Chagos: le Royaume-Uni «déçu» de la démarche de Maurice

Avec le soutien de
Le Premier ministre rencontrera à New York son conseil légal pour décider de la marche à suivre.

Le Premier ministre rencontrera à New York son conseil juridique pour décider de la marche à suivre.

«C’est un usage inapproprié du mécanisme de la Cour internationale de justice qui crée un fâcheux précédent pour les prochains différends bilatéraux.» C’est ce qu’a déclaré le Foreign and Commonwealth Office du Royaume-Uni à l’express, hier. Cela, suite à la démarche de Maurice de faire inscrire une résolution pour «la demande d’avis consultatif de la Cour internationale de justice sur les effets juridiques de la séparation de l’archipel des Chagos de Maurice en 1965» à l’agenda de la 71e session de l’Assemblée générale des Nations unies.

Selon nos informations, bien que cette démarche administrative constitue une étape importante pour Maurice, elle ne peut être considérée comme une étape cruciale. Puisqu’elle ne garantit pas la tenue des débats, expliquent ceux ayant une connaissance du fonctionnement des instances des Nations unies.

De son côté, malgré cette «déception », le Royaume-Uni s’est dit satisfait que les débats devant l’Assemblée générale des Nations unies ont été repoussés afin de permettre aux deux pays concernés de mener des discussions jusqu’en juin 2017. Mais que se passera-t-il après ?

Il nous revient que c’est habituellement à cette époque que le président de l’Assemblée générale des Nations unies passe en revue les items qui étaient à l’agenda au début de son mandat. Celui-ci prend fin en septembre. Est-ce que les débats pourront se tenir de juin à septembre 2017 ? Une source indique que c’est possible mais que l’Angleterre et les États-Unis peuvent demander que cette étape soit repoussée à la 72e session de l’Assemblée générale des Nations unies.

Selon certaines sources proches de ce dossier, l’intervention du président de la 71e Assemblée générale des Nations unies, Peter Thomson, dans ce litige n’est pas à être pris à la légère «puisque ce n’est pas une pratique courante». Est-ce que les États-Unis et le Royaume-Uni seraient parvenus à faire un lobby pour gagner du temps ? Aucune source contactée ne souhaite se prononcer à ce sujet.

Peter Thomson peut suivre l’avancée des discussions

Entre-temps, il nous revient que Peter Thomson aura le droit de faire un suivi tout au long des discussions bilatérales entre Maurice et le Royaume-Uni. C’est ce que soutient Sateeaved Seebaluck, conseiller spécial au bureau du Premier ministre. Pour Maurice, «il n’y a que deux points qui comptent», ajoute-t-il.

«D’abord, le Premier ministre veut que l’Angleterre fixe une date pour le retour des Chagos sous la souveraineté de Maurice. Ensuite, Maurice est d’accord pour que la base américaine de Diego Garcia reste mais que le bail soit contracté avec Maurice», souligne le conseiller spécial du bureau du Premier ministre.

D’autres démarches à New York

Sateeaved Seebaluck confirme également que le Premier ministre profitera de son déplacement pour rencontrer « son conseil juridique, à New York, pour décider de la marche à suivre».

Publicité
Publicité

Maurice a remporté une première bataille avec le vote de la résolution sur les Chagos à l’Assemblée des Nations unies le jeudi 22 juin. Une résolution adoptée avec 94 voix en faveur de la résolution, 15 voix contre et 65 abstentions. Prochaine étape : la Cour internationale de justice…

D'autres articles »
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires