Cyclisme: Bouhanni-Démare, les frères ennemis du sprint devront faire équipe aux Mondiaux

Avec le soutien de

Nacer Bouhanni et Arnaud Démare ne sont pas les meilleurs amis du monde, c’est de notoriété publique, mais ces sprinters seront pourtant coéquipiers aux Mondiaux cyclistes, le 16 octobre à Doha, au Qatar, où la France alignera ses deux fusées.

Le choix du sélectionneur national Bernard Bourreau, annoncé lundi, laisse donc de côté le troisième homme du sprint français, Bryan Coquard, en vue dans le Tour de France (battu à la photo-finish à Limoges) mais retenu simplement comme remplaçant.

Sur le papier, Bouhanni et Démare, pareillement ambitieux, sont placés dans les mêmes conditions. Ils disposeront au Qatar du même nombre d’équipiers (trois pour chacun, pour neuf coureurs au total), chargés de leur préparer la fin de course sur un parcours plat.

Coéquipiers pendant trois saisons (2012-2014) à la Française des Jeux, les deux fauves du sprint bleu ont pris depuis des chemins séparés. Démare le Picard ayant été préféré par la FDJ, Bouhanni le Vosgien avait pris la tangente, chez Cofidis. Une séparation logique, après des années de courant en mode alternatif, depuis leurs premières confrontations dans les rangs des juniors.

Bouhanni champion de France 2012, devant Démare. Puis l’inverse, en 2014. Et deux perdants, en 2015, avec la chute en plein sprint de Bouhanni, après une vague provoquée par Anthony Roux, partenaire de Démare chez FDJ.fr: la rivalité est permanente.

Deux sprinters donc, dans le désert de l’émirat, et deux leaders, officiellement: «Nous allons déterminer la tactique que nous allons engager avec l’équipe de France à Doha, lorsque nous serons sur place, et surtout nous déterminerons les rôles de chacun selon les éventuelles conditions et schémas de course qui peuvent se mettre en place au Qatar», a expliqué Bernard Bourreau, cité par la Fédération française de cyclisme.

Agé de 25 ans, Démare a pour lui une victoire de référence dans Milan - Sanremo, la première grande classique de la saison en mars dernier. Aucun Français ne s’était imposé dans ce «monument» du cyclisme depuis 21 ans.

Une rivalité inévitable 

La suite de l’année s’est avérée moins heureuse pour le Picard, qui n’a plus gagné depuis son succès d’étape, le 19 juin, dans la Route du Sud. Même s’il a signé une deuxième place significative, début septembre, dans la Brussels Classic, l’ancien Paris-Bruxelles, devant... Bouhanni.

Ce dernier, son aîné d’un an, a vécu une saison encore plus contrastée. Contraint de déclarer forfait au dernier moment pour le Tour de France, suite à une rixe nocturne quelques jours plus tôt, le Lorrain compte pourtant dix succès cette saison, dont quatre au niveau WorldTour (circuit mondial).

L’an dernier, Bouhanni et Démare avaient déjà été réunis sous le maillot bleu pour les Mondiaux-2015, à Richmond (Etats-Unis). Mais aucun des deux n’avait pu s’exprimer à son avantage sur le circuit américain, finalement favorable au Slovaque Peter Sagan.

Cette fois, les conditions semblent rassemblées pour une arrivée groupée. Et comme l’Allemagne et la Grande-Bretagne, la France joue logiquement la carte du sprint. Au risque de relancer une guerre fratricide ?

«Il faut qu’à un moment donné les gens se comprennent et soient matures», avait lâché Martial Gayant, directeur sportif à la FDJ.fr, en mai 2014, aux beaux jours de la rivalité entre les deux sprinters sous le même maillot. Les deux hommes ont-ils atteint cette maturité deux ans plus tard ? Réponse en octobre. 

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires