Pr Maeve Hosier: «Des opérations militaires mortelles menées à partir de Diego Garcia»

Avec le soutien de
SAJ et le ministre britannique Boris Johnson ont eu une «rencontre cordiale» hier,  à New York, en présence d’Olivier Bancoult.

SAJ et le ministre britannique Boris Johnson ont eu une «rencontre cordiale» jeudi 22 septembre,  à New York, en présence d’Olivier Bancoult. 

Maurice a-t-elle examiné toutes les avenues possibles pour récupérer le territoire des Chagos ?  Il semblerait que non, à en  croire le  Pr Maeve Hosier. Selon elle, Maurice doit consolider son argumentaire en examinant la problématique des Chagos dans son ensemble.

Que se passe-t-il vraiment sur Diego Garcia ? Celui-ci serait, au dire du Pr Maeve Hosier, la base militaire américaine la plus importante au monde en dehors du territoire continental des États-Unis. «La base de Diego Garcia a joué un rôle très important dans la stratégie militaire américaine dans les guerres en Afghanistan, Iraq et Syrie. Beaucoup d’opérations ont été dirigées de Diego Garcia et ont causé mort et destructions», révèle l’experte en droit européen et consultante juridique indépendante, qui a étudié la question.

C’est l’une des raisons qui poussent le Pr Hosier à dire que l’argumentaire de Maurice, qui revendique la souveraineté des Chagos, n’est pas assez solide. Argumentaire qui repose principalement sur le fait que les Chagos sont un territoire mauricien et que la coalition anglo-américaine doit rendre l’archipel au gouvernement mauricien. C’est aujourd’hui que le Premier ministre, sir Anerood Jugnauth, prend la parole, à la tribune de l’Organisation des Nations unies, à New York.

Mais pour notre interlocutrice, il est temps de se poser quelques questions fondamentales : pourquoi la base militaire de Diego Garcia existe-elle toujours ? Quelle est son utilité aujourd’hui ? Cette base militaire géostratégique est-elle vraiment nécessaire à la stabilité de la région ? Au lieu de protéger et défendre, ne serait-elle pas plutôt utilisée pour attaquer ? Il faut ajouter à cela le fait qu’avec plus de 3 milliards de dollars (plus de Rs 100 milliards) en termes d’infrastructures et des milliards de plus en équipement et armement, cette base militaire est considérée comme le bien immobilier le plus coûteux de la planète.

Le Pr Hosier rappelle, dans la foulée, que le rapport Chilcot, publié en juillet, avait souligné, entre autres, que le Royaume-Uni n’aurait pas épuisé tous les moyens non militaires avant de s’embarquer dans des opérations militaires en Iraq. Opérations menées à partir de la base militaire de Diego Garcia.

Selon cette dernière, il faut que le gouvernement américain, et par extension le gouvernement britannique, réponde aux accusations graves d’abus excessifs de droits humains sur la base militaire. «Malgré l’assurance donnée au Parlement britannique qu’il n’y a pas d’extradition extraordinaire à la base de Diego Garcia, le cas d’un monsieur qui s’appelle Belhaj a prouvé le contraire

La spécialiste en droit est d’ailleurs persuadée que «ce n’est certainement pas un cas isolé». Pourtant l’extradition extraordinaire, qui est l’enlèvement pur et simple d’une personne n’importe où dans le monde dans le but de l’interroger, nous explique-t-elle, est illégale.

Mines antipersonnel

Ce n’est pas tout. Le  Pr Maeve Hosier dévoile également que le Service de l’action antimines des Nations unies a reçu des rapports soupçonnant la présence de mines antipersonnel ainsi que des sous-munitions dans des navires dans les eaux entourant les Chagos. «Ce mépris flagrant des conventions internationales, si cela s’avère, doit être dénoncé», insiste notre interlocutrice.

Tout cela la conforte dans sa position. Elle estime que Maurice est bien placée pour faire valoir la légitimité de sa souveraineté sur les Chagos, si tous ces arguments sont pris en compte. Sans compter qu’au vu des activités menées à partir de la base militaire de Diego Garcia, celle-ci est une cible idéale pour des attaques terroristes, posant ainsi un danger pour la région.

Dans son papier académique intitulé EU Adventures in the Indian Ocean: Making up the Rules?, présenté en juillet lors du forum juridique européen à Maurice, à l’hôtel Labourdonnais, le Pr Maeve Hosier expose la relation complexe entre l’Union européenne (UE), ses États membres et Diego Garcia. Pour la spécialiste du droit européen, il y a eu un laisser-aller de la part des pays de l’UE par rapport à la base militaire de Diego Garcia. Pourtant, les actions militaires dirigées des Chagos ont un impact direct sur la vague de réfugiés qui submerge  aujourd’hui l’Europe.

A lire également: Pr Maeve Hosier: “The UK and the US need to be named and shamed”

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires