Congrès au n°5: «Pas plus de deux mandats pour un PM», dit Navin Ramgoolam

Avec le soutien de

(Mise à jour) «Un Premier ministre (PM) devrait se limiter à deux mandats». La déclaration est celle de Navin Ramgoolam, lors du congrès organisé ce dimanche 18 septembre à Triolet. Il commentait ainsi l’annonce de l’accession de Pravind Jugnauth au poste de PM comme annoncé par l’actuel chef du gouvernement sir Anerood Jugnauth. «Le maximum serait de 10 ans. In ler pou arret system mem dimoun o post de PM. Bizin less bann lezot. Mo pou servi mo lexperians pou montre bann zenn», lance, par la même occasion celui qui a été élu au poste de PM à trois reprises.

«Maurice est-il une monarchie ?», se demande le leader des rouges, face à la foule. «Aster li (NdlR : SAJ) pe pass fauteuil PM so garson. Eski ou kwar SSR ti pou donn mwa so plas? Sir Satcam Boolell ti pran leadership parti en 1987. Monn fer mo propr simin. Mo fier monn fer li.»

«Zame bann la ti dir ki Pravind Jugnauth pou vinn PM. Pann passe par la port me par limposte. Li pann passe par eleksyon. Li pena oken legitimite. Azordi mo dir SAJ, gagn kuraz dire piti la pass par gran laport, par eleksyon», lance Navin Ramgoolam qui, dans la foulée, soutient que le peuple a été induit en erreur par Xavier Luc Duval et Ivan Collendavelloo. C’est pour toutes ces raisons, dit le leader des Rouges, que le peuple doit réclamer des élections. «Nou bisin dimann eleksyon. Il est temps que les jeunes représentent Maurice. Pas des hommes de 87 ans.»

L’ancien PM dès le début du congrès, donnait le ton en s’attaquant au bilan des ministres : «Minis ek deputer ki p asiz la c bann squatteur. Bizin fou dehors.» «Ou crwar enn coincidence noun ranz chemin Terre-Rouge Verdun dan 18 mois. Deux ans, zot pas p capav repar li et azordi zot in desid ferm chemin. Vremem sa touss mo leker kan mo get ça azordi», martèle Navin Ramgoolam.  

Le PM n’est pas non plus épargné. «Kan ou enn PM dan enn pei, ou bizin ena ouverture d’esprit et zwenn dimoun.» Et de prendre son propre père en exemple. «A 24 ans, SSR avait déjà rencontré Gandhi et Nehru. SAJ a-t-il pu faire cela ? »  Le leader des Rouges pousse plus loin la comparaison entre les deux hommes  : «SSR ti ena ouverture desprit. Lot la ene gros feuille, pa kompran nanien, zis vanzans. SAJ, a part football li pa konn narien. SSR, li, ti kapav coz kiltir.»

« PTr finn laguer pou dignite dimoun. C pour sa ki SAJ pa kapav kompran ki zame li pa pou kapav zett PTr. SSR avait compris que l’éducation pouvait sortir les gens de la pauvreté. Il a fait construire des écoles primaires partout pour que chaque enfant ait la chance d’aller à l’école. »  Et d'expliquer que son père, SSR était un visionnaire : « SSR ti coz ledikasyon gratuite. Li ti deza ena sa vizyon a long terme alor ki SAJ ena visiere. Ledikasyon gratuite kinn transform Moris.»

L’éducation demeure, aujourd’hui encore, le cheval de bataille des Rouges. L’épisode des frais d’examens du SC et du HSC apporte de l’eau à leur moulin. «Mo pou la discipline. Bann zeleve bizin al lekol, me dans sa ka presi, pann dir zanfan narien. Dan zot manifest elektoral, ti dir pou donn gratis (NdlR, les frais d’examens).» Navin Ramgoolam s’en prend ainsi au ministre de l’Éducation qu’il accuse d’«incompétence». «Horse power p donn amnistie. HSC pa donn amnistie. C enn injustice. Kan PTr retourn o pouvwar, nou pou rembours zot. Gard zot recu.»

Le Nine-Year Schooling est aussi critiqué : «Nou pou aboli Nine-year Schooling. Ena pliss lexamen ek rezyonalizasyon et nou pa dako. Nou pou sanz sa. Nou finn mett enn komite de travay lors ledikasyon.»

Le dossier des Chagos est aussi commenté en long et en large par l’ancien PM, qui ne manque pas d’égratigner le Premier ministre. «SAJ dir Ramgoolam ti complis. Li bliye li ti parmi en 1965. Li bliye linn mett Select Committee et ti aksepte 40 million full and final payment. Apre to pe blaguer. »

Il remet aussi en question la gestion du dossier Chagos par le gouvernement : «Petar nou pe importer depwi la Chine et la li pou laguer avec Americain ek missile. Arvin ti enn minis eksepsyonel. Ou bizin enn minis des Affaires étrangères ki ou fer confians.»

«SAJ inn al lamerik pou deux semaines. So dernier bataille. Line ale labas ek secreter general ONU inn dir gard papye, pa pou fer deba. Inn dir al negosye. En 2017 ki pou ena deba. Line perdi letan al laba. Linn mal negosye. Sameme ki appel resultat lor resultat comme dit PMSD. Ine dir ou virer mam. Pei in virer mam.»

«Azordi scandale lor scandale», dit le leader des Rouges, affirmant dans la foulée : «Mo pou attann zot dan la cour». Navin Ramgoolam fait référence aux affaires Betamax et BAI. «Zot in fer case kont mwa ek Baichoo. Azordi populasyon pou peye.  Rawat, Courts, BAI : ala zot inkonpetans.»

Chaque ministre du gouvernement en prend pour son grade. «Minis des Affaires étrangères ? C Soodhun ki p fer. Métro léger ? Pa ti dir Ramgoolam p gagn komisyon ? Ti ecrir l’Inde tou. Aster p al l’Inde pou métro express. Seeruttun in fane lor fievr aphteuse. In nek aste vaccins. Kan dimoun gagn maladie zot pou bizin reponn.»

Autre cible de Navin Ramgoolam : le projet Heritage City, contre lequel il s’élève : «Mo ti premye dimoun pou dir pa bizin. Ti p rode fer Bollywood Corner. Bhadain dir Heritage City c heritage SAJ. Ou la moné so l’heritaz ? Mo felisite Gerard Sanspeur. 24 minis aprouv Conseil 100 fwa. Et ene conseiller ki vine dir pas bon. Plito li mem. Mem si li nou adverser.»

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires