N°7: «Ce n’est déjà pas le SAJ de 1976. Asterla so garçon ?»

Avec le soutien de
Le Premier ministre assistera au dévoilement du National Youth Policy, vendredi 7 octobre.

Le Premier ministre assistera au dévoilement de la National Youth Policy, vendredi 7 octobre.

Sir Anerood Jugnauth effectue une sortie dans son fief, ce vendredi 7 octobre, la première depuis son retour de New York, lundi. Il assistera au dévoilement de la National Youth Policy, la nouvelle vision du gouvernement par rapport aux jeunes. La dernière fois qu’il y avait mis les pieds remonte à décembre dernier.

S’agit-il de ses adieux à la circonscription en tant que Premier ministre ? Personne ne le sait, mais dans les rues de Rivière-du-Rempart, village phare de la circonscription n°7 (Piton – Rivière-du- Rempart), c’est la grogne. Le passage de témoin à son fils n’est pas très bien perçu.

«Nounn vot li, pa so garson. mé tout fason, ki nou pou kapav fer ?» se résigne un marchand de roti. La présence de sir Anerood, ce vendredi, ne lui fait ni chaud ni froid. Il n’ira pas l’écouter.

Un autre homme, qui dit avoir mis ses espoirs dans ce gouvernement, se dit désabusé. «On vient d’arrêter un homme qui a pris un pot-de-vin de Rs 500. Mais il y en a d’autres qui ont pris des bal kouler et qui sont toujours assis au Parlement», dit-il. Son apprenti arbore un t-shirt viré mam. Est-il toujours fidèle à l’alliance Lepep ?

Si son patron pense que l’endroit n’a pas connu de développement majeur, son opinion diffère légèrement. «On a eu des toilettes publiques et un dispensaire. Mais la circonscription ne s’arrête pas à cela. D’autres problèmes sont toujours là et la situation empire. An plis, pa trouv limem dan landrwa», avance-il.

Puis, goguenard, il explique que, pour lui, c’est le deuxième élu du n°7 qui pose problème. «Avan, ti éna sa lot ki ti pran loan-la (NdlR : Vishnu Lutchmeenaraidoo). Tou isi mem», dit-il. Lui non plus ne fera pas le déplacement.

Lalita, vendeuse, abonde dans le même sens. Pour elle, la population a élu SAJ. «Bé sa fotey-la zis pou so fami sa ? Fami lezot pa gagn sans pou vini ?» fustige-t-elle. Elle est catégorique : pour que Pravind Jugnauth ait accès au fauteuil de PM, qu’il passe par des élections.

Lalita et sa collègue pensent que la situation sera pire si la passation des pouvoirs se fait comme prévu. Selon elles, en trois ans, la localité n’a pas connu de grand développement. «La foire n’a toujours pas de parking. Le problème de coupure d’eau est pire qu’avant», expliquent-elles. Aussi, les chemins sont dans un état déplorable. L’héritage de SAJ dans la circonscription, pour elles, laisse à désirer.

D’ailleurs, la présence du PM au nº7, ce vendredi, les irrite plus qu’autre chose. «Il va justifier son départ ? Il vient dire qu’on l’a élu pour rien ?», se demande un marchand, de loin.

Mais selon Heman, 36 ans, tout le monde savait que cette situation allait se produire. «Il a beaucoup fait pour l’endroit. Mais il faut comprendre qu’il est le Premier ministre du pays et pas seulement d’ici ! Li éna lot zafer pou fer.»

Même les anciens, qui passent leurs après-midi à parler sous le kiosque de la place, tiennent le même langage. «Mo krwar prémié fwa pou éna ene prémié minis ki pann vot li la, non ?» fait remarquer l’un des seniors. Un autre acquiesce.

Mais l’on suppute que la situation soit légale, et c’est ce qui dérange. Selon le groupe d’amis, la confiance a été placée en SAJ et personne d’autre. «Déjà, ce n’est pas le même SAJ que nous avons connu en 1976. Asterla so garson ? Plis problem ankor», renchérit un troisième.

Cet après-midi, ils soutiennent qu’ils resteront à la maison. «On lira les journaux pour savoir ce qu’il a dit…» conclut le plus ancien d’entre eux, âgé de 70 ans.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires