Dhiraj Singh Khamajeet: «J’ai été victime d’un coup monté»

Avec le soutien de

Il avait défrayé la chronique en 2011, suivant la diffusion d’une bande sonore faisant état des promesses d’emplois, dans le secteur public, à ses mandants. Accusé de trafic d’affluence, il a par la suite été blanchi, la commission anticorruption ayant conclu que ladite bande sonore avait été manipulée. Lui, c’est Dhiraj Singh Khamajeet (DSK), ex-député rouge de la circonscription n°9 (Flacq–Bon-Accueil). «J’ai été victime d’un coup monté, martèle cet habitant de La Source, Centre-de-Flacq. La vérité finit toujours par triompher.»

Après sa défaite aux élections générales en 2014 au nº 9, il décide de poursuivre sa carrière professionnelle dans le domaine informatique, étant un System Analyst de formation. Marié à Neerupah depuis l’an 2000 et père d’un enfant, Hans, il avance qu’il consacre désormais plus de temps à sa famille. «J’emmène très souvent mon épouse et mon fils parcourir Maurice, un très beau pays qu’il faut apprécier à sa juste valeur.» C’est à travers le jogging qu’on peut apprécier la nature, dit DSK, ex-président du Mauritius Sports Council. D’ajouter que le sport, qui n’est pas assez répandu dans les villages, doit être inculqué à la maison.

Dans un passé pas très lointain, raconte-t-il, chaque quartier avait une équipe de football. Mais force est de constater que le gouvernement met aujourd’hui trop d’accent sur le sport d’élite et les fédérations de sports, fait-il comprendre. «Je crois que la triathlète Fabienne St-Louis résume très bien la situation dans une récente interview. Elle avait dit que les dirigeants contrôlent les clubs comme des colonies de vacances», souligne DSK. De faire ressortir que c’est la culture du sport qu’il faut valoriser si on veut avoir à l’avenir d’excellents sportifs.

Temps perdu

DSK déclare en outre qu’il profite de son temps libre pour faire du travail social. «J’ai toujours aimé faire du travail social. C’est peut-être cela qui m’a poussé à me joindre au Parti travailliste (PTr) en 1994, lorsque je me suis porté candidat au n°9.» Cet habitant de La Source affirme qu’il rend notamment visite aux personnes admises dans les maisons d’accueil, où de temps en temps il offre des repas.

Quid de son appréciation du gouvernement au pouvoir ? L’ex-député rouge dresse un tableau sombre de la situation actuelle. Pour lui, celui-ci est coupé du peuple et de la réalité. Il indique que les projets d’infrastructures sont en panne et que les différents ministères ont cessé de fonctionner. «Le gouvernement a perdu beaucoup de temps en voulant salir la réputation du PTr.» Il est secoué par une série de scandales et il n’y a pas de mesures-phares qui retiennent l’attention de la population.

L’alliance Lepep avait promis qu’une fois au pouvoir, elle rétablirait les subsides sur les frais d’examens du School Certificate et du Higher School Certificate, rappelle DSK. Mais après, il annonce que les élèves affichant un taux de presence inférieur à 90 % devront débourser pour ces examens. Pourquoi ne pas avoir informé la population de ce changement durant la dernière campagne électorale, se demande-t-il. «Tout le monde sait que les collégiens commencent à rester chez eux vers le mois de juin pour réviser. Pourquoi les pénaliser ?»

DSK croit qu’il y a un manque de direction au sein du pouvoir. «Nous avons affaire à un gouvernement qui évolue dans une tour d’ivoire pendant que la population mange du pain noir.»

Son parcours

  • 2000 : Campaign Manager au n°9

  • 2005-2010 : Président du Mauritius Sports Council

  • 2005 : Campaign Manager au n°9

  • 2010 : Député de Flacq–Bon-Accueil

  • 2011 : Secrétaire parlementaire privé

  • 2012 : Membre du Public Accounts Committee

  • 2012 : Membre du House Committee

  • 2014 : Candidat battu au n°9

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires