Italie: Un faux document surgit dans la vente de l'AC Milan aux Chinois

Avec le soutien de
Selon Bloomberg, ces investisseurs chinois auraient «fourni un faux document bancaire» destiné à prouver sa solidité financière lors des négociations initiales.

Selon Bloomberg, ces investisseurs chinois auraient «fourni un faux document bancaire» destiné à prouver sa solidité financière lors des négociations initiales.

Le groupe d'investisseurs chinois qui finalise actuellement l'achat du club italien de l'AC Milan aurait fourni un document bancaire falsifié lors des négociations initiales entre les deux parties, rapporte mercredi l'agence financière américaine Bloomberg.

L'ex-chef du gouvernement italien Silvio Berlusconi, propriétaire du club depuis 30 ans, avait donné son accord début août pour une vente de 99% des parts pour 740 millions d'euros, reprise de la dette comprise à un consortium d'investisseurs chinois désormais désigné comme SinoEurope Sports.

Selon Bloomberg, ces investisseurs chinois auraient «fourni un faux document bancaire» destiné à prouver sa solidité financière lors des négociations initiales.

Il s'agit de «documents à l'en-tête de la Bank of Jiangsu Co. censés présenter les mouvements enregistrés sur le compte de la société de l'un des membres du consortium», écrit Bloomberg, qui cite des «sources proches du dossier».

Contactée mardi par Bloomberg, la Bank of Jiangsu a répondu par e-mail qu'elle n'avait jamais édité de document de ce type.

Interrogée par l'AFP, la holding Fininvest, propriété de Silvio Berlusconi, a répondu, comme à Bloomberg, qu'elle ne «confirmait pas avoir reçu le document en question» et ne souhaitait pas commenter cette affaire.

Une source proche de Fininvest a néanmoins expliqué à l'AFP «qu'une quantité de documents bancaires du type relevés de comptes avait été reçue», «sans que cela ait d'incidence sur l'accord».

«La solidité financière des acquéreurs a été vérifiée par les conseillers de Fininvest via des opérateurs financiers sur les marchés chinois, des banques, des institutions. La confirmation de cette solidité est venue du paiement, intervenu plus tôt que prévu, d'un acompte de 100 millions d'euros», a ajouté cette source.

Cette source proche de Fininvest a aussi assuré que les deux parties continuaient à travailler «en vue de la signature définitive de l'accord dans les délais prévus, c'est-à-dire d'ici à la fin de l'année».

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires