Rama Valayden, avocat et membre du PTr: «Difficile de me casser»

Avec le soutien de
L'homme de loi, Me Rama Valayden, explique qu'il s'occupe de plusieurs dossiers en même temps.

L'homme de loi, Me Rama Valayden, explique qu'il s'occupe de plusieurs dossiers en même temps.

On vous entend moins ces derniers temps. Pourquoi ce retrait ?
Je ne suis pas en retrait. Loin de là. Au fait, c’est le contraire qui est vrai. Tout le monde sait que le nombre de dossiers dont je m’occupe est actuellement en hausse parce qu’il y a plusieurs problèmes dans la société mauricienne. Je défends les intérêts des employés de la CNT ; des municipalités ; des conseils de district ; des pêcheurs ; des policiers ; des détenteurs du Super Cash Back Gold et de Bramer Asset Management, ce qui, du reste, m’a valu une arrestation le 14 juillet ; et des membres de la Scrap MetalWorkers Association, victimes d’une injustice après que le gouvernement a pris la décision d’offrir ce secteur d’activité à une seule et même personne. Plusieurs ONG viennent me voir pour trouver des solutions à leurs problèmes. Il y a aussi le cas des artistes et les nombreux cas individuels. Comment pourrais-je être en retrait ?

Ce qui est vrai, toutefois, c’est que depuis mon arrestation bidon et celle de mes amis, l’avoué Kaviraj Bokhoree et le travailleur social Salim Muthy, mes médecins m’ont demandé de ralentir le rythme. C’est la raison pour laquelle j’ai pris un peu de repos ces trois dernières semaines. Je n’étais tout simplement pas en bonne santé.

Certains ont affirmé que j’étais cassé…pour me casser, il faut bien plus que ça. J’ai été arrêté 67 fois. J’ai fait face à une enquête préliminaire et une commission d’enquête après la révolte anti police suivant le décès, en cellule policière, de Kaya. J’ai également été arrêté après plusieurs manifestations contre le Geopote, contre Le Pen, contre l’accaparement de nos plages par les hôtels, en faveur des pêcheurs, etc.

Non, je ne suis pas en retrait. Je pense que je serai toujours à l’avant-plan durant les 15 prochaines années, si je suis toujours en vie. Je mettrai toute ma force et mon intelligence au service du pays.

Quelle lecture faites-vous de la situation politique actuellement ?
C’est clair que le PTr s’est requinqué mais il faut davantage pour reprendre le pouvoir. Je suis toujours pour une réorganisation structurelle malgré le fait qu’il y ait un retour en masse des partisans rouges vers le parti. Le gouvernement est en nette perte de vitesse. Quoiqu’il faut souligner que Pravind Jugnauth, profitant de sa traversée du désert, a pris beaucoup d’épaisseur.

Justement, que fait le PTr entre-temps ?
J’ai parlé au Dr Navin Ramgoolam la semaine dernière. Et auprès des amis du parti, je continue à militer pour une réorganisation en profondeur, ainsi qu’un renouvellement des idées. Le Dr Ramgoolam a parlé de programme radical lors du congrès-anniversaire pour les 80 ans du parti. Je dis qu’il faut s’y atteler collectivement. En tant qu’individu, je veux redonner une certaine idée de la politique aux jeunes qui se joignent ou qui rejoindront le parti.

Je prépare un livre, non pas d’analyse mais où on retrouvera, année après année, les grands moments, et ceux plus sombres, du PTr. Pour pouvoir comprendre l’Histoire de Maurice, il faut que les jeunes comprennent également l’Histoire du PTr.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires