PNQ: Pravind Jugnauth perd son sang-froid sur le dossier Omega Ark

Avec le soutien de
(Photo d’archives) Le ministre des Finances affirme qu’Omega Ark n’est pour l’heure qu’au stade des négociations.

(Photo d’archives) Le ministre des Finances affirme qu’Omega Ark n’est pour l’heure qu’au stade des négociations.

On a rarement vu le ministre des Finances dans cet état à l’Assemblée nationale. Pravind Jugnauth s’est emporté sur une question supplémentaire à la Private Notice Question du leader de l’opposition. Paul Bérenger a évoqué une fraude en voulant comprendre le changement des critères de sélection pour le rachat de l’hôpital Apollo Bramwell. Remarque qui a irrité le ministre des Finances au point où la Speaker Maya Hanoomanjee a dû intervenir.

La phrase qui a fâché : «BDO avait envoyé une lettre avec les critères et Omega Ark était troisième dans la liste des potentiels acheteurs. Malgré cela, la National Insurance Company Health Care Ltd a choisi d’aller vers Omega Ark. Il doit y avoir une fraude. Shame !» lance Paul Bérenger.

«Ki shame? Ki shame? », réplique à son tour Pravind Jugnauth qui commence à s’irriter.

«On parlait au départ d’une transaction à Rs 2, 2 milliards. Entre-temps, les règles du jeu ont changé. If that’s not a fraud…» rajoute Paul Bérenger. Le leader de l’Opposition voulait comprendre comment expliquer que l’appel d’offres ait été fait sous certains critères alors que la sélection s’est faite sur d’autres.

S’en suivront des échanges autour de la lettre en question évoquée par le leader de l’opposition. Lettre qui, selon Paul Bérenger, n’est pas la même dont parle Pravind Jugnauth. «Let me answer! » hurle Pravind Jugnauth avant que la Speaker n’intervienne pour ordonner que les travaux se poursuivent dans le calme.

Le leader de l’opposition a ensuite demandé si le fait que les critères ont changé entre-temps était une décision prise par le conseil des ministres. «Les règles n’ont pas changé. Alé do c**** ! », lance Pravind Jugnauth. Le ministre des Finances précisera que BDO a le droit de revenir sur les critères et que le conseil des ministres a pris cette décision parce que le rachat immédiat aurait eu des conséquences sur les comptes de la National Insurance Company Health Care Ltd.

Paul Bérenger a ensuite voulu savoir si une enquête a été faite sur les directeurs d’Omega Ark,  affirmant que le CEO de la firme britannique a donné une interview dans Business Magazine dans laquelle «il a dit plein de mensonges». Le ministre des Finances a répondu qu’il n’allait pas se prononcer sur ce que «X, Y ou Z avait publié».

Des négociations

Mais Paul Bérenger persiste : «C’est une autre affaire semblable à l’affaire MedPoint. Ça sent l’embrouille et il y a une fraude. Je demande au gouvernement de ne pas aller de l’avant avec ce deal. Que l’on lance un nouvel appel d’offres et qu’il y ait une commission d’enquête sur toute cette affaire avec deux assesseurs», réclame le leader de l’opposition.

Le ministre des Finances affirmera ensuite qu’il communiquerait davantage à une date ultérieure mais que pour le moment Omega Ark n’est qu’au stade des négociations. «Rien n’a été signé pour l’heure.» Auparavant, Pravind Jugnauth a précisé que la firme britannique est en attente de tous ses permis avant de procéder au transfert des 11 millions de dollars qui devaient initialement être payés début août.

Le député rouge Shakeel Mohamed a, lui, déploré le fait que d’autres députés n’ont pas été autorisés à poser des questions. La Speaker a répondu que c’était le leader de l’opposition qui avait la priorité lors de la PNQ.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires