Drogue dans les collèges: le nombre de cas rapportés à la PSSA serait-il faussé ?

Avec le soutien de
Mahesswarnath Luchoomun, président de la PSSA, a été entendu par la commission d’enquête sur la drogue, le jeudi 28 juillet. 

Mahesswarnath Luchoomun, président de la PSSA, a été entendu par la commission d’enquête sur la drogue, le jeudi 28 juillet. 

Les directeurs de collèges privés tenteraient-ils de minimiser l’ampleur que prend la drogue parmi les collégiens dans le but de ne pas nuire à l’image de leurs établissements respectifs ? C’est la question que se pose Sam Lauthan, l’un des deux assesseurs de la Commission d’enquête sur la drogue. C’était lors de l’audition du président de la Private Secondary Schools Association, Mahesswarnath Luchoomun hier, jeudi 28 juillet.

Sam Lauthan a en effet mis en exergue le «manque d’autorité» de la PSSA auprès des collèges privés. Il note qu’il revient aux directeurs de ces établissements d’instaurer de la discipline, et que «la PSSA agit en tant que facilitateur et régulateur, pas plus.»

Quatre cas de consommation de drogue ont été rapportés en 2015 à la PSSA et deux cas ont été rapportés de janvier 2016 à juin 2016, a poursuivi le président de la PSSA, répondant à une question de Shah Nawaz Namdarkhan du State Law Office. Mais que font les directeurs pour résoudre le problème ? «Ils font alors de leur mieux pour transférer l’élève et ce n’est que là que notre intervention est requise.»

Mais Mahesswarnath Luchoomun maintient que des cas de trafic de drogue n’ont pas été rapportés à la PSSA. Une déclaration qui surprend Sam Lauthan. «Transférer les collégiens ne résout pas le problème», avance-t-il. Et le nombre de cas rapportés serait-il faussé? «Je ne le sais pas, mais c’est probable vu que la réputation de ces collèges est en jeu», avance Mahesswarnath Luchoomun.

Ce dernier soutient que des amendements à la PSSA Act pourront résoudre une partie du problème. «Les directeurs n’ont pas l’obligation de nous fournir des informations. Or, une révision de la loi pourra changer cela. D’ailleurs, la PSSA Amendment Bill est bientôt attendue.»

Le président de la PSSA a également annoncé que quatre Educational Psychologists et quatre Social Workers seront recrutés prochainement afin d’apporter leur soutien au sein des collèges privés. Ce qui n’a pas manqué de faire tiquer Paul Lam Shang Leen, qui préside la Commission. «Est-ce suffisant pour les 107 collèges privés existants ? » MahesswarnathLuchoomun d’expliquer qu’il s’agit d’un projet pilote et que par la suite, davantage de personnes seront recrutées.

Ravind Kumar Domun, autre assesseur de la commission lui a alors suggéré de mettre sur place une cellule regroupant les différentes parties afin se pencher avec plus d’attention sur la question de la drogue.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires