PNQ: Bérenger s’attaque au dossier de la fièvre aphteuse

Avec le soutien de
(Photo d’archives) L’abattage des animaux affectés par la fièvre a débuté samedi.

(Photo d’archives) L’abattage des animaux affectés par la fièvre a débuté, samedi.

Quand le premier cas de la fièvre aphteuse a-t-il été détecté à Rodrigues et à Maurice ? Qu’elles sont les mesures prises ? Sont-elles appropriées ou y a-t-il des failles dans les procédures ? C’est ce que veut savoir Paul Bérenger au Parlement, ce mardi 9 août. Le leader de l’opposition adressera sa Private Notice Question (PNQ) au ministre de l’Agro-industrie, Mahen Seeruttun.

C’est le mardi 2 août que la mauvaise nouvelle est tombée après une deuxième analyse effectuée à Rodrigues. Depuis, la fièvre aphteuse ne cesse de gagner du terrain et s’est même propagée à Maurice. Toutefois, le ministre de l’Agro-industrie dit prendre le taureau par les cornes. Dans une déclaration au Parlement hier, il a indiqué que le gouvernement a commandé 10 000 vaccins, vendredi soir, auprès d'un laboratoire au Botswana. La cargaison devrait arriver à Maurice par voie express.

A Rodrigues, les éleveurs et les propriétaires dénoncent la manière de faire des autorités en ce qui concerne l’abattage des animaux. Selon eux, même les animaux en bonne santé sont tués. Et ce, avec une «cruauté insoutenable». «Les animaux sont rassemblés dans les cours, attachés à des arbres, avant d’être égorgés. Une fois égorgés, les animaux sont jetés à terre, même s’ils ne sont pas encore morts. Les suivants y passent alors que les premiers agonisent à terre…», indiquent-ils.

Des faits que réfutent les autorités rodriguaises. On soutient que l’abattage se fait dans le respect des lois. Un préposé du service vétérinaire confie que les éleveurs qui perdent leur bétail sont frustrés et déçus. Ce qui les pousserait ainsi à dire que l’exercice n’est pas effectué dans le respect des normes.

Publicité
Publicité

Des éleveurs dépités, les autorités sur le qui-vive, les compensations… Depuis cette maladie qui a terrassé nos éleveurs à Rodrigues et à Maurice, les actions des autorités se sont multipliées. Retrouvez ici tous les articles sur ce sujet.

D'autres articles »
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires