Kalyanee Juggoo : «Beaucoup de gens ne me connaissent pas vraiment»

Avec le soutien de

L’ex-députée du PTr, qui a toujours été fidèle à sa circonscription du no4,nous livre ses impressions de la politique et de la vie après le Parlement…

Ce n’est pas parce qu’elle n’est plus membre du Parlement ou Secrétaire parlementaire privé (PPS) qu’elle a plus de temps pour se consacrer à ses occupations personnelles. Elle, c’est Kalyanee Bedwantee Juggoo, ancienne députée de la circonscription n°4 (Port-Louis-Nord–Montagne-Longue). Cette travailliste, candidate malheureuse de l’alliance PTr-MMM dans cette circonscription en 2014, continue à être en contact avec ceux qui ont voté pour elle lors de cette joute électorale. Cela, malgré le ras de marée de l’alliance Lepep.

Kalyanee Juggoo multiplie donc les réunions sur le terrain, participe aux activités organisées par la direction du Parti travailliste (PTr) et encourage les gens à garder confiance dans les rouges. «Les gens se sentent un peu dégoûtés actuellement. On a fait croire aux Mauriciens que le PTr était pire que la peste. Ils se rendent compte maintenant que l’alliance Lepep n’a pas tenu ses promesses», soutient l’exdéputée rouge. Sur le terrain, dit-elle, les gens qu’elle rencontre se plaignent de l’insécurité, de la dégradation de la «law and order», de la propagation des drogues synthétiques, de la hausse du nombre d’accidents de la route, du manque de création d’emplois, de la dépréciation de la roupie, de la misère et de la hausse des prix. Elle trouve que la baisse du prix du gaz ménager est un leurre : «Cela fait longtemps que le prix du gaz ménager aurait dû baisser car tel est le cas sur le marché mondial, il y a belle lurette. Et puis, baisser le prix du gaz n’a qu’une faible incidence sur le budget des consommateurs à la fin du mois.»

«Je n’entends plus parler maintenant du slogan viré mam. On entend plutôt déviré mam !» Elle trouve que le coût de la vie continue d’augmenter et que la pension de Rs 5 000 que les personnes âgées ont obtenue est sujette désormais à un targeting : «L’ancien Premier ministre Navin Ramgoolam n’a jamais cru dans le targeting. Au contraire, il avait doublé la pension de vieillesse dans le passé.» Bon nombre de promesses faites durant la dernière campagne électorale, comme la fourniture d’eau tout au long de la journée, sont restées lettres mortes, affirme Kalyanee Juggoo.

D’autre part, même si la politique est certes un sujet important pour elle, entre les réunions politiques et le train-train quotidien, Kalyanee Juggoo trouve quand même du temps pour écouter ses chanteurs préférés, tels que Neil Diamond, Lionel Richie, Arjit Singh, Frédéric François, Mike Brant, Céline Dion, Elvis Presley et Mohammed Rafi. Elle dit aussi chanter assez souvent, surtout lorsqu’elle est en colère. «C’est une façon pour moi d’évacuer cette colère car, comme le dit l’adage, music is the food of love.»

Son instrument de musique préféré est la flute, qu’elle garde à côté de son lit. Elle n’hésite d’ailleurs pas en jouer, histoire de faire un voyage dans ses souvenirs. Les souvenirs, Kalyanee Juggoo en a beaucoup. Mais celui qui lui colle à la peau est triste : son enfant de 12 ans, qu’elle a perdu dans un accident de la route, en 1996. Psychologue de formation, elle a pu surmonter cette épreuve et reprendre goût à la vie. L’ex-PPS aime la méditation et le yoga, qui sont pour elle une thérapie pour trouver la paix intérieure. Elle pratique également du sport. C’est à la maison que cela se passe. Elle a aménagé chez elle, à Vallée-des-Prêtres, une mini-gym, où elle dispose d’une Jiggle Fitness Machine et d’un vélo d’appartement. Par ailleurs, amoureuse de la nature, elle a choisi de décorer sa maison avec des plantes.

«Beaucoup de gens prétendent me connaître. Mais ils ne connaissent pas la vraie profondeur de l’âme de Kalyanee. Je suis une personne qui aime partager l’amour autour d’elle. Il n’y a que trois personnes qui connaissent la véritable Kalyanee …», déclare l’ex-députée. Qui sont ces trois personnes ? Mystère et boule de gomme. «Je ne le dirai pas !» dit-elle, en pouffant de rire.

Kalyanee Juggoo a eu une riche carrière dans le professorat. Elle a été enseignante à l’étranger, plus précisément à Gaborone, au Botswana, où elle a enseigné, en 1976, au Camp Primary School, et au Swaziland, au niveau du secondaire. C’est au Botswana qu’elle a décroché son diplôme de psychologie de l’enfant, à l’université du pays. Elle a aussi agi comme Oral Examiner, au niveau du français, pour le ministère botswanéen de l’Éducation et a travaillé comme Trade Promotion Officer auprès de la Haute commission de l’Inde. Cette ex-élève du Queen Elizabeth College a passé au moins 14 ans en Afrique. C’est lorsqu’elle a commencé à y sentir une dégradation de la sécurité qu’elle a choisi de rentrer à Maurice pour servir le pays.

Elle a fait son entrée au Parti travailliste entre 2002 et 2005 et a commencé à aider les enfants défavorisés de sa circonscription, mettant sa formation de psychologue à contribution. Son attachement pour le contact humain a incité les gens à lui offrir des cadeaux simples mais plaisants, à l’instar des ségas composés à son nom, des bouquets de fleurs ou des voyages en bateau. «Avek Kalyanee, péna kouler !» s’exclame l’ex-députée lorsqu’elle évoque ces moments. Kalyanee Juggoo n’est pas active sur le plan professionnel actuellement. Les représailles font parfois peur aux employeurs, surtout lorsqu’on est dans l’opposition, conclut-elle.

Son parcours

  • 2005-2014 : Membre du Parlement
  • 2005-2008 : Deputy Chief Whip du gouvernement 2005-2010 : Membre active du forum parlementaire de la SADC
  • 2006-2007 : Présidente de la commission parlementaire de l’Independent Commission against Corruption
  • 2008-2014 : Parliamentary Private Secretary
  • 2014 (déc.) : Candidate battue au n°4
Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires