction d’un crématorium. «Ce terrain, situé à 200 mètres de l’actuel crématorium, a déjà été approuvé par le conseil. Mais je ne sais toujours pas pourquoi les travaux tardent», insiste le conseiller.

En sus de ce terrain, le groupe Alteo a également offert un lopin de terre pour la construction d’un nouveau Village Hall. «Actuellement, nous louons un petit bâtiment dans lequel il n’y a pas trop de services, ni d’aménités», ajoute-t-il. Sur ce même terrain, un grand espace était prévu pour des aires de stationnement, l’aménagement d’un terrain de foot, le Village Hall et un nouveau marché. Dans ce cas également, aucun bâtiment n’est sorti de terre.

Or, avoir une véritable place de marché est une priorité, souligne le conseiller Ganga car jusqu’ici, la vente des fruits et légumes se fait sur la route. Une route par ailleurs très dangereuse avec des virages en tête d’épingle. Dhiraj Ganga rappelle qu’il y a quelques semaines, deux jeunes y ont trouvé la mort. Il parle aussi des routes qui doivent encore être asphaltées et les drains manquants.

En l’absence du pays d’Oumesh Rajkumarsing, président du conseil de district, nous avons interrogé Raj Rampertab, secrétaire parlementaire privé. Il dit avoir pris note des problèmes après un état des lieux sur le terrain, il y a deux mois. Il donne la garantie que ces projets aboutiront mais pas tous à la fois. Sa priorité est la construction d'un nouveau crématorium.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires