Jean-Louis Pismont: touche-à-tout

Avec le soutien de

Le nouveau président de l’Association des hôteliers et restaurateurs de l’Île Maurice, Jean-Louis Pismont, qui travaille de longues heures, a un menu personnel très chargé que l’on peut résumer à famille, amis, spinning et golf.

En tant que nouveau président de l’Association des hôteliers et restaurateurs de l’Île Maurice (AHRIM), quels sont les plus gros défis qui attendent l’association?

Je pense qu’il faut moderniser l’association, notamment sa communication. L’AHRIM doit être perçue comme un partenaire proactif auprès des autorités régulatrices et promotionnelles. Il faut aussi s’assurer que tout désir de changement prenne en considération la qualité des prestations et les investissements nécessaires, tout en ayant comme obsession nos clients et nos employés.

Dans un récent entretien de presse, vous avez parlé de contrecarrer la basse saison par de «nouveaux événements et parcs d’attraction». Vous pensiez à quoi?

Il faut organiser des événements sportifs internationaux. Je pense notamment à des tournois de tennis et à des compétitions de golf. La tenue de semaines culturelles, de concours culinaires et d’événements autour du bien-être a aussi toute sa place. Maurice a tous les atouts pour devenir une destination touristique attractive pour des rencontres culturelles, sportives, culinaires et de Wellness.

Que faites-vous durant votre temps libre et durant les week-ends?

Mon temps libre est surtout de faire des parties de golf et me détendre entre amis, souvent autour d’une bonne table!

Parlez-nous de votre famille.

Cela fait presque 30 ans qu’Anne partage ma vie. Hôtelière à l’origine, elle a laissé sa carrière pour me suivre partout: en Angleterre, en Turquie, aux Émirats arabes unis, au Maroc. Il est quasiment impossible pour un couple, dont le conjoint est un hôtelier ou une hôtelière, de survivre sans le soutien inconditionnel de son ou de sa partenaire. C’est un métier extrêmement intéressant et physiquement dur. Nous sommes appelés à gérer de nombreuses questions, très différentes les unes des autres, dans la même journée. Si votre partenaire s’attend à vous voir tous les soirs, ce sera difficile…

C’est un peu le fruit du hasard qui a fait que nous avons atterri à Maurice en 1997. Nos filles, Sophie et Claire, sont nées à Abou Dhabi. Elles ont fait leur scolarité à Maurice. Elles étudient toutes les deux en France. Sophie est dans une école de commerce à Bordeaux. Claire est en Master de logistique humanitaire à Paris. Elle est en ce moment au Népal.

Cuisinez-vous?

Oui, j’aime bien cuisiner quand j’ai le temps. Je dois dire que je suis très peu les recettes. J’ouvre le réfrigérateur et je prépare quelque chose avec ce qu’il y a. C’est sûrement dû à ma formation d’origine, qui est celle de cuisinier.

Gourmand ou gourmet?

Hummm… les deux, je pense.

Un pêché mignon?

Le bon vin, et puis ça va vous surprendre, certains plats anglais tels que… le steak and kidney pie ou encore la truffle, voire les magnifiques crumbles… mais bien sûr faits maison!

Pratiquez-vous du sport?

J’essaie de faire du spinning, deux fois par semaine, tôt le matin. C’est une activité qui nécessite très peu de logistique. Je fais aussi du golf. Mais c’est plus compliqué parce que cette discipline requiert plus de temps.

Quels livres lisez-vous?

Je lis très peu de livres. Par contre, je lis beaucoup la presse d’information, les magazines spécialisés en économie et en management et ceux d’actualités. Je ne manque jamais mes journaux du matin lorsque je suis à Maurice.

Écoutez-vous la radio?

Oui, j’écoute les chaînes locales et internationales, surtout en voiture.

Quel type de musique écoutez-vous?

Beaucoup de chansons françaises où les mots comptent pour beaucoup… Brassens, Jean Ferrat, Moustaki et bien d’autres.

Votre idée du bonheur?

Des entourages sans hypocrisie, des amitiés sincères, une famille pleine de valeurs, et des équipes avec des niveaux d’adaptabilité maximum à toutes situations.

Qu’auriez-vous souhaité réaliser avant de quitter ce monde?

La liste pourrait être longue... Je compte bien, lorsque j’aurais le temps, rejoindre une chorale que j’ai connue pendant de nombreuses années, apprendre à danser, et faire une croisière autour du monde en amoureux.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires