Tendance électorale: une lutte à trois se précise

Avec le soutien de
Le MMM avait réuni ses troupes à Réduit tandis que le PMSD avait, lui, animé son congrès à Ebène, dimanche 25 septembre.

Le MMM avait réuni ses troupes à Réduit tandis que le PMSD, lui, animait son congrès à Ebène, dimanche 25 septembre.

«Lekours elektoral fini largé.» C’est  ce qu’a lancé Paul Bérenger lors du congrès anniversaire du Mouvement militant mauricien (MMM) à Réduit, dimanche 25 septembre. Même si, officiellement, les élections générales sont prévues pour 2019, les différents partis politiques sont déjà à l’affût.

D’ailleurs, après l’affluence à Réduit, le MMM entend brasser large. «Nous avons noté, dans l’assistance, des membres qui avaient délaissé le parti. C’est un signe encourageant pour le MMM. Désormais, il nous faudra vendre Paul Bérenger comme le prétendant au poste de Premier ministre. De plus, nous avons une bonne chance si nous allons seuls aux élections», explique-t-on. La plus grande crainte des militants, c’est une campagne communale que les adversaires de Paul Bérenger pourraient mener, comme cela a été le cas pendant les précédentes élections, plus particulièrement en 1983 et en 2010.

Les Mauves, dit-on, miseront sur l’animosité entre les Jugnauth et Navin Ramgoolam pour consolider leurs assises dans les villes et conquérir quelques régions rurales : «Si le Parti travailliste et le  MSM (NdlR : Mouvement Socialiste Militant) vont seuls aux élections, les votes de leur électorat traditionnel seront divisés.  Le MMM pourra alors en profiter», ajoute un fin observateur politique.

D’ailleurs, constate-t-il, les guéguerres au sein même du gouvernement risquent de s’intensifier avec le départ annoncé de sir Anerood Jugnauth. Avec, comme résultat, le fait que Pravind Jugnauth aura fort à faire. «Même si les leaders de l’alliance gouvernementale ont juré allégeance à Pravind Jugnauth, il y a des députés et des ministres à fort caractère au sein du gouvernement. Respecteront-ils le leader du MSM comme ils le faisaient avec SAJ ? Est-ce qu’Ivan Collendavelloo  acceptera de céder face à Roshi Bhadain ? De plus, ceux qui seront laissés sur la touche après le remaniement ministériel feront certainement entendre leur voix», ajoute l’observateur politique.

«Remaniement : ceux laissés sur la touche feront entendre leur voix.»

Tout laisse croire que le futur Premier ministre a senti que le plus gros problème sous son règne risque d’émerger au sein même du gouvernement. «Nou bann adverser trouv parmi nou, pé tir kout bal lor nou, pé kraz lipié», avait déclaré Pravind Jugnauth, à l’issue du bureau politique du MSM, samedi.

Autre aspect qui risque de gêner le leader du MSM dans sa progression pendant les prochains mois, c’est l’appel du Directeur des poursuites publiques devant le Privy Council dans l’affaire MedPoint.

Par ailleurs, le PMSD, qui a réitéré son soutien au leader du MSM dimanche, affirme, par la voix de Mamade Khodabaccus, son secrétaire général, qu’il n’y a aucune campagne électorale en cours. «Nous avons eu un congrès qui a été un franc succès. Nous continuons à travailler au sein du gouvernement», dit-il à l’express. Toutefois, selon notre observateur, la réalité politique veut que le PMSD s’associe avec un autre parti pour les élections.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires