Bhadain: «Heritage City abandonné à cause d’un prétexte»

Avec le soutien de
Le ministre des Finances a tenu à mettre les points sur les i concernant le gel du projet Heritage City lors d’un point de presse, vendredi 5 août.

Le ministre des Services financiers a tenu à mettre les points sur les i concernant le gel du projet Heritage City, lors d’un point de presse, vendredi 5 août.

«Il y a des faussetés qui circulent. Zot dir Bagatelle Dam pu eklate. Ala ki kalite dout ki finn met dan latet dimoun !» Le ministre des Services financiers et de la Bonne gouvernance s’est expliqué face à la presse, vendredi 5 août, sur la décision du gouvernement de geler le projet Heritage City. Roshi Bhadain a affirmé que c’est à la suite des faussetés qui ont été divulguées dans cette affaire qu’il a annoncé au Premier ministre qu’il ne souhaite plus aller de l’avant avec le projet. Pour lui, Heritage City a été abandonné à cause d’un prétexte.

«Zot inn kre bann dout dan latet dimoun. Akoz samem monn dir PM ki mo nepli anvi al de lavan ek proze la», fait ressortir Roshi Bhadain. Il a ajouté qu’il n’est pas en mesure de prendre ces responsabilités lorsque des doutes d’une telle envergure ont été semés. «Mo pa pou fer sa prozé la mwa. Pa kan mo koné ki ounn met doute dan latet dimunn lor posibilité ki dam là éklaté ek ki dimunn mort», explique-t-il.

Le ministre des Services financiers concède, toutefois, qu’il n’y a aucune garantie que le Bagatelle Dam ne cédera pas. Mais affirme que «dans plusieurs pays, des barrages sont construits au-dessus des villes et ils n’ont pas éclaté. Admettons que celui de Bagatelle cède, ki ou dan Ebène ou dan Heritage City, dan nouvo campus universiter, dan Smart City Hermès tou pou alé. Si baraz La Ferme éklaté, vilaz Bambous net noyé», a déclaré Roshi Bhadain. Il invite, ironiquement, à «arrêter les constructions en bord de mer à cause des risques de tsunami».

La chronologie des faits

Roshi Bhadain a, dans la foulée, raconté le déroulement des faits. «Gérard Sanspeur a fait parvenir un courriel à mes officiels dans lequel il dit ‘I am not satisfied at all (...), I suggest that you stop all payments to Stree Consulting’, ce alors qu’aucun paiement n’avait été effectué... C’était une semaine avant le Budget.»

Étonné, le ministre s’est demandé pourquoi Gérard Sanspeur a dit : «Am not personally impressed» alors que le projet avait reçu le «full backing» du gouvernement. Son ministère a répondu au conseiller de Pravind Jugnauth en ces termes : «Si ou éna bann suggestions, ou bann doutes, nou kav éclairci ou bann doutes.»

Le Budget a été dévoilé le vendredi 29 juillet. «Nou gayn Rs 2,7 milliards lors deux ans.» Roshi Bhadain assure qu’il savait qu’il y aurait eu cette dotation budgétaire. «Mo ti fini koz ek Pravind... Monn dir bann consultants pran dispositions vini dimanche (31 juillet)...» L’équipe des consultants a obtempéré dimanche et lundi. 

Mardi à 11 h 30, le Premier ministre et les autres ministres ont rencontré les consultants... Le représentant a fait ses représentations, il a tout expliqué et a fourni tous les détails. La réunion a duré deux heures.

À ce moment, Roshi Bhadain fait un petit flash-back dans son récit pour préciser que lundi «ils avaient tenu une réunion au ministère des Finances». Mardi soir, le conseil d’administration de Heritage City Co. Ltd s’est réuni. Entre-temps, poursuit le ministre, Gérard Sanspeur a été nommé directeur au sein de ce board.

«Sanspeur (…) est venu humilier Saeed Ahmed Saeed.»

Lors de la réunion du conseil d’administration, Gérard Sanspeur s’est mis à attaquer Saeed Ahmed Saeed, le représentant de Stree Consulting. «Why aren’t you on Google? Moi Sanspeur, mo gayn 200 results kan rod mwa lor Google» sont les propos que Roshi Bhadain attribue au conseiller de Pravind Jugnauth.

Selon le ministre, Gérard Sanspeur a demandé à Saeed Ahmed Saeed sur quels projets il avait travaillé auparavant. Roshi Bhadain ouvre ici une parenthèse pour faire ressortir que Saeed Ahmed Saeed est le représentant du gouvernement dubaïote dans ce projet et qu’il y avait eu un accord entre gouvernements. «Mais n'empêche, ce qui m’a été rapporté, M. Saeed a gardé son calme et a expliqué les choses calmement à Sanspeur.»

Roshi Bhadain critique alors violemment le conseiller du ministre des Finances. «Sanspeur qui n’a aucune expérience dans l’engineering, dans les infrastructures publiques, qui n’a même pas un poste comme ministre ou Financial Secretary, est venu humilier Saeed Ahmed Saeed.» Le ministre des Services financiers trouve cela inacceptable, d’autant plus que Saeed Ahmed Saeed a été «personnellement recommandé» par l'émir de Dubaï à sir Anerood Jugnauth.

Le lendemain, poursuit Roshi Bhadain, un «soi-disant rapport» a commencé à fuiter dans la presse. «Mo réss bét kouma enn document ki pa signé ki pa daté inn kapav gayn otan l'importance.»

Ce document est venu jeter des doutes sur un «projet qui a eu l’endorsement» du Premier ministre et du ministre des Finances. «Vinn décridibilise nou travay ?» Roshi Bhadain soutient que les experts ont prévu un «overflow de Bagatelle Dam de 800 m3/minute», c’est-à-dire qu’«ils ont pris la pluviométrie sur 100 ans !!!!»

La provenance du rapport

Roshi Bhadain a aussi commenté la provenance du rapport. Il rappelle que selon la presse, le document émane de Luxconsult. Il cite alors une lettre de cette firme qui dit : «We did not even see the report.» C’est ce qui le pousse à lancer : «Sanspeur inn leak sa document dans la presse, et li fer croire ki Luxconsult kinn rédige sa !» 

Le ministre Bhadain arrive au jeudi 4 août dans sa narration. Ce jour-là, le Secrétaire financier, le Deputy Solicitor General et le chef ingénieur du ministère des Infrastructures publiques ont décidé de confier les phases III et IV du projet à Stree Consulting. 

Roshi Bhadain signale alors que Dev Manraj a signé ce document hier (jeudi 4 août). Il montre le document aux personnes présentes. Manraj y note que les frais de consultancy arrivent à 2,55 % du projet alors que le standard international est de 7 à 8 %.

Le ministre des Services financiers demande comment ils obtiennent ce prix-là et donne la réponse lui-même : «Akoz SAJ ek émir Dubaï !» Dans la foulée, il prend le rapport et note des erreurs... «from east to east» (NdlR : effectivement c’est ce qui est écrit dans le rapport).

«Ki kalité amatér sa ?» lance le ministre qui avance : «Ala ki kalité manipulations finn éna.» Il commente également le status de Sanspeur sur Facebook en citant le conseiller : «He knew it was wrong for Heritage City». Et le ministre d’envoyer : «Ou kroir mo kav accepté sa ? » 

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires