Politique: sur un air de campagne électorale

Avec le soutien de
Le Parti travailliste lors d’un congrès à Triolet dimanche 18 septembre.

  Le Parti travailliste lors d’un congrès à Triolet ,dimanche 18 septembre.  

La scène politique est en ébullition. Après le congrès du Parti travailliste (PTr) à Triolet, il y a trois jours, c’est au tour du Mouvement socialiste militant (MSM) d’organiser un meeting à Beau-Bassin ce mercredi 21 septembre. De son côté, le Mouvement militant mauricien (MMM) célébrera son 47e anniversaire, dimanche, par un congrès, alors qu’au même moment le Parti mauricien social-démocrate (PMSD) conviera les jeunes à une rencontre.

Même si tous ces événements coïncident, ils arrivent dans un contexte particulier. Le Premier ministre sir Anerood Jugnauth (SAJ) a annoncé – à la veille de son départ pour l’Assemblée générale des Nations unies à New York – qu’il cédera la place à son fils Pravind Jugnauth, alors qu’il y a une guerre intestine au sein du gouvernement.

Un ancien député-ministre, ayant plus de 30 ans d’expérience politique, considère que l’annonce de SAJ a semé la confusion au sein de la population, donnant du coup une bonne occasion à l’opposition de multiplier ses efforts sur le terrain.

«C’est une déclaration qui a boosté l’opposition, sans compter les différentes affaires qui éclaboussent le gouvernement. Ce sont des raisons qui ont fait que Navin Ramgoolam a connu un succès à Triolet», observe-t-il.

Série de meetings et de réunions

D’ailleurs, les dirigeants des rouges l’ont bien compris. Ils continueront à mettre la pression. «Toute l’équipe qui a préparé le retour du leader sur le terrain se rencontrera prochainement. D’autres congrès suivront car le peuple veut des élections générales. C’est sir Anerood Jugnauth qu’il a voté pour être Premier ministre», insiste Kalyanee Juggoo, la secrétaire générale du PTr.

Du côté du MMM également, les dirigeants estiment que le congrès dominical sera un tremplin pour l’organisation d’autres meetings et réunions à travers le pays. «C’est un congrès qui tombe à pic. Le paysage politique est en plein bouillonnement. Il y a un sentiment de ras-le-bol parmi la population, qui estime qu’elle a été escroquée politiquement», ajoute Ajay Gunness, le secrétaire général.

Le MMM ne se contentera plus de sa conférence hebdomadaire. Des membres de ce parti sont appelés à organiser des réunions dans chaque circonscription. Cependant, selon l’observateur politique, si le MMM ambitionne de se refaire une santé politique après la débâcle de 2014 suivie de défections, les dirigeants doivent revoir leur stratégie de communication, comme l’ont fait le PTr et le PMSD.

Mahmad Kodabaccus, le secrétaire général des bleus, insiste que son parti se concentre uniquement sur le congrès de dimanche. «C’est l’événement du mois. Par la suite, on verra», se contente-t-il de dire. Mais son leader Xavier-Luc Duval, lui, fait un travail de proximité en se rendant aux fêtes religieuses ou encore en participant à diverses activités organisées par le parti dans des régions rurales et il cible les jeunes.

Du côté du MSM, un proche explique que Pravind Jugnauth doit d’abord «vendre son Budget» et également ne pas laisser le terrain à l’opposition.

Ce sera une tâche très difficile, note l’observateur politique. «Le conflit interne au sein du gouvernement et le départ annoncé de sir Anerood Jugnauth compliquent la tâche du dauphin annoncé», constate-t-il.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires