Deal avec Omega Ark: Paul Bérenger demandera des éclaircissements

Avec le soutien de
Omega Ark ayant procédé à un «rebranding», l’hôpital Apollo Bramwell est désormais connu comme Omega Ark Hospital.

  Omega Ark ayant procédé à un «rebranding», l’hôpital Apollo Bramwell est désormais connu comme Omega Ark Hospital.  

Pourquoi ? Combien ? Comment ? Le leader de l’opposition se pose un certain nombre de questions concernant la manière dont le deal avec Omega Ark s’est concrétisé. Il a ainsi décidé d’axer sa Private Notice Question sur ce sujet au Parlement, ce mercredi 31 août. Celle-ci sera adressée au ministre des Finances Pravind Jugnauth.

Il veut ainsi avoir des éclaircissements sur le montant de la transaction et sur les raisons qui ont motivé le choix d’Omega Ark. D’ailleurs, qui est derrière Omega Ark, demande le leader de l’opposition, qui veut savoir en quoi son offre était la meilleure, par rapport aux autres soumissionnaires. Etait-ce vraiment le « preferred bidder » ?

Il cherchera aussi à savoir qui a changé les procédures d’achat de même que les conditions autour de l’exercice de vente de l’hôpital.

Par ailleurs, hors de l’hémicycle, d’autres interrogations sont soulevées par des proches du dossier, notamment au sujet du paiement qui tarde à se faire. La note, en effet, aurait dû être réglée il y a un mois déjà.

Selon un arrangement entre la National Insurance Company Health Care Ltd et Omega Ark, une première tranche de 11 millions de dollars (Rs 401,4 millions) devait être payée par la société britannique pour la reprise de l’hôpital Apollo Bramwell. Mais à hier, l’argent n’avait pas encore été transféré à Maurice. Qu’est-ce qui explique ce retard de paiement ?

Durant la première semaine du mois d’août, l’on parlait, du côté des repreneurs, d’un retard causé par l’absence de la notaire Wenda Sawmynaden. Sauf qu’à son retour au pays, les choses n’ont pas évolué.

Dans l’entourage de la notaire, l’on affirme que tous les documents légaux sont prêts et qu’il ne manque que des signatures pour le transfert de l’argent. Somme qui, selon nos renseignements, ne se trouve pas à Maurice mais sur un compte à l’étranger.

«Il manque des permis» 

«L’argent ne se trouve pas encore à Maurice. Il manque des permis avant de pouvoir faire le décaissement», souligne un autre interlocuteur. Au total, il faut 21 permis à Omega Ark pour pouvoir opérer l’hôpital sous son nom officiellement. Même si dans la pratique et ce depuis le 1er août, les repreneurs britanniques ont investi l’établissement et ont déjà procédé à un rebranding.

«La société ne va pas décaisser l’argent si elle n’est pas assurée d’avoir tous les permis nécessaires pour les opérations. C’est au niveau du gouvernement que les choses prennent du temps», avance une autre source proche du dossier.

Nous avons tenté d’avoir une version officielle au niveau du gouvernement. Une source indique que l’on «ne peut pas outrepasser les procédures». Elle soutient que «les démarches prendront le temps qu’elles prendront. On ne peut pas accélérer les procédures pour un établissement. En même temps, l’on comprend que le repreneur ne peut payer sans avoir tous les permis nécessaires. En principe, tout devrait être réglé dans une semaine».

En revanche, nous apprenons que pour ce premier mois d’opération, Omega Ark s’est déjà chargé de reverser l’argent pour le paiement des salaires de la fin du mois d’août.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires