Paul Bérenger : «Bhadain, c’est un bandit politique !»

Avec le soutien de
Paul Bérenger voulait que ce soit Pravind Jugnauth qui réponde à sa PNQ du 10 août. Et non Roshi Bhadain.

Paul Bérenger voulait que ce soit Pravind Jugnauth qui réponde à sa PNQ du 10 août. Et non Roshi Bhadain.

Paul Bérenger est revenu sur son refus de laisser Roshi Bhadain répondre à sa Private Notice Question (PNQ), au Parlement, le mercredi 10 août, lors d’un point de presse en début d’après-midi. Il avait en effet adressé sa PNQ, axée sur Heritage City, au ministre des Finances, Pravind Jugnauth. Mais c’était le ministre de la Bonne gouvernance et des services financiers, Roshi Bhadain, qualifié par le leader de l’opposition de «voyou politique», qui n'a pas eu le temps de se lever pour lui répondre. D’où sa décision de ne plus aller de l’avant avec sa PNQ. Et de quitter l’hémicycle, pour se rendre à son bureau.

Le leader du Mouvement militant mauricien (MMM) est aussi revenu sur les patrimoines mondiaux que sont les sites du Morne et de l’Aapravasi Ghat. Et d’exprimer son inquiétude sur l’accès autorisé au public sur la montagne du Morne. Tout en égratignant le Parti mauricien social-démocrate (PMSD) au passage, dont la gestion de ce dossier est jugée comme «scandaleuse».

Pour Paul Bérenger, les conditions entourant l’ouverture de l’accès au Morne Brabant au public ne sont pas claires. Il dit vouloir venir prochainement avec une PNQ à ce sujet. Il dénonce «la politisation outrancière du PMSD» sur cet accès au Morne. Accès dont «on ne sait pas si c’est sur une base permanente ou pas». «Xavier-Luc Duval ti dir pou bizin ena gid (NdlR: pour faciliter la montée vers le sommet du Morne) mé trwa sémenn apré so linogirasion, péna okenn gid !», tonne Paul Bérenger. Il affirme que même les partenaires du PMSD au sein de l’alliance Lepep seraient «anrazé» et que ni le Premier ministre, ni le Mouvement socialiste militant (MSM) n’était invité lors de l’inauguration effectuée par le leader du PMSD, Xavier-Luc Duval.

Le leader de l’opposition estime que l’Unesco peut avoir son mot à dire sur ce nouveau développement qui entoure ce site classé patrimoine mondial. Il dit que les experts de l’Unesco n’auraient pas été consultés avant cette prise de décision et que des sites peuvent tout aussi bien être déclassifiés si l’Unesco l’estime nécessaire. Poursuivant, Paul Bérenger affirme qu’«un pays qui ne connait pas son histoire est comme un navire sans gouvernail». Il a rappelé que c’est le gouvernement MSM-MMM de 2000-2005 qui était venu avec l’Aapravasi Ghat Trust Fund et Le Morne Trust Fund. En soulignant la part considérable du MMM dans la décision de faire inscrire ces deux sites au patrimoine mondial de l’Unesco. 

Abordant sa PNQ retirée, Paul Bérenger affirme qu’il voulait que ce soit Pravind Jugnauth qui y réponde. Il dit son étonnement devant le fait que Roshi Bhadain soit toujours ministre du gouvernement : «Sé enn laont ki Bhadain ankor minis. Ek sa laont-la répoz lor latet SAJ.» Poursuivant, Paul Bérenger affirme qu’il aurait voulu avoir plus de détails aussi sur le projet de la smart city d’Highlands, qui englobait un centre administratif et aussi du fait que la State Land Development Company (SLDC) avait nommé Luxconsult pour établir un Master Plan sur ce projet. Avant d’ajouter qu’outre Pravind Jugnauth, il blâme aussi le Premier ministre, sir Anerood Jugnauth, «karé karé» pour avoir demandé à Roshi Bhadain de répondre à sa PNQ. «Pou gété si mo pou revinn avek enn PNQ lor Heritage City». Avant de marteler «Sa zistwar Heritage City-la sé enn foli furieuse dépi koumansman. Badhain sé enn bandi politik. Sé minis de lanti gouvernans.»

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires