Emploi: quels sont ces 7 200 postes annoncés dans la fonction publique?

La police devrait recruter, à elle seule, 930 personnes.

La police devrait recruter, à elle seule, 930 personnes.

Au hit-parade des recrutements: la police. 930 nouvelles recrues devraient se joindre à la force policière. Elles font partie des 7 200 postes qui devraient être créés dans la fonction publique. Une mesure annoncée par le ministre des Finances, Pravind Jugnauth, lors du discours budgétaire vendredi dernier. Quels sont les autres postes à pourvoir ? Éléments de réponse.

Le ministère de la Santé devrait recruter 570 supporting personnel, 310 médecins et 255 employés paramédicaux. Le ministère de l’Éducation devrait, lui, embaucher 600 enseignants du primaire et du secondaire, 340 Trainee Educators et 75 Support Teachers. Quant aux collectivités locales, elles devraient recruter 100 pompiers. Ce qui représente un total de 3 180 nouveaux fonctionnaires. Au niveau de la Public Service Commission (PSC), on dit attendre le décaissement des fonds pour com mencer le recrutement.

Mais qu’en est-il des 4 020 autres postes ? «Parmi ces postes, il faut compter les recrutements effectués par les ministères eux-mêmes. Pour le recrutement de laboureurs par exemple, la PSC délègue ses pouvoirs», souligne-t-on.

Par ailleurs, ce chiffre devrait aussi comprendre les recrutements effectués à Rodrigues. Des postes vacants occasionnés par le départ à la retraite des fonctionnaires devraient également s’ajouter à cette liste.

Lors d’un point de presse mardi 2 août, le président de la Fédération des syndicats de la fonction publique (FSFP), Rashid Imrith, a, lui, estimé qu’il y aurait plus de 8 000 postes vacants dans la fonction publique. Car, selon lui, 1 500 postes devraient être libérés d’ici la fin de l’année. Toutefois, selon la FSFP, la PSC ne pourra effectuer à elle seule les recrutements. D’où la proposition de créer plusieurs commissions dans la fonction publique. L’exemple d’une Education Service Commission, ou encore d’une Health Sector Commission, a été cité.

En outre, Rashid Imrith s’est dit insatisfait du manque de transparence dans la fonction publique. «Nous proposons au gouvernement de signer un memorandum of understanding de façon à protéger les droits des employés de la fonction publique», a-t-il soutenu. Et ce, pour qu’il y ait plus de visibilité en termes de transferts et de perspectives de promotion, entre autres.

Publicité
Publicité

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires