Paul Bérenger: «Le contrat alloué à Petredec est illégal»

Avec le soutien de
Paul Bérenger a fait feu de tout bois en ce qui concerne la reforme électorale, l’affaire Petredec et l’homme d’affaires Rakesh Gooljaury.

Paul Bérenger a fait feu de tout bois en ce qui concerne la reforme électorale, l’affaire Petredec et l’homme d’affaires Rakesh Gooljaury.

Lors de sa conférence de presse hebdomadaire, le leader de l’opposition et du Mouvement militant mauricien (MMM), Paul Bérenger, s’est attardé sur le contrat alloué à Petredec, sur l’affaire des prêts non-performants de Rakesh Gooljaury et sur la réforme électorale, entre autres.

«Telman éna skandal ki lepep riské abitié ar sa. Mo fer enn lapel pou zot gard zot kapasité lindiniasion», a déclaré le leader de l’opposition. Parlant de la manière dont le contrat pour le gaz de pétrole liquéfié a été alloué à la firme Petredec, Paul Bérenger trouve scandaleux la manière de procéder du gouvernement. «Tout s’est fait dans la transparence jusqu’à ce que le gouvernement y mette son nez», a-t-il dit. Selon lui, l’attribution de ce contrat est illégale.

Pour rappel, à l’émission de l’appel d’offres, la State Trading Corporation (STC) avait fait savoir que la firme Petredec ne pouvait pas y participer, l’accusant de malhonnêteté. Le contrat fut remporté par une firme mais Petredec est arrivée et a fait une «unsolicited bid» qui s’est révélée moins chère que l’offre de la firme qui avait eu les faveurs de l’appel d’offres. La direction de la STC a toutefois permis à la firme choisie en premier de refaire une offre. Ce qui fut fait mais le gouvernement est quand même allé de l’avant avec Petredec. Paul Bérenger a toutefois salué l’attitude digne des membres du conseil d’administration de la STC, qui ont fait savoir que le gouvernement avait usurpé leur rôle et qu’ils ont pris note de cette décision.

Quant à Rakesh Gooljaury, le leader du MMM déplore le fait que des fonds publics seront encore une fois utilisés pour pallier  la mauvaise situation financière dans laquelle se trouve l’homme d’affaires, alors que le gouvernement avait promis de faire le contraire.

Le leader de l’opposition a aussi évoqué la réforme électorale, disant qu’il est trop tard pour parler de cette mesure. «Le comité présidé par Xavier-Luc Duval est un sabotage de ce projet depuis le début. Le Premier ministre adjoint a affirmé être en faveur du Best Loser system», a fustigé Paul Bérenger. Il poursuit en disant que le comité a sa raison d’être mais que ce n’est pas le cas pour Xavier-Luc Duval.

La solution, pour le leader des mauves, est un amendement provisoire à la Constitution, comme en 2014, en ce qui concerne la déclaration de l’ethnicité et aussi de démarrer le projet de la réforme électorale après les prochaines élections. De plus, un recensement ethnique, qui est revenu sur le tapis, serait la dernière chose à faire. Paul Bérenger affirme que la population n’en veut pas et que de plus, cela causerait des secousses. «La Constitution ne reconnaît que quatre composantes de la population. Aujourd’hui, comment demander aux gens de s’identifier à quatre courants de pensée alors qu’il y en a plus ?», s’interroge le leader du MMM.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires