Éclairage: pourquoi faut-il «write off» un prêt

Avec le soutien de
(Photo d’illustration) La MauBank envisage de «write off» les dettes de Rakesh Gooljaury qui s’élèvent à Rs 565, 2 millions.

  (Photo d’illustration) La MauBank envisage de «write off» les dettes de Rakesh Gooljaury, qui s’élèvent à Rs 565, 2 millions.  

La MauBank a décidé de faire provision pour write off les dettes de certains de ses clients. La somme totale représente plus de Rs 821 millions. L’homme d’affaires Rakesh Gooljaury, à lui seul, devait Rs 565,2 millions, somme qui sera possiblement written off. La raison évoquée est que ce prêt est «non performant».

Que veulent dire tous ces termes techniques ? La MauBank a-t-elle fait un cadeau à l’ancien partenaire en affaires de Nandanee Soornack et à ces autres clients ? Explications…

Qu’est-ce qu’un prêt non performant ?

Un prêt est considéré non performant à partir du moment où le client débiteur ne règle plus ses mensualités à la banque. Dès l’arrêt de paiement, au moment où la banque estime que le prêt est un cas perdu, celui-ci est déclaré non performant. À ce moment, elle imagine le pire des scénarios : qu’elle a perdu cet argent. Donc, elle fait des provisions pour pallier cette perte. Le fait que l’emprunteur a donné des biens en garantie ne change rien à l’affaire pour l’instant.

Provisions

Cela implique que la banque met de l’argent de côté pour «boucher le trou» que ce prêt a causé dans ses comptes. Cette mesure constitue simplement un acte de prudence de la part de la banque. Le fait qu’elle fasse «provision» ne veut pas dire qu’elle va write off le prêt. Elle reconnaît simplement une perte et marque le début d’un exercice de recouvrement de son argent. Les provisions se font par rapport aux garanties de l’emprunteur. Par exemple, si le prêt est de Rs 10 millions et que la garantie est de Rs 2 millions, la banque fera une provision de Rs 8 millions.

L’étape suivante

Après que les provisions ont été faites, la banque entame les démarches pour récupérer son argent. S’il y a des biens en garantie, elle va essayer de les vendre pour recueillir un maximum d’argent. Elle peut aussi poursuivre la personne pour essayer de récupérer encore quelques roupies.

Revenons au prêt de Rs 10 millions. La banque a récupéré Rs 2 millions de la vente de la garantie et trois autres millions des poursuites. Cela fait Rs 5 millions pour une provision de Rs 8 millions qui a été faite. Du coup, la banque se retrouve avec un trou de Rs 3 millions.

Le «write off»

C’est le dernier recours de la banque. Lorsque toutes les autres possibilités sont épuisées, la banque abandonne la bataille et fait une croix sur la dette qui reste. Les Rs 3 millions sont de ce fait written off (NdlR, passées aux profits et pertes dans le bilan), mais en dernier recours. N’empêche que l’institution aura tout fait pour recouvrer un maximum d’argent au préalable.

Toxic Asset

Un toxic asset est une garantie que l’emprunteur fournit à la banque contre un prêt. Cette garantie est considérée comme étant toxique lorsqu’elle est nettement inférieure à la valeur du prêt et que la banque ne peut pas, lors de sa vente, récupérer la valeur totale de l’emprunt accordé. En général, la banque va octroyer un crédit de 70 % à 80 % de la valeur de l’emprunt, mais il existe des cas où, par un moyen ou un autre, le débiteur arrive à faire passer un toxic asset.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires